Lassitude

A l’heure où mes amies blogueuses mettent en ligne leur revue de presse, je m’aperçois que lire ou regarder les journaux ne m’intéresse plus.
Voilà un moment déjà que la presse “traditionnelle” (les grands quotidiens et, dans une moindre mesure, la télévision) me rebutait. Outre les soucis de ligne éditoriale pour certains, je me retrouvais à toujours remâcher les mêmes informations, généralement désespérantes, culpabilisantes ou bien-pensantes, voire les trois à la fois.
Afin de remédier à la situation, je m’étais tournée vers des sites comme Rue89 (que j’ai fini par lâcher), ou Slate (dans ses versions américaine et française), et je ne m’en trouvais pas trop mal. J’avais un point de vue différent, pas forcément le mien, mais qui avait le mérite d’attaquer l’information de façon différente et de présenter une ouverture sur l’étranger que je ne trouvais pas ailleurs.

Depuis environ trois mois, c’est l’hallali. Sans doute, le mois passé à l’hôpital auprès de la Crevette n’a pas aidé à stimuler mon intérêt, mais le déclin avait commencé à s’opérer. L’information ne m’intéresse plus. J’ai l’impression de saturer, d’avoir lu, absorbé tellement de choses que je fais l’autruche. Bien évidemment, grâce à la magie des réseaux sociaux, à ma vieille habitude de me réveiller au doux son de France Info et à mes alertes info, je garde le fil (même si, par exemple, je n’ai strictement rien à faire des tirages au sort du prochain tour de la Ligue des Champions). Bon, parfois, pas toujours : cela ne fait que deux semaines que j’ai percuté qu’on votait demain…
Mais je n’ai plus l’envie ni l’énergie de lire la presse. Lors des attentats de début janvier, je n’ai pas décroché du fil d’actualité du Monde mais, depuis, rien. Je ne lis quasiment plus que des blogs, au point que cela devient risible. Je sais que certains vont me conseiller le Courrier International, le New York Times ou des revues ciblées sur le net, mais j’ai le cerveau tellement farci de trucs pas rigolos que je ne me concentre plus que sur les nouvelles “légères”, à base de LOL et de vidéos de chatons.

Espérons que ça ne dure pas trop longtemps.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 comments

  1. ioionette says:

    je suis un peu dans le meme cas et je crois qu’on est de plus en plus nombreux (je lis encore rue89 et slate mais que les articles ne concernant pas directement l’actu, et causette mais pareil ce n’est pas centr dessus). Bizarement je n’ai pas l’impression d’etre desinformee, mais plutot d’aller chercher les informations qui m’interressent vraiment, celles sur l’ecologie, sur la culture. Je crois que j’ai juste remplace l’information au kilometre par des informations, certe moins d’actualite la plupart du temps mais plus profondes. Bref je pense qu’on est pas mal dans ce cas et que ce qui est en cause ce n’est pas forcement nous, mais plutot la façon dont les medias traitent l’information, l’immediatete et la dramatisation a outrance on eu raison de notre interet….

  2. Alice says:

    J’ai beau faire des revues de presse, je ne lis en réalité pas beaucoup l’actu.
    J’ai dans mon agrégateur de flux RSS quelques fils : Slate, Le Nouvel Obs, The Atlantic, The Verge… Surtout pas Rue 89.
    Je fuis les titres racoleurs à base de sexe et je ne lis que les gros titres, qui suffisent à raconter les grands événements.

    Bref, je ne me précipite pas sur les journaux et apprécie de plus en plus les dossiers de fonds sur des sujets de fond, pas forcément dans l’actu chaude.

  3. Florine says:

    J’ai dû passer quatre ou cinq ans sans télé, sans radio, en lisant un journal une fois tous les trente-six du mois (genre en salle d’attente). J’étais quand même au courant des sujets principaux via facebook, les conversations et les devantures des kiosques, et ça me suffisait très bien : ni temps ni argent pour plus, et pas envie de porter les malheurs du monde sur mes épaules.
    On vit très bien comme ça…
    Si je m’y suis remise il y a quelques mois, c’est surtout pour nourrir mes dessins !

  4. Sunalee says:

    Je lis la presse et je regarde un peu la tv. Avec la tv, je m’énerve souvent, mais c’est très passager. Je mets les nouvelles du monde dans une case bien définie et je ne veux pas me laisser toucher par ça. J’y mets beaucoup de détachement en fait. Il y a bien d’autres choses plus importantes qui me font plaisir.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.