J’ai eu des punaises de lit (et je m’en suis sortie)

Ceux d’entre vous qui suivent un peu ce blog ou qui me connaissent en vrai le savent : nous avons eu une infestation de punaises de lit ces derniers mois. Or la route a été longue et je pense que vous faire partager mon expérience, si pénible soit-elle, pourra aider ceux qui se trouveraient un jour dans le même cas. Car nous sommes officiellement débarrassés de ces saletés, et je vais vous raconter comment nous avons fait…

Non, pas ce genre de punaises-là

En juin dernier, alors que je me mets au travail, je découvre une bestiole en train de crapahuter sur ma manche. Ni une, ni deux, je l’écrase dans un Kleenex et découvre… une grosse trace de sang. Qu’est-ce que c’est que ce machin ? Je prends une photo, l’envoie à Monsieur, et oublie rapidement l’incident : nous sommes rentrés la veille d’un week-end aux médiévales de Provins, à tous les coups, on a rapporté une saleté avec nous ; et puis j’ai du boulot et la Crevette est malade, alors on verra bien.
Début août, je me réveille un matin couverte de piqûres sur les bras et les jambes. Je panique un peu, fais une recherche internet et me dis : “A tous les coups, ce sont des punaises de lit” en me remémorant la bestiole croisée deux mois plus tôt. J’en parle un peu sur Facebook, un ami me donne le contact de sa voisine qui est spécialisée dans la détection des punaises de lit, je passe pas mal de temps au téléphone avec elle… mais je ne trouve rien : pas de trace dans la literie ni sur le sommier. Dans le même temps, notre cuisine est envahie de moucherons piqueurs, à tous les coups c’est de leur faute. Fausse alerte, donc.
Mais dans le doute *Attention, grosse connerie* je vaporise deux bombes insecticides soi-disant tue-punaises dans les chambres, histoire d’écarter le danger. Pourquoi c’est une grosse connerie ? Parce que ça fait fuir les punaises sans les tuer, que ça peut donc les “diffuser” dans l’appartement et qu’elles reviennent au bout de quelques semaines.

Plutôt ce genre-là (moche et sanguinaire). En noir, les traces de déjections, constituées de sang.

Trois semaines plus tard, nous sommes rentrées du Canada depuis quelques jours quand, en faisant le lit, je découvre cinq punaises dans les draps. Là, le doute n’est plus possible, nous sommes envahis. Un rapide cliché, on tue les bestioles, et je recontacte Emilie, de l’entreprise Dogscan, qui avait eu la gentillesse de répondre à mes question quelques jours plus tôt. Elle se démène pour nous caser dans son emploi du temps et arrive en fin de journée avec son chien.
La détection est rapide, et le verdict tombe : nous sommes infestés dans les chambres, les placards, le dressing (grand et encombré de trucs) et la salle à manger. De façon assez miraculeuse, le salon – et donc le canapé – est épargné.
Mais d’où ça vient ? Bonne question, on l’ignore. En comptant la première apparition d’une punaise (juin 2016, donc), on peut estimer que l’infestation remonte à avant Noël 2015, à peu près. L’Anglais et moi nous sommes beaucoup déplacés entre juillet 2015 et l’été 2016, autant dire que n’importe qui a pu rapporter ça (ou alors c’est quelqu’un qui a pu nous contaminer en laissant son manteau sur notre lit lors d’une soirée… mais vu qu’aucune personne de notre entourage n’a ça, il faut croire que c’est la faute à notre goût des voyages).

Alors que je suis encore en train de digérer la nouvelle, Emilie passe en revue les règles à suivre pour se débarrasser de l’infestation. Et si je croyais avoir touché le fond, la fin de son discours me plonge dans un profond désarroi…
Il faut passer tout le textile en machine à 60° et, idéalement, le sécher au sèche-linge (on n’a pas de sèche-linge, mais on peut faire sécher dans le salon et la salle de bains, tous deux épargnés). Ce qui ne passe pas en machine doit être passé à la vapeur du fer (donc très chaud), au sèche-linge à puissance maximale pendant au moins une demi-heure (si) ou au congélateur dans un sac hermétique pendant trois jours (-18° le congélateur). Une fois “propre”, le linge doit être conservé dans des sacs poubelles hermétiques pour ne pas reprendre l’infestation. Si vous sortez le moindre vêtement du sac, il faut le relaver avant de le re-ranger.
OK, ça va être long, mais on peut s’en sortir. Ah mais c’est pas fini. Il faut passer l’aspirateur tous les jours, le vider tous les jours, jeter le contenu du sac (bien fermé) dans une poubelle extérieure, puis nettoyer l’aspirateur à la Javel (j’ai choisi les lingettes) ou à l’eau bouillante.
Bien, bien, bien. Je sens que ça va être fastidieux. Mais là, Emilie m’assène le coup de grâce : il faut enfermer tous les livres dans des caisses hermétiques pendant… deux ans. Euh, pardon ? Ben oui, les punaises peuvent s’y réfugier et y pondre. Dans une caisse hermétique, elles sont condamnées à mourir de faim, un processus qui peut durer jusqu’à 18 mois. Deux ans, c’est une durée “de sécurité”.

C’est le moment où je rappelle que je travaille dans l’édition, que l’Anglais et moi lisons beaucoup de BD et de trucs en tout genre et que la Crevette a déjà une bibliothèque à faire pâlir d’envie beaucoup d’enfants. Il y a littéralement des livres partout : dans la chambre de mademoiselle (grosse bibliothèque avec les BD et les livres anciens, plus les ouvrages historiographiques), dans notre chambre (papiers importants, livres d’art, programmes de spectacles, trucs divers), dans la salle à manger (tous nos poches et nos guides de voyage), sans compter les sacs et cartons de livres à vendre que je ne peux décemment pas remettre sur le marché tout de suite.

Emilie conclut avec une mise en garde : ne surtout pas jeter le lit ou le sommier tant que le traitement n’est pas fini. Pourquoi ? D’abord parce qu’il y a des chances que quelqu’un récupère vos meubles et soit infesté à son tour. Ensuite parce que vous allez installer un nouveau lit qui sera, à son tour, infesté. Enfin parce que le traitement risque de nous coûter assez cher, et qu’il vaut mieux remettre l’achat d’un nouveau lit à plus tard. Ah bah c’est formidable. Passez-moi une corde, ça ira plus vite.
Quand tout ceci sera fait, on pourra… appeler une société spécialisée dans la désinsectisation, pour qu’ils effectuent deux passages à deux ou trois semaines d’intervalle pour réaliser une nébulisation et lancer un fumigène afin de tuer les punaises restantes. Pourquoi deux passages ? Parce que le produit n’agit que sur les adultes, et qu’il faut revenir pour tuer les punaises qui auraient éclot entre-temps. Charmant.

La petite blague ? Le diagnostic tombe exactement quatre jours avant notre départ pour l’Irlande. Il va falloir “stériliser” toutes les affaires et la valise que nous comptons emporter pour éviter de propager l’infestation.
Soyons francs, j’ai passé les trois premiers jours à faire mon ménage en pleurant. Impossible de me concentrer sur mon travail, j’étais obnubilée par cette présence sournoise et insidieuse. Je lavais le plus possible, pestant contre le temps de séchage du linge (et encore, c’était l’été), commandant en catastrophe les premières caisses sur Amazon et emballant des bouquins, tout en passant la valise à la vapeur du fer et en congelant les livres qu’on comptait emporter.

De retour de vacances – qui nous ont offert une pause bien méritée, parce que j’étais au bord de la crise de nerfs – on s’y met franco. C’est parti pour du nettoyage, du repassage, des allers-retours à la laverie, de l’emballage de livres en caisses scellées au scotch… La première semaine, je suis incapable de faire autre chose. Mais il faut bien se remettre à travailler.

Au départ, naïve déterminée, je m’étais fixé comme but d’être débarrassés fin octobre. Puis fin novembre, avant le mariage de C.euh. Puis avant Noël. Pendant les vacances de Noël, nous étions bien évidemment toujours infestés, si bien que l’Anglais et moi avons décidé de nous retrousser les manches. On a emballé les derniers bouquins, vidé ce qu’il restait dans les étagères et, enfin, début janvier, j’ai pu prendre rendez-vous avec la société Easy Services.
Le passage des techniciens est, en soi, une aventure à part entière. D’abord, il faut tout dégager : toutes les caisses en plastique ont été évacuées dans notre garage ou la cave (coup de bol, on n’a pas eu besoin de louer un box), et tous les sacs poubelle amoureusement constitués depuis cinq mois ont été entassés dans la salle de bains pour dégager les accès des pièces contaminées. Ensuite, il est impossible de rester pendant la nébulisation/fumigation : il faut revenir après le départ du technicien pour verrouiller l’appartement (ne pas rouvrir la porte) et ne pas rentrer avant au moins 5 heures. Comme nous avons un enfant en bas âge (moins de 8 ans), il nous était interdit de dormir chez nous, il a donc fallu organiser deux déplacements chez ma mère. De retour à la maison, il faut aérer et continuer à respecter le protocole (lessives, aspirateur…).
Quinze jours après le second passage (samedi dernier, donc), Emilie est revenue avec son chien pour nous confirmer la bonne nouvelle : plus de punaises à la maison ! Il reste à ranger les affaires dans les placards et les livres dans les bibliothèques, mais en procédant avec beaucoup de prudence, car nous avons emballé certaines choses non traitées pour accélérer la procédure. Il faudra les déballer dehors ou dans la baignoire, et les laver/congeler immédiatement. On a encore quelques mois d’amusement en perspective, mais on respire.


Concrètement, qu’est-ce que cela a changé ? D’abord, nos finances !
Car tout cela coûte cher… Premier poste de dépenses pour nous, les caisses en plastique  : nous en avons acheté une quarantaine (si), ce qui nous revient à environ 600€. Dans ces moments-là, j’ai maudit mon goût pour la lecture ! Il faut ajouter à ça le prix de la détection canine (entre 200 et 250€ par passage, sachant que nous en avons demandé deux), ainsi que celui de la désinsectisation (210€ par passage, deux passages) et, accessoirement, des voyages à la laverie. Au final, cette joyeuse expérience nous a coûté pas loin de 1500€, creusant un sacré trou dans le budget familial. Et ne comptez pas sur l’assurance : la punaise de lit n’est pas considérée comme un nuisible (elle n’est porteuse d’aucune maladie connue), donc c’est à vous de vous débrouiller. En plus, seule la moitié de la population réagit aux piqûres, ce qui n’est pas notre cas. Les seules traces que j’ai arborées pendant ces 6 mois étaient celles des moucherons.
J’ai aussi tué trois pulls et deux jeans (à force les porter/laver à 60°) et dû racheter en catastrophe des vêtements chauds car j’étais incapable de retrouver les miens (à l’heure actuelle, certains de mes vêtements sont toujours portés disparus, probablement à la cave).
Et puis, soumis à trop de sollicitations, notre grand étendoir et notre aspirateur ont rendu l’âme, respectivement en octobre et fin janvier. Encore des emmerdes et des frais supplémentaires.

Ensuite, nerveusement : au moins les premières nuits, on dort mal, on est sur les dents, on hésite à éteindre la lumière (les punaises sont très photosensibles – mais sous la couette, il fait noir quand même, alors…). Et puis c’est épuisant : la routine est lourde, il faut tout trier, nettoyer, ranger, classer. Ce n’est pas drôle d’avoir des sacs poubelles dans son entrée en permanence, de devoir expliquer que, non, on n’en a toujours pas fini avec les punaises, d’expliquer à son enfant que ses livres et ses doudous sont rangés, de porter les deux mêmes jeans et les six mêmes t-shirts pendant six mois…

Enfin, socialement : nous avions l’habitude de recevoir pas mal, d’organiser des trucs à la maison, ça a été terminé. Déjà parce qu’on ne se sentait pas forcément d’inviter des gens en sachant qu’on risquait de les infester (dans le genre cadeau empoisonné, ça se pose là). Ensuite parce que certaines personnes de notre entourage nous ont purement et simplement informés qu’ils ne viendraient pas parce qu’ils avaient la trouille. Si je peux le comprendre, je dois avouer que ça a été un peu blessant, car il y avait autant de chances d’être infesté en s’asseyant dans notre canapé qu’en prenant le métro avec nous (soit très faibles à aucune, vu que le canapé était intact et que tous les vêtements qu’on portait étaient lavés à 60°).
Sans compter le stigmate toujours attaché à ce genre de problème, que l’on attribue souvent à un manque d’hygiène alors que c’est faux.

En revanche, avoir des punaises nous a forcés à faire un tri, en particulier dans les vêtements : on a éliminé plein de choses qu’on gardait un peu par sentimentalisme, un peu par “ça pourrait servir un jour”, et on a enfin revu le fond du dressing, porté disparu depuis deux ans. Pareil avec les livres, même si on n’a rien jeté et tout enfermé : en janvier 2019, on saura quoi revendre et quoi conserver.
Autre effet inattendu : le dialogue. Dès qu’on aborde le sujet, on se rend compte que plein de gens autour de nous ont eu le même problème ou connaissent des gens qui ont eu le même problème. Rien que dans ma sphère professionnelle, quatre personnes ont été touchées ces dernières années (courage, Tinou !). En plus, comme j’estimais qu’en parler m’aiderait à m’en remettre, j’ai eu les honneurs du Figaro (avec mes sacs poubelles, mes armoires vides et tout, et tout).

Comme ils nous ont beaucoup aidés et ont été très à l’écoute, je vous mets les coordonnées de nos “fournisseurs”.
Dogscan, détection canine des punaises de lit. Vous pouvez consulter leur page Facebook et leur site Internet.
Easy Services, le service de dératisation/désinsectisation recommandé par Dogscan.

Rendez-vous sur Hellocoton !

41 comments

  1. zenopia says:

    OMG ! J’avais lu mais je n’imaginais pas que ça avait été aussi fastidieux ! Bon, nous on a eu des vrillettes de bois (dans l’atelier… charpente à tratiter + tous les meubles, cadres, etc. de la maison… inspection des planchers… bref tout ce qui était en bois… On a “juste” fait traiter l’atelier par une société et ça nous a coûté un os… On en a profité pour faire un grand tri aussi !) et, l’année dernière, apparition d’un petit insecte bizarre dans les chambres… j’ai traité avec de l’insecticide… Haaaa oui, j’oublie les puces ramenées par le chat ! ça, ça a été un grand moment aussi 🙂 Heureuse que tu te sois débarrassée de ces saletés 🙂 Belle journée !

  2. Kleoinparis says:

    C’est incroyable le nombre de parasites qui existent pour nous mener la vie dure ! Je ne savais même pas ce qu’était la vrillette des bois, dis donc…
    Je me souviens avoir eu des puces de parquet chez ma mère une année après une absence de 10 jours en période de canicule (on avait des chats), et ça m’avait laissé un souvenir cauchemardesque… Et bien limite j’aurais préféré les puces aux punaises, c’est dire 🙂
    Tu as raison, heureusement que c’est terminé !

  3. Elanorlabelle says:

    Je n’imagine même pas l’impact sur les nerfs (ou plutôt si…). J’avais suivi l’histoire mais justement on en parlait avec ma mère et on se demandait quel avait été le coût financier. Ça confirme notre questionnement: quid lorsqu’on n’a pas les moyens? Je trouve ça assez aberrant que l’assurance ne prenne pas une partie en charge…

  4. Kleoinparis says:

    Le coût financier a été grevé chez nous par deux choses : l’énorme quantité de bouquins et le fait qu’on a demandé deux passages pour la détection canine (on aurait pu faire sans, mais c’était un bon moyen de confirmation).
    C’est aussi une des raisons pour lesquelles on a étalé le traitement sur une période aussi longue : par moments, on n’avait tout simplement plus les moyens d’acheter des caisses. Et pour être honnête, les 1500€ on ne les avait pas forcément, on a raboté sur plein d’autres choses. Quant à l’assurance, malheureusement… tant que ce ne sera pas considéré comme un vrai problème de santé publique, ça ne risque pas de changer.

  5. Shermane says:

    Je ne pensais pas que tu te sentais si ostracisée, j’espère ne pas en avoir trop fait avec mon cauchemar (réel) !
    Je note aussi la fausse bonne idée de la bombe insecticide.

    Au fait, j’imagine que vous en avez été informés, mais les produits fumigènes n’étaient pas toxiques pour le chat ?

    Heureusement que c’est derrière vous, tout ça, en tout cas. Quelle horrible « expérience »…

  6. Kleoinparis says:

    On s’est aussi ostracisés volontairement pour éviter de contaminer notre entourage, hein.
    Pour ce qui est du fumigène utilisé par la société chargée de la désinsectisation, le chat devait être évacué en même temps que nous : personne ne doit rester dans l’appartement en cours de traitement (et vu les masques que portent les techniciens, tu te dis que ça doit être bien dangereux, mine de rien). Après le traitement, il faut aérer mais ça ne laisse pas traces.

