Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Jeudi dernier, nous avions prévu de zoner dans le canapé en regardant d’un oeil morne les programmes du 14 juillet (en mode “parents qui n’ont pas d’enfant à gérer et qui en profitent à fond). C’était sans compter Free et sa gigantesque panne sur le sud-ouest parisien qui nous a privés d’internet et de télé pendant… 17 heures. Autant dire qu’on risquait fort de mourir d’ennui à petit feu.
Or, Monsieur s’est souvenu qu’il voulait visiter l’exposition dédiée à Lore Kruger (“Une photographe en exil”) qui se tenait au musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Après une rapide vérification (heureusement, il restait la 3G), nous voilà partis.

IMG_3984

Le musée est installé dans l’ancien hôtel Saint-Aignan, au cœur du Marais, dans un bâtiment absolument somptueux. Celui-ci, bâti au 17ème siècle, fut “découpé” à la fin du 20ème siècle et accueillit de nombreuses familles juives réfugiées d’Europe de l’Est pendant l’entre-deux-guerres. La restauration est superbe, tout est impeccable (et le grand ciel bleu ne gâchait rien).

Les collections permanentes présentent, au premier étage, le peuplement juif en France et en Europe du moyen-âge au 20ème siècle. C’est sans doute l’endroit que j’ai préféré : grâce à quelques vestiges d’une grande rareté (dont une menorah du 14ème siècle), on peut avoir un aperçu de la vie des Juifs, à la fois au ban de la société et au cœur de la cité. Les panneaux expliquent de façon succincte et claire les différents mouvements migratoires liés aux expulsions et aux persécutions (où l’on apprend entre autres que la France fut le seul pays à se soumettre au décret pontifical appelant à expulser les Juifs – merci Saint Louis).
A mesure qu’on avance dans le temps, des œuvres plus “tangibles” (livres imprimés, bijoux, gravures…) viennent illustrer la vie juive et la réflexion que celle-ci suscite au sein même de la communauté tout au long de l’époque moderne.

Fragments de stèles funéraires juives (où l'on découvre que l'assimilation est un concept ancien, vu que certain-e-s portaient des noms très français, comme Belle)

Fragments de stèles funéraires juives (où l’on découvre que l’assimilation est un concept ancien, vu que certain-e-s portaient des noms très français, comme Belle)

Le second étage, consacré aux traditions juives, m’a moins intéressée. C’est très fouillé, mais je commençais à en avoir plein les pieds et le folklore au sens large n’a jamais trop été ma tasse de thé. Néanmoins, les pièces présentées sont superbes – j’ai notamment beaucoup apprécié les costumes traditionnels du 19ème siècle et la série de photographies d’une famille de notables parisiens.

Edouard Moyse (1827-1908)

Edouard Moyse (1827-1908)

Enfin, les expositions temporaires (deux pour le prix d’une !). D’abord celle sur Edouard Moyse (jusqu’au 15 août), peintre de la seconde moitié du vingtième siècle, présenté comme un “peintre israélite” (ainsi qu’on les décrivait à l’époque). Grâce à quelques oeuvres majeures et à des esquisses, croquis, pastels… on entre dans l’univers de cet artiste qui a eu à coeur de représenter la vie religieuse et privée de ses coreligionnaires. Par ailleurs, le peintre exploite la veine orientaliste, très en vogue à l’époque, d’une façon toute personnelle, en représentant des Juifs d’Afrique du Nord, par exemple avec une scène dans la yeshiva ou dans des synagogues locales.
C’est aussi un artiste engagé qui voulait mettre en lumière l’histoire de son peuple en France, comme en témoigne son tableau sur la convocation du Sanhédrin par Napoléon, que l’on peut assimiler à de la peinture d’histoire, mais aussi dénoncer les persécutions, en déplaçant la critique sur une autre époque (en particulier le moyen-âge).

Lore Krüger par son professeur, Florence Henri

Lore Krüger par son professeur, Florence Henri

Seconde exposition, dédiée à Lore Krüger, traductrice allemande de romans anglo-saxons, mais aussi photographe pendant une dizaine d’années, de son arrivée à Paris, chassée par l’arrivée d’Hitler au pouvoir, à son retour à Berlin-Est après la guerre (son mari et elle étaient communistes, la destination était choisie).
Peu de tirages demeurent de son oeuvre, redécouverte à la fin de sa vie par deux étudiantes allemandes. Pourtant, l’artiste a vécu tous les soubresauts de la seconde guerre mondiale, d’abord en France, où elle fut internée plusieurs mois, puis à Majorque, où vivaient ses parents et où elle assista au massacre de résistants par les forces franquistes, et enfin aux Etats-Unis où elle contribua par ses portraits à la revue The German American, qui visait à montrer un autre visage de l’Allemagne aux Américains.
Son oeuvre, malheureusement brève, est intéressante à la fois comme témoignage de choses vues (elle a réalisé quelques reportages photographiques) mais aussi comme engagement politique, visant à dénoncer le nazisme et le franquisme. Certains clichés ont beaucoup résonné en moi, tandis que ses explorations artistiques, notamment avec les photogrammes, m’ont laissée un peu plus froide.

Quoi qu’il en soit, ce fut une visite très enrichissante, et je pense que nous retournerons volontiers au mahJ à l’occasion d’autres expositions ou pour approfondir la partie historique.

Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 71 rue du Temple, 75003 Paris (fermé le samedi)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.