Bilan de lectures 2018

Source

2018 fut une année riche en lectures, davantage que ce que j’espérais. Avec l’arrivée du Paprika et le tournant de notre vie familiale, le rythme fut parfois chaotique, mais renvoyer Junior dans sa chambre avec sa sœur m’a au moins permis de lire avant de dormir, fût-ce quelques pages.
A la suggestion de Karine, je vais reprendre ici les livres qui m’ont le plus marquée.

La nuit la neige, Claude Pujade-Renaud
2018 fut l’année de la (re)découverte de Claude Pujade-Renaud. Après Dans l’ombre de la lumière, lu il y a quatre ans, j’ai été tout aussi émerveillée, secouée, transportée, poussée à la réflexion par les écrits de cette autrice, à laquelle j’ai même écrit une sorte de déclaration d’amour sur le blog Lectures Gourmandes.

L’autre moitié du soleil, de Chimamanda Ngozi Adichie
Une claque. Je pense qu’il n’y a pas d’autre mot pour définir ce roman qui m’a complètement happée. C’était dur, lumineux, écrasant, léger… une lecture incroyable, qui m’a beaucoup marquée.

Eugenia, de Lionel Duroy
Encore un roman difficile, sur un sujet pas du tout joyeux, mais qui me touchait de près : la persécution des Juifs en Roumanie, des années 30 à la fin de la seconde guerre mondiale, au prisme de l’amour entre l’écrivain Mihail Sebastian et son étudiante, Eugenia. J’ai été retournée, tant par l’histoire que par la plume de l’auteur.

Le foyer des mères heureuses, Amulya Malladi
Le sujet du livre, les mères porteuses rémunérées en Inde, est très actuel et m’a immédiatement parlé. L’autrice a eu l’intelligence d’aborder les deux aspects du sujet, celui de la mère d’intention, et celui de la mère porteuse, donnant à voir une situation sans juger.

Eva Luna, Isabel Allende
Ce n’est pas le perdreau de l’année, mais je n’avais jamais lu Isabel Allende jusqu’à ce qu’on m’offre ce roman. Et quel roman ! Une histoire incroyable, qui semble partir dans tous les sens mais qui “retombe sur ses pattes”, une écriture foisonnante, un souffle presque épique… J’ai adoré.

La nuit des béguines, Aline Kliner
Aline Kliner s’est emparée d’un sujet assez peu connu, celui des béguinages d’Europe du Nord au milieu du Moyen-âge, pour en tirer un récit vif et coloré sur la condition féminine face à la religion. C’était une très belle lecture, avec une évocation parfaite de la période – quand on sait à quel point je peux être chiante sur le sujet, ce n’est pas peu dire – et une écriture très fluide.

Un monde à portée de main, Maylis de Kérangal
J’adore Maylis de Kérangal depuis Réparer les vivants, mais je ne savais pas si le sujet me toucherait autant cette fois-ci. Mais oui. Cette histoire de trompe-l’oeil et de quête d’authenticité, de soi, m’a conquise. Il y a aussi, surtout, l’écriture de l’autrice, cette façon d’entraîner le lecteur dès la première phrase, de ne plus le lâcher – une forme de lecture “en apnée” dont on émerge un peu sonné mais fasciné.

Petit pays, de Gaël Faye
Je suis arrivée après la bataille, soit une fois que tout le monde a lu et s’est extasié sur ce livre. Mais que c’est justifié ! Cette évocation douce-amère de la fin de l’enfance, qui s’achève dans le bain de sang du nettoyage ethnique au Rwanda (même si le narrateur vit au Burundi) est à la fois saisissante et attendrissante. Un roman relativement court, mais très marquant.


Comme il n’y a pas que la littérature sérieuse dans la vie, j’ai quand même lu pas mal de romance – vous constaterez d’ailleurs que c’est devenu l’un des seuls genres que je lis en VO, car je lis désormais avec un oeil de traductrice, ce qui est assez crevant. 2018 fut l’année de belles découvertes, mais aussi de “romances-cacahuètes” (des bouquins qu’on enchaîne jusqu’à se sentir un peu nauséeux). J’en ai probablement moins lus que les années précédentes, mais j’ai découvert quelques belles séries.

Série Attitude, Marion Olharan
Marion Olharan est une copine depuis… longtemps, on va dire. Ce qui n’enlève absolument rien à son talent. Sa plume est vive, ses histoires drôles et attendrissantes, tout en étant ancrées dans la réalité, ses héroïnes ne s’en laissent pas conter…
Mon préféré de la série – qu’elle a malheureusement décidé d’abandonner après trois tomes – demeure Joaquin.

Série Colorado High Country, Pamela Clare (Tempting Fate)
J’adore les romances historiques de Pamela Clare, j’aime beaucoup la personne en tant que telle (j’ai eu la chance de la rencontrer), mais je n’avais jamais testé ses séries contemporaines. Grave erreur, c’est génial. Haletant, sexy, drôle, (très) bien écrit et documenté – l’autrice fut journaliste et ça se sent.
Ma préférence est allée à Tempting Fate, avec le ténébreux Chaska et la rescapée Naomi. J’ai beaucoup aimé l’incursion dans l’histoire des Lakotas, et la résilience de l’héroïne. Malgré cette couverture ratée.

Série The Hartigans, Avery Flynn
J’ai beaucoup entendu parler d’Avery Flynn sur les réseaux sociaux. The Hartigans n’est pas sa première série, mais elle est novatrice en ce qu’elle met en scène des héroïnes proches de la réalité : l’une est laide (vraiment), l’autre est grosse (pas une taille 44, mais plutôt 54), etc. Chacune trouve l’amour en affrontant ses démons mais sans pour autant se laisser écraser par le mâle alpha devant elle. Et les personnages ont de l’humour.
Seuls les deux premiers tomes, Butterface et Muffin Top, sont sortis. J’ai hâte de lire la suite, et si une maison d’édition veut me confier la série, ce sera avec joie.


Cette année a été riche en découvertes heureuses ! Je fais peut-être davantage confiance à mon instinct ? Car il y a eu aussi quelques flops. Pas de lecture insupportable, mais plutôt des livres dont j’attendais beaucoup et qui m’ont déçue.
Plus encore qu’à mon habitude, mes goûts m’ont portée vers l’histoire des Juifs (et de leurs persécution) et la condition féminine. Des pistes pour 2019?

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 comments

  1. Karine says:

    J’ai beaucoup aimé Petit Pays et Eva Luna. J’aime l’écriture de Claude Pujade-Renaud alors tu me donnes envie de la relire. La nuit des béguines est dans ma pile, depuis que j’ai visité un béguinage. Of course, ça m’intéresse.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.