  7. Seham says:

    Bonjour Kleo,
    Je travaille à la radio (France Culture) et je cherche des témoignages comme les vôtres sur les punaises de lit,
    Votre témoignage m’intéresse, pourriez-vous me contacter ?
    Merci par avance

  8. JJ says:

    Quel calvaire. Merci tout de même pour votre article. Nous nous demandons justement si on a des punaises de lit. On se fait piquer la nuit ponctuellement mais ne trouve pas de signe classique après des fouilles… même erreur débutante que vous avec les foggers. Nous passons donc bientôt à l’étape enquête canine et puis à suivre.

    J’ai connu ces petites bêtes que je travaillais dans l’hôtellerie : un véritable cauchemar pour s’en débarrasser, mais les lieux ne sont pas pareils entre un hôtel avec beaucoup de traffic et chez toi qui devient une quarantine. C’est ce que je me dis de toute façon pour me rassurer !

  9. Kleoinparis says:

    Courage, je croise les doigts pour vous.
    Si vous êtes malheureusement infestés, la route sera longue, mais probablement moins qu’avec nous (ce sont les livres et les costumes historiques qui nous ont beaucoup ralentis).

  10. Quevilly says:

    Est-ce que vous pourriez me donner la référence des caisses en plastique que vous avez achetées ? j’en ai commandé sur Internet mais le rebord est fragile et se casse. Merci beaucoup !

  11. Kleoinparis says:

    Je ne vais malheureusement pas beaucoup vous aider : je les ai trouvées presque exclusivement à la solderie à côté de chez moi tenues par des Chinois. Je pense que c’est une sous-marque quelconque, je n’ai pas vu d’étiquette. Sinon Curver faisait des trucs bien dans mon souvenir, mais chers (n’oubliez pas de scotcher les bords une fois la caisse remplie !).

  12. JJ says:

    Bonjour à nouveau, détection chien chez nous aujourd’hui et résultat : zéro punaises. C’est un grand soulagement mais on se demande toujours ce qui nous pique. Pas de puces visibles non plus. Affaire à suivre mais adieu l’idée de bedbugs. Merci encore pour votre blog qui nous a apporté un certain espoir si jamais on avait été face au pire.

  13. Kleoinparis says:

    @Quevilly : désolée, je vous ai oublié ! Les caisses de la solderie étaient clipsables, et on a utilisé du scotch type “scotch de déménagement”.

    @JJ : bonne nouvelle pour vous ! J’espère que vous trouverez vite ce qui vous démange (des puces, éventuellement ?).

  14. MG says:

    Bonjour,
    Nous avons fait passer une société avec un chien détecteur de punaises… Notre chambre est touchée. Nous avons fait un premier traitement vapeur.. Une dizaine de bêtes, mais de nouveau des piqûres.. Du coup, on recommence cette semaine… Et si de nouveau, on passera au chimique…
    L’idée de vivre des semaines avec des sacs poublelles partout me déprime…

    J’avais une question, j’ai un fis de 4 ans et une petite d’un an… Les produits sont ils toxiques? La société est elle sérieuse?
    merci
    Magali

  15. Kleoinparis says:

    Bonjour,
    Le traitement mécanique ne constitue que 90% du traitement, il faut impérativement passer au chimique (en deux fois) pour en finir une bonne fois pour toutes.
    Avec des enfants en bas âge, il ne faut pas dormir chez soi la nuit qui suit le traitement. Normalement, il ne faut pas nettoyer par terre pendant le délai entre les deux passages de la société de désinsectisation, mais avec des petits enfants, il vaut mieux nettoyer un “coin” qui leur sera réservé s’ils jouent par terre (celui de 4 ans peut être raisonné, la petite d’un an, il y a moins de chances…).
    La société est très sérieuse, le personnel est compétent.

  16. Severine says:

    Bonjour Kleo,
    J’ai fait appel au même désinsectiseur que vous. 1er passage effectué il y a quelques jours.
    Avez-vous été définitivement débarrassée des punaises après le deuxième passage?
    Je déprime un peu, et deviens parano!!!
    Avez-vous des astuces pour éviter une nouvelle infestation?
    Merci pour votre article!

  17. Kleoinparis says:

    Bonsoir Séverine,
    Oui, nous avons été totalement débarrassés, mais un an plus tard, on est toujours paranos. On a encore des caisses et des sacs non traités à la cave / dans le garage / sur le balcon, et je scrute mes draps à chaque passage en machine. Néanmoins, et même si entre-temps j’ai eu la gale (longue histoire) et on a hébergé des puces (merci le chat), l’appartement est toujours dépunaisé.
    Courage, vous avez fait le plus dur !

    En matière de conseils, je dirais que si vous partez en vacances à l’hôtel / en AirBNB, il faut éviter de poser la valise sur le lit (plutôt sur une chaise / table) et ne pas utiliser les placards laissés à votre disposition. Vous pouvez également mettre un peu d’huile essentielle de lavande mais uniquement sur la valise pendant votre séjour. Et puis maintenant que vous savez identifier les traces de punaises, n’hésitez pas à jeter un oeil à la literie en arrivant.
    Si vous devez héberger quelqu’un, proposez-lui de stocker son sac dans la salle de bains (moins de risque d’infestation), et n’hésitez pas à mettre en avant la galère que vous avez vécue et la parano qui en ressort pour vous justifier.

  18. Bombadillou says:

    Bonjour,

    Merci pour ce témoignage qui, même si c’est très contraignant, montre qu’il est quand même possible de se débarasser de ces crasses.

    Je suis actuellement en plein doute quant à leur présence ou non dans mon appartement. Cela fait en effet une grosse semaine que j’ai des piqures au niveau des bras, jambes et torse qui semblent intervenir la nuit. J’ai fait venir 2 sociétés de désinsectisation et pour eux il n’y a rien.

    Il n’y a effectivement pas de traces de sang sur les draps. Par contre, j’ai constaté la présence d’amas de points blancs/jaunes sur le lit (de couleur noir), dans les tiroirs de rangement sous le lit et dans la garde robe. Aucune idée de savoir si cela vient de punaises de lit et, étant en Belgique, il n’y a a priori malheureusement pas de société qui utilise des chiens 🙁

    Je suis vraiment en plein désarroi et en plein doute. Je n’ai aucune envie de contaminer d’autres personnes. Bref, j’espère que ces sales bêtes, si elles sont là, vont se décider à se montrer ou à laisser des traces, sinon je vais devenir fou

  19. Kleoinparis says:

    Bonjour,
    Malheureusement, je ne m’y connais pas assez pour trancher, et je ne voudrais pas rendre un “diagnostic” qui pourrait tomber à côté. Avez-vous envisagé la possibilité d’avoir des puces ? Celles-ci piquent un peu de la même manière que les punaises et le font toutes les nuits, alors que les punaises ne se nourrissent en général que tous les trois jours. Si vous êtes en début d’infestation, vous ne devriez pas être piqué constamment.
    Bon courage en tout cas, je croise les doigts pour vous.

  20. Bombadillou says:

    Merci pour ta réponse.

    J’ai pensé aux puces mais je n’ai pas d’animaux et aucun animal n’est venu à l’appartement depuis que j’y ai emménagé. Concernant les piqures, je ne suis pas certains d’être “attaqué” toutes les nuits mais avec les démangeaisons c’est difficile à dire.

    Je vais essayer de retourner toute la chambre ce WE histoire de voir s’il y a une quelconque trace de ces bestioles. J’espère bien que je me fais des films mais je ne sais pas comment en être certain (vu que les chiens renifleurs ne sont pas en Belgique). Bref, ça va encore être gai ces prochains jours/semaines mais je ne me décourage pas 😉

  21. Noémie says:

    Bonjour,

    Ici aussi, avons été victimes de punaises de lit. Quel enfer ! D’autant plus, qu’on avait fait la même bêtise que vous Kleo, à savoir les bombes insecticides, résultat : on a tout éparpiller.
    Enfin bref, c’est très dur nerveusement, mais je me suis battue comme une lionne. Nous avions fait appel à plusieurs entreprises (les bombes fumigènes ne marchent pas), puis à BugExpert (détection canine + désinsectisation). Là, on a vu la différence, les piqûres étaient moins fréquentes, mais encore là hélàs. On a donc décidé d’investir dans la machine “le Cimex Eradicator” (sacrée dépense) qui marche vraiment bien et que l’on a toujours pour les rechutes. Parallèlement, il a aussi, fallu que je jointe plinthes de toutes les pièces, petits trous, fissures, même refaire les joints des carreaux (oui, il y en avait là aussi).Grosse dépense effectivement et presque 1 année pour s’en débarrasser. Il m’est arrivée de craquer lorsque je me retrouvais seule à devoir tout laver, sécher, enfermer et ébouillanter. Mais il fallait que ça sorte. Je ne dirais donc qu’une chose : soyez forts et courageux.

  22. Kleoinparis says:

    Quelle histoire ! Coup de bol pour nous, on en avait relativement peu, mais nerveusement c’est extrêmement difficile, comme vous le dites.
    Je note le nom de la machine, dont j’avais vaguement entendu parler, si un jour on replonge (je croise les doigts). Le pire, c’est qu’une fois que c’est terminé, on reste quand même sur le qui-vive pendant des mois, de peur qu’un truc revienne.

  23. D for Desperate says:

    Bonjour,

    Ces échanges datent d’il y a quelques mois, mais je tente ma “chance”.

    Vous dites que vous êtes partis en vacances quelques temps après la découverte de ces monstruosités de punaises. En avion, si j’ai bien compris? Mon époux envisage de partir avec notre voiture mais si elle est infestée, que faire?! Ceci dit, sans ces vacances, lui et les enfants risquent réellement de devenir fous!! Je ne sais que vous n’êtes pas une pro, mais si vous avez quelques bons conseils, je suis preneuse!

    Merci d’avance!

    Cordialement.

    D for desperate

  24. Kleoinparis says:

    Bonjour,
    Alors nous étions partis en voiture + bateau (en Irlande). Si la voiture est infestée, vous avez de la chance : les punaises meurent à 47° ; laissez la voiture en plein soleil (vu les températures ces jours-ci) pendant une journée, et celle-ci sera “propre”. Pour vous rassurer, vous pouvez éventuellement passer l’aspirateur (pensez à le vider après) et/ou le balai vapeur sur les banquettes et la moquette.
    Nettoyez bien le linge et les valises que vous comptez emporter pour ne pas contaminer votre lieu de vacances, et profitez de votre escapade, vous allez avoir besoin de forces au retour !
    Bon courage et n’hésitez pas à me redemander au besoin 🙂

  25. Mirdhynn says:

    Bonjour

    Suite à notre petite “expérience” de vacances, je tombes sur votre site. Témoignage de cette expérience :
    Nous avons loué un gîte ne Ardèche il y a 15 jours.
    La première nuit, nous sommes piqués aux pieds. Nous n’avions jamais entendu parler des ces sympathiques bestioles, alors nous pensons tout de suite aux moustiques.
    Étant le WE, nous décidons de patienter jusqu’au lundi pour aller acheter des diffuseurs. Seconde nuit à se faire dévorer…
    Le lundi, donc pose de diffuseurs anti moustiques, mais troisième nuit à se faire piquer.
    Nous pensons à des puces et j’achète un spray pour literie. Inefficace, quatrième nuit de calvaire. Je me réveillais la nuit en sentant les bestioles ramper sur moi…
    Je fais intervenir la propriétaire qui passe un fumigène. Nous dormons dans un clic clac et les filles dans une autre chambre. Re piqûres. Recherches sur internet, on fini par constater l’évidence…
    Nous faisons ensuite intervenir gîtes de France. On est le Vendredi. Une référente (et aussi présidente des GDF Ardèche accessoirement) nous appelle directement et demande de passer chez elle
    La massue tombe : Nous devons laver tous nos habits à 60°, elle nous propose de mettre nos autres affaires au congélateur pendant 4 jours. GDF nous propose une autre gîte pour la seconde semaine. Mais le mal est fait, vacances foutues. On termine à 21h30 ce jour là, je jette la moitié de nos affaires : Draps , veilleuses des filles, serviettes, valises, rehausseurs de table des filles, valises.
    La seconde semaine, la petite de 5 ans fait une réaction allergique ( Le mardi suivant) Avons nous ramené une bestiole dans le second gîte? Impossible de savoir (les piqûres mettent du temps à se réveiller). Je bombes sa literie le jour même.
    Depuis, plus de piqûres. Mais on passe notre temps à s’inspecter, “démangeaisons imaginaires” en sus. La référente nous fait comprendre implicitement qu’elle en a marre de recevoir un coup de téléphone par jour de notre part.
    Nous rentrons finalement plus tôt chez nous, nous n’avons plus le cœur aux vacances.
    J’ai passé deux jours à ébouillanter nos affaires dans le jardin et à relaver notre linge en laverie. J’ai passé une heure à aspirer les moindre recoins de la voiture, puis j’ai pris ma centrale vapeur et j’ai “repassé” tous mes sièges voiture et les tapis.
    Je vis dans la peur d’avoir ramené une bestiole chez nous (De même, plein de livres et maison encombrée par tout un bric à brac, ça serait un carnage)
    J’ai encore tout nos habits dans des sacs poubelle. Je suis usé. Mon épouse pense que j’en fait trop mais je sens bien que c’est surtout toutes mes manips qui la stresse encore plus.
    Je me demandais au bout de combien de temps on sait que l’on peut “être tranquille” et tourner la page ?

  26. Kleoinparis says:

    Honnêtement, je pense plutôt que votre épouse vous bénira ! Vous avez eu un excellent réflexe. Pour le délai, je ne voudrais surtout pas dire de bêtise, mais je pense que vous pouvez faire intervenir un chien une quinzaine de jours après avoir fini de traiter votre linge. Par acquit de conscience, laissez les affaires que vous estimez contaminées dehors, voire dans la voiture au soleil (avec cette canicule, toute bestiole restante devrait “cuire” dans la journée). Les punaises meurent à 50° au bout d’une dizaine de minutes d’exposition, on m’avait conseillé de faire sécher mon linge une bonne demi-heure.
    Bon courage, et bravo pour votre vigilance ! Et oui, l’aspect psychique est presque plus grave que l’aspect sanitaire…

  27. Mirdhynn says:

    Oui, l’aspect psychologique est sûrement le pire.
    Je n’ose même pas parler de notre mésaventure à l’exception de nos proches. J’ai peur que la nounou nous pose problème par exemple en refusant de garder les filles.

  28. Inès75 says:

    Bonjour Kleo,
    Merci pour votre témoignage. J’ai aussi lu l’article du Figaro et j’en ai eu froid dans le dos. Pour ma part, je suis une infestation depuis 1 mois.
    J’ai décidé de prendre le problème à bras le corps alors tous les jours j’aspire, je vaporise et j’applique de la terre de Diatomée.
    Pour mes vêtements (que j’adore…) pas la volonté de passer à 60 degrés alors j’ai tout vaporisé. Pensez-vous que cela suffit ?
    Le pire dans tout ça, c’est que je dors sur un matelas gonflable pour pouvoir le nettoyer et j’ai jeté tout le reste… Je n’ai aucune notion de temps et pas les moyens de payer des chiens alors je me dis que faire intervenir une société (via mon propriétaire) deux fois pourrait peut-être m’assurer que l’infestation est terminée… Qu’en pensez vous ?
    J’ai du jeu sur mon parquet, peuvent-elles s’y loger ?
    Merci pour vos réponses si vous lisez ce message…

  29. Kleoinparis says:

    Bonjour,
    Je ne suis pas spécialiste de la question, je ne fais que parler de mon expérience (et un peu de celle de mon entourage, puisqu’on me contacte beaucoup à ce sujet maintenant). Tout jeter va vous coûter cher, si je puis me permettre, car tant que vous n’aurez pas la certitude qu’il ne reste rien, tout ce que vous rachèterez risque d’être infesté. Vaporiser, ainsi que je l’ai expliqué dans mon article, ne tue pas les punaises mais les fait fuir : ça les dissémine dans l’appartement, voire dans l’immeuble.
    Vous pouvez essayer de demander à votre propriétaire de payer l’intervention, mais je ne pense pas qu’il y soit tenu, puisque les punaises ne sont pas considérées comme un problème de santé publique / salubrité… Quoi qu’il en soit, l’idéal est de faire intervenir une société de désinsectisation à deux reprises, en effet, mais il faudrait avoir tout traité vous-même avant, sans quoi l’infestation reviendra. (Quant à la terre de diatomée, j’avoue que je suis très dubitative, mais c’est personnel.)
    Pour le parquet, c’est une possibilité, mais je vous avoue que je n’en sais rien du tout.
    Bon courage à vous !

