Une semaine… #4

  • Il faut vraiment que je déniche un nouveau cahier pour les échanges avec la nounou. Mais depuis la fermeture de la librairie devant l’école, pas facile de trouver des trucs sympas.
  • “Bourré j’me suis déjà tapé des moches, mais des nanas, ah non !” (D’un ton outré)
  • Formation GRPD : sur le principe c’est intéressant, maintenant vu que c’est moi qui ai relu l’intégralité des documents internes sur le sujet, c’est un peu redondant… (et puis ça augure d’une tonne de boulot supplémentaire).
  • “T’inquiète pas, j’ai utilisé le mur du salon pour faire mon édit.” Y’a des clichés du sol au plafond, tout va bien.
  • Instant de fierté : faire une référence assez absconse à Fassbinder (le réalisateur, hein, à ne pas confondre avec Fassbender) et être comprise.
  • “Ce soir, on picole ! Sauf si t’as du travail. Dans ce cas, c’est moi qui picole.” Je suis ultra solidaire de l’Anglais, c’est important pour notre couple.
  • 370 pages, 7 scènes de cul dont au moins 6 inutiles pour l’intrigue, et pas franchement inventives, sauf sur le lieu de l’action. Je dois être blasée.
  • J’ai tellement pas la main verte que j’ai réussi à (presque) tuer une plante grasse : elle vit encore, mais sans doute plus pour longtemps.
  • Je ne sais pas si c’est le soulagement d’avoir bouclé la deuxième étape, le brainstorming à 3 heures du matin ou le vin, mais cette petite sieste aura duré plus de deux heures.
  • Testée et approuvée : cette délicieuse recette de lasagnes de Pessah proposée par Karen. OK, on a quinze jours de retard mais c’est quand même délicieux.
  • Pourquoi les appartements des autres sont-ils toujours propres et bien rangés alors que le mien est dans un bordel innommable et que les moutons de poussière se planquent dès que je dégaine l’aspirateur (pour mieux ressortir après, les fourbes) ?
  • Décidément, je n’ai pas la main très heureuse en matière de lecture en ce moment : trois livres en demi-teinte sur les quatre derniers, ça fait beaucoup, quand même.
  • Première sortie du Paprika à Viltain, emmitouflé jusqu’aux oreilles. Le parfum des pousses de poireaux ne lui a fait ni chaud, ni froid.
  • Au moment où je glisse à l’Anglais que Mademoiselle a sacrément grandi parce qu’on ne l’a pas entendue réclamer à manger / boire / faire pipi de la matinée, retentit un très reconnaissable “Mamaaaaan, j’ai faiiiim”. Epic fail.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply