Le quizz des autres possibles

A mon tour de reprendre à mon compte ce questionnaire d’Armalite. Intéressant à plein de titres, car je me demande si j’aurais vraiment orienté ma vie de cette façon. Vous pouvez également retrouver les participations de Shermane, titite et Isabelle.

Le prénom que vous auriez voulu porter: Aussi étonnant que cela puisse paraître, j’adore mon prénom, et n’en ai jamais désiré d’autre. Ce n’est pas forcément mon prénom préféré (qui est certainement celui que j’ai donné à ma fille), mais on s’en rapproche.
L’époque à laquelle vous auriez aimé naître: Là, comme ça, je pourrais en citer plein : l’Antiquité romaine, le 13ème siècle, la Renaissance, le Second Empire… mais au sein d’une classe de la société assez aisée pour ne pas mourir de faim / froid au premier coup de vent. Sauf que c’est de la théorie : en tant que femme, issue d’un mariage mixte, je n’aurais que peu de poids dans la société. Et puis vivre à une époque où on peut mourir d’un rhume mal soigné, sans antibiotiques ni vaccins, très peu pour moi. Oui, parce que, j’ai calculé, j’aurais pu perdre mes enfants au moins une fois chacun s’ils étaient nés ailleurs et/ou à une autre époque.
L’endroit où vous auriez aimé vivre: Kyôto ou Sotckholm.
Le métier que vous vouliez faire quand vous étiez petit(e): Horticultrice (ne me demandez pas, moi-même j’essaie de comprendre), archéologue, hôtesse de l’air. Et romancière, lol.
Le métier que vous aimeriez faire si vous aviez une deuxième vie d’adulte: Médecin, probablement spécialisée dans les maladies infectieuses et tropicales. Ce qui est mal barré vu que je suis d’une nullité crasse en sciences.
Le talent artistique que vous auriez aimé posséder: Savoir composer de la musique ou écrire de la poésie. Ce sont deux formes d’expression qui me fascinent mais que je suis incapable de concevoir.
Le sport dans lequel vous auriez aimé exceller: L’équitation. J’ai un peu pratiqué, mais pas assez longtemps pour avoir un niveau satisfaisant. Aujourd’hui, je dois savoir préparer et seller un cheval, et monter sans me faire mal, mais c’est le bout du monde.
La qualité que vous regrettez de ne pas avoir: Le bon esprit. Non seulement j’ai un côté langue de vipère qui s’assume plus ou moins, mais en plus je me vexe facilement. Y’a des jours où je me fatigue.
Le défaut dont vous vous débarrasseriez volontiers d’un claquement de doigts: Mon impatience. J’aimerais que tout soit fait pour hier, en trois exemplaires par la voie hiérarchique, et les chaussettes dans le tiroir de gauche, merci, bisous.
Ce que vous changeriez le plus volontiers dans votre physique: Bonne question… Je dirais bien mes cuisses, que je trouve trop replètes et mollassonnes, mais j’ai globalement fait la paix avec mon corps (j’entends l’Anglais qui se marre). Bien sûr, je pourrais toujours être plus ceci ou moins cela, mais je pense que j’ai cessé de me focaliser dessus.
Le super-pouvoir que vous rêveriez de vous découvrir: Quand on me pose cette question, je repense invariablement à cette note de Boulet, sur les inconvénients des super-pouvoirs, et que je trouve extrêmement pertinente. En vrai, je n’en ai aucune idée, ça me passe au-dessus.

Le truc auquel vous avez renoncé à regret: Retourner vivre au Japon à une époque de ma vie. Je ne dis pas que la porte est totalement fermée, mais ce n’est clairement plus la priorité, pour plein de raisons différentes.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments

  1. Isa says:

    Stockholm ?

    (Et oui, en repensant à un comm lu hier sous ton post Facebook, je te garantis que bientôt tu boiras des mojitos en te rappelant avec un certain étonnement à quel point tes enfants ont pu être malades quand ils étaient petits. Cela étant, en un autre temps et un autre lieu, on aurait pas fait les malignes. Et y aurait pas eu de mojitos, ce qui serait pas bien cool non plus, quoique moins grave.)

  2. Kleoinparis says:

    J’aurais toujours pu me soûler à autre chose qu’au mojito (le post était de BBL), c’pas la question. Mais rien que sans les antibiotiques, la Crevette y restait d’une pyélonéphrite à deux ans ; sans la médecine moderne, le Paprika ne se serait sans doute pas bien remis de ses deux bronchiolites… Bref.
    Stockholm, oui, j’ai eu un coup de cœur pour cette ville il y a une dizaine d’années. Après je ne sais pas si je pourrais supporter le froid !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.