Ma vie avec Alan Rickman

Si je n’ai pas été très influencée par David Bowie, il n’en a pas été de même pour Alan Rickman. Ses films, ses personnages, sa voix si caractéristique m’ont accompagnée tout au long de ma vie de (pseudo)cinéphile.

Alan-Rickman-as-The-Sheriff-Of-Nottingham-alan-rickman-6954932-440-685

Je me souviens de ma première véritable peur à l’écran, incarnée par le shérif de Nottingham dans Robin des bois, prince des voleurs. J’avais vu le film au cinéma à sa sortie (à 9 ans…), et il représentait une mélange de froideur, de démesure et de déséquilibre particulièrement flippant.

Je me souviens de Hans Gruber, le frère de Simon Gruber dans la série Die Hard (j’ai vu le trois avant les autres). Sa mort à l’écran m’a beaucoup marquée, autant que les répliques cultes de Bruce Willis.

Je me souviens du Colonel Brandon, que j’ai toujours trouvé bien brave de s’accrocher à cette dinde de Marianne Dashwood (si). Alan Rickman l’avait interprété avec beaucoup de justesse et de pudeur.

grabthar's hammer

Je me souviens du professeur Lazarus joué par Alexander Dane, énorme clin d’oeil à la carrière IRL de l’acteur, avec ses cinq rappels pour “Richard III” (Par le marteau de Grabthar !).

Je me souviens de Harry, le “méchant” mari de Love Actually, notre film de Noël à l’Anglais et moi, notre rituel de fin d’année, que nous avons vu, revu et appris par cœur.

Je me souviens de Marvin, le robot dépressif qui trouvait tout désespérant et qui nous a fait hurler de rire, mon père et moi.

Je me souviens, à mon grand dam, de ce film parfaitement oubliable qu’est Les jardins du roi (j’en avais publié une critique assassine que je ne renie pas).

Pourtant, j’avoue ne pas garder un souvenir plus marquant que cela du professeur Rogue – sans doute parce que, si j’ai beaucoup aimé les romans, notamment les premiers, je suis passée à côté des films car trop âgée / pas assez fan.

Mais ce soir, j’ai un sale coup au moral. Pour moi, Alan Rickman faisait partie de ces personnages quasi-légendaires quoique profondément humains, dont on aurait voulu croire qu’ils étaient éternels. J’espère que, où qu’il soit, il peut encore exercer son esprit caustique et ses haussements de sourcils.

5 comments

  1. Elanorlabelle says:

    Certaines références communes dans cette liste (on est d’accord pour le colonel Brandon ET pour les Jardins du roi) et ce même constat: pas vraiment influencée par Bowie, mais sincèrement par Alan Rickman.
    :(((

  2. mademoisellemars says:

    Idem, avec une tendresse particulière pour Snowcake et Dogma 🙂 Moi, je me souviens d’avoir envoyé un de mes scénarios à son agent, et qu’elle m’avait téléphoné personnellement pour me répondre ! (Qu’il ne ferait pas le film, mais on s’en fiche, j’avais dix-sept ans, j’en ai pas dormi pendant un mois 😀 )

  3. Kleoinparis says:

    @Elanor : bah voilà. J’ai beau adorer la musique, je crois que la voix d’Alan était inimitable…
    @mademoisellemars : oh, mais c’est génial, cette histoire ! J’avais oublié Dogma (mais je ne l’ai vu qu’une fois tout en bouquinant dans le canapé).

  4. Mayla says:

    J’avoue que je suis attristée également car il était un très bon acteur et que beaucoup de ses personnages m’ont marquée : Les Shérif, L’Archange de Dogma, Le docteur Lazarus de Galaxy Quest et bien d’autres. Son visage particulier, son jeu très British m’ont beaucoup marquée. J’espère aussi que là où il est, il est bien et ne souffre plus…

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.