  30. Inès75 says:

    Merci pour votre réponse !
    Justement, je vais attendre quelques mois avant de me remeubler car je veux être sûre que l’appartement est dépunaisé… c’est par ailleurs compliqué car quid des oeufs ou larves que je n’aurais pas vu…
    J’ai lu que le propriétaire est dans l’obligation de payer l’intervention mais les produits sont à ma charge. Coup de bol, le miens est très à l’écoute et a décidé de m’aider.
    Je vais donc miser sur l’intervention d’une société, en espérant que cela fonctionne…
    Voilà une semaine que je ne me fais plus piquée mais j’ai toujours la crainte des oeufs qui pourraient éclore…

    En tout cas merci pour vos réponses, vous êtes une vraie source de soutien…

    Bonne journée

  31. Kleoinparis says:

    Tant mieux si vos propriétaires sont prêts à vous aider, vous avez de la chance ! Cherchez bien des professionnels recommandés, car si c’est mal fait ce sera problématique.
    Le produit tue les adultes mais pas les oeufs, raison pour laquelle il faut passer une deuxième fois, 2 à 3 semaines après le premier traitement. Ne lavez pas le sol entre les deux passages de la désinsectisation.
    Bon courage maintenant : le plus dur reste à faire, mais vous serez débarrassée.

  32. Jjjjj says:

    Bonjour,
    Une petite question … si plusieurs de vos voisins sont infectés notamment le 1 er,2 eme, 3 eme et 4 eme d’un immeuble de 6 étages je tiens à préciser que je suis au derniers … les punaises peuvent elles monter ? Ou faut il que je sois en contact avec eux directement pour être infecté ? Et que puis-je mettre devant la porte en prévention ? Un désodorisant à la lavande peut-il les éloigner ? Ou aitre choses ? Merci pour vos réponses ..
    Je suis trop inquiète..

  33. Kleoinparis says:

    J’avoue que je ne saurais pas vous répondre avec précision. Je ne suis pas spécialiste, je parle juste de mon expérience personnelle. Si vos voisins ont utilisé des répulsifs et pas fait appel à une société spécialisée pour désinsectiser, il est possible que les punaises se soient “diffusées” ailleurs dans leur appartement, et peut-être dans l’immeuble. Mais c’est une hypothèse et en aucun cas une affirmation stricte.

  34. dada says:

    Bonjour je vous remercie pour votre histoire cela m aide beaucoup. il y a une semaine j ai eu des piqûres étranges sur mon ventre et notament apres avoir fait la sieste. En me levant ma fille avez des piqûres sur le dos donc ont va chez le docteur et constat punaise de lit. Et la sa fait une semaine je suis en dépression sérieusement mon medecin ma arrêtée mon pere est venu m aider on a tout emballer mes habits. j ai mis a la poubelle des sac entier avec des souvenur jetés des choses decoratives et il n y en encore dans ma terrasse je ne dors plus chez moi. Heureusement j ai le soutien de mon pere et de mon nouveau copain qui lui a vraiment du courage a me supporter pendant cette galere.La societe est venu hier désinfecter ma maison et egalement ma voiture. Sa fait une semaine je lis des articles et je réalise que cela a un cout important en 1semaines j en suis a 300euro en sachant que je suis une maman avec deux enfants a charge qui gagne le smic également renseigné sur les balais vapeurs les houses …. mais je me demande vraiment si je vais y arriver. Et la aujourd’hui panique a bord je decide d allez chercher ma voiture je pousse la porte de ma maison je deprime quand je vois ma maison son etat enfin je passe.. je récupère les siege auto pour les mettre dans ma voiture et la j en vois une sur ma voiture je prend sur moi et je commence a aspirer l intérieur j en vois une dedans je commence a paniquer et je me demande si je vais y arriver a sortir de ce cauchemar. Et je découvre sur le scooter de mon frère garer a coté de ma voiture des taches de sang sur la selle et en m approchant je vois une punaise sur le guidon et la je pars en crise de panique. Mon quartier est il infecté? Cela peut venir des nouveau voisin il sont arrives y a 1 mois il ont 4chiens dans un 100m en sachant qu il ont garer un camping car … ou bien quand j ai emener min linge a la laverie je suis tombé en panne il t a un mois. J ai besoin de vos avis que faire laisse mon appartement et ma voiture l emener chez un professionnel du nettoyage et recommencer ma vie ? Faire une reunion du voisinages… La je suus actuellement chez mon père avec mes filles lavé linge passé a 60 et en mide dépression je vous remercie pour attention et du temps que vous m aurait accordés

  35. Fanny says:

    Bonjour,

    Je vous lis et vos conseils sont pour moi très precieux.. je panique aussi car j’ai un petit garçon de 10 mois. J’ai decouvert des tâches de sang en Août et deux bêtes mortes. J’étais Dégouté mais j’ai tout lavé et je suis passée à autres choses.. seulement voilà mon mari me dit que ce n’est pas lui et qu’il a decouvert des bêtes qui font des taches de sang qd on les tues ! Mon dieu je panique.. et hier j’en vois deux vivantes. Et en faisant le grand nettoyage j’en decouvre pleins morte dans les toiles d’araignées (oui parce que j’ai aussi bcp d’arraignée, moucherons, cafard ou truc qui ressemble) franchement c’est le comble car avec mon mari nous sommes très maniaque ! Mais la ou nous vivons n’est pas ultra bien conçue, les plinthes ne tiennent pas.. trous dans le parquets, fuite d’eaux, bcp d’humiDité.. bref la totale !

