Chroniques du confinement – Prendre la pose

La lassitude commence à se faire sentir, et notre patience à l’égard des enfants (déjà pas immense) s’amenuise. Après quelques orages en matinée, nous avons réussi à ramener un semblant de sérénité, en espérant que cela dure.

Le Paprika en tenue de camouflage (photo de Monsieur)

Parce qu’il est évident que ça va durer, et davantage que ce qu’on nous avait annoncé à l’origine (j’avoue, je table depuis le début sur un fin de confinement début mai au plus tôt). Du coup, on met en place quelques stratégies…

  • Comme tout le monde, nous avons cédé à la mode des apéros Skype. Sauf qu’on fait plutôt des goûters Skype, avec la famille ou les copains de classe. Gros succès – et puis ça permet de parler avec des adultes, parce que les enfants désertent au bout de quelques minutes.
  • Quand la grande travaille, on essaie de mettre Junior sur une activité manuelle à proximité, comme ça il est dans un rythme un peu similaire.
  • Nous avons sacrifié une partie de notre santé mentale et mettons en boucle presque toute la journée des chansons pour enfants, en particulier un CD d’une vingtaine de minutes. A la fin du confinement, je me fais un concert de Rammstein pour me nettoyer les tympans.
  • Cet après-midi, l’Anglais a installé son studio, sorti tous les déguisements des enfants, et les a photographiés dans toutes leurs tenues. Même le Paprika s’est amusé, ça les a occupés une bonne heure.

Après, je jette aussi un voile pudique sur les paillettes éparpillées dans tout le salon, la pâte à modeler collée aux meubles, les peintures de guerre au feutre et les différends autour