Sailor Moon Short Stories, tome 1

J’ai eu une relation passionnelle avec le manga jusqu’à mon séjour au Japon en 2004-2005. A mon retour, j’ai tout revendu et je n’ai quasiment plus acheté ni ouvert de manga, alors que le marché explosait en France et que, pendant quelques années, cela avait représenté une bonne partie de ma vie.

L’autre jour, en faisant des courses à la Fnac, je suis tombée par hasard sur un recueil de nouvelles tirées de l’univers de Sailor Moon, mon manga préféré quand j’étais ado, celui par lequel tout a commencé ou presque (c’est l’heure du coup de vieux : à l’époque, je payais le tome 38 francs ; oui, des francs). Le tome était scellé, ce que je peux comprendre vu que beaucoup de gens lisent sur place sans acheter le livre. Ni une, ni deux, poussée par un élan de nostalgie, j’embarque la chose : voilà une lecture idéale pour le bord de la piscine.

SailorMoon1Sauf que. En l’ouvrant le lendemain, je le feuillette rapidement (l’aspirateur à passer et l’urgence de faire les valises m’empêchent de me vautrer dans le canapé) et je découvre… que j’ai déjà lu toutes les histoires ! En fait, elles ont été publiées par Glénat au fur et à mesure de la série originelle pour compléter les tomes, et j’ai une excellente mémoire, surtout pour les choses inutiles, donc je me souviens des histoires (et même de la plupart des répliques – forcément, quand on relit cinquante fois le même tome…).

C’est une très grosse déception. L’éditeur (Pika, qui aurait racheté les droits de la série ? Ou peut-être seulement ceux des recueils de nouvelles ?) a-t-il volontairement mis le tome sous blister pour empêcher les gens de savoir de quoi il retournait, ou s’agit-il d’une pratique courante pour protéger les ouvrages ? Quoi qu’il en soit, je ne retenterai pas l’expérience, c’est une évidence !
Le seul point positif, à mes yeux, est la traduction qui a été remaniée pour, je pense, être plus proche du texte original. Néanmoins, il est assez étrange de voir que les noms des personnages ont été francisés pour certains et sont revenus à leur nom originel pour d’autres.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 comments

  1. Shermane says:

    Gloups, ça la fout mal.
    Je ne pense tout de même pas que Glénat ait voulu faire un sale coup, car cela fait un petit bout de temps que la série est rééditée en sens japonais, avec de nouvelles couvertures et une nouvelle traduction. Ce recueil de nouvelles doit donc s’inscrire dans la continuité.

    Par contre, j’ai carrément eu une déception avec le manga Sailor Moon : j’adorais l’anime quand j’étais petite, et je m’étais mise en quête de lire les 18 volumes, en me disant que ça ne pouvait être que mieux. Grosse claque : combats répétitifs, action brouillonne, relations à peine développées. J’étais juste contente de ne pas subir la censure pour Saturne/Neptune. L’une des rares fois où j’ai préféré un anime à un manga (avec une dizaine d’années d’intervalle, certes).

  2. Kleoinparis says:

    Alors personnellement, ayant découvert le manga à 14 ans et ayant longtemps snobé la série animée, j’ai une préférence pour le manga (et surtout pour son graphisme). Après, c’est sûr qu’avec du recul si je les relisais ce serait sans doute différent, mais là, ma nostalgie 90’s en a pris un sale coup.

  3. Béné says:

    Je ne pense pas non plus que Glénat a voulu faire un sale coup puisqu’au Japon aussi des recueils sont sortis et ce sont également toutes les anciennes histoires republiées.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.