    J’ai tout laver au lave linge et seche linge mais J’ai une question.. si je lave à 40degres et que je passe au sèche linge ça suffit pas ? Car ça m’embête de bousiller mes affaires !

    Dans quel sac mettez vous vos vêtements ? Je n’ai pas vu de tache sur mon matelas ou sur matels juste un peu sur mon draps housse.. mais ça fait deja..sur..deux mois qu’ils sont par la.. je ne les trouves pas mais je crois que les araignées pour le coup m’aide bcp à les tuers.. je n’ai pas eu de piqûres encore mais je flippe, je dors mal et mon fils viens souvent fini ca nuit dans notre lit.. je flippe encore plus..

    Vous pensez vraiment qu’on ne peut pas les éradiquer sans faire tout ça ? C’est terrible de pas savoir si c’est infecté ou pas et ou ! Le pire dans tout ça c’est que pour mon mari c’est pas grave.. c’est juste des bêtes.. il refuse que j’emballe ces vêtements.. il ne voit pas bien dans quelle galères nous sommes !

    Merci pour vos conseils

  36. Kleoinparis says:

    Bonjour,

    Je comprends votre angoisse, moi-même j’avais une petite fille de deux ans et demi et ça me faisait flipper à mort. D’après les descriptions, je pense bel et bien qu’il s’agit de punaises (les taches de sang quand on les écrase…). Ce pourraient être des puces, mais dans ce cas vous seriez couverts de piqûres très irritantes.

    Je crois que malheureusement, si le traitement que je décris est aussi long et rébarbatif, il est le seul à tenir sur le long terme (a priori c’est même une des raisons pour lesquelles les punaises “reviennent” : les gens craquent et arrêtent le traitement).

    Je ne sais pas si ça peut vous rassurer mais : les punaises ne piquent que pour se nourrir et ne transmettent aucune maladie connue.

    En revanche, oui, votre mari n’a pas l’air de comprendre de quoi il retourne. Psychologiquement ça peut être très difficile, surtout si votre résidence est déjà mal conçue.

    Pour ce qui est des lavages : à part quelques trucs vraiment fragiles, que j’ai laissés dans le congélateur (-18°, pendant 72h minimum, emballés dans un sac hermétique), j’ai testé, presque tout peut passer à 60° une ou deux fois même s’il est écrit le contraire. Vous pouvez aussi passer au sèche-linge mais à puissance maximale pendant au moins 30mn, et j’ai eu de mauvaises surprises comme ça.
    Je stockais mes vêtements dans de gros sacs poubelle de jardin (épais, donc, et capables de beaucoup contenir). Dès qu’un vêtement est sorti d’un sac, il faut le relaver avant de le ranger. D’où notre méthode : on avait chacun deux jeans (plus une ou deux robes pour moi), quelques tee-shirts, deux pulls, et le reste était “nettoyé” peu à peu et non utilisé. Pour les gros manteaux, je les ai faits passer “à sec” dans un sèche-linge de laverie (je n’ai pas de sèche-linge chez moi).

    Le plus dur, c’est d’une part de tout nettoyer (c’est fastidieux) et ensuite de conserver les vêtements / affaires à part et de ne pas les utiliser le temps d’éliminer les bestioles.

    En revanche, ne balancez pas la literie avant d’avoir éradiqué vos importuns, car le nouveau lit serait colonisé. Et si jamais vous décidez de déménager, sachez que si vos affaires ne sont pas traitées, vous allez embarquer les punaises avec vous.

    Je vous souhaite beaucoup de courage.

  37. Fanny says:

    Bonjour Kleo,

    Merci pour votre réponse.. après trois jours de grand ménage j’ai trouvé d’ou vient la source.. enfin source je ne sais pas mais une contamination avec pleins de tâches d’excréments.. deviner où (mon dieu quand j’y pense) dans le lit cododo de mon fils.. dans les fermetures et doublures.. heureusement il ne dormait plus dedans, je le gardais au cas où.. si cette semaine il a dormis une fois dedans mais aucune piqûre ni lui ni moi ! Mais je comprend un peu le chemin des punaises.. les tâches étaient souvent à ma place et sur mon oreiller ce qui me semble logique aujourd’hui.. et notre lit a une étagère au dessus de ma tête et j’en avait retrouver des mortes la ainsi que derrière le lit.. je pense que c’est un début d’infection. J’ai noyer le lit dans de la javel et Nous l’avons jeté à la déchèterie. J’espere qu’elles sont toutes partient avec le lit .. bien sur je n’y crois pas bien, bien que rien d’autre ne semble être envahi.. enfin mon coussin d’allAitement à été touché car il touchait le lit cododo, c’est d’ailleur ce qui m’a mis la puce à l’oreille car je venais de le laver..

    Ma soeur ma parlé de « Terre Diatomee ». Un ami à elle s’en ai debrassé comme ça alors qu’il était beaucoup infesté.. pourquoi vous ne croyez pas en ce produit ?

    J’ai la peur ai ventre. Peur qu’elle se deplace ailleur maintenant que le lit n’ai plus la.. nous sommes partis en week-end avec un sac passée à la javel et avec passé au fer à repassé.. nos vêtements ne semble pas être touché non plus.. mais bon ça peu venir.

    Comment fermez vous vos sacs poubelles du coup ?

    Je crois avoir vu un bébé c’est ça qui me fait peur.. je pense que je vais faire venir le chien car c’est terrible de ne pas savoir.. on ne sais pas comment se battre..

    En tout cas merci pour vos conseils.. ça se voit aussi que vous travaillez dans l’édition.. malgré l’histoire Dramatique j’ai trouvé votre histoire très bien écrite et pleins d’humour.

    Merci pour tout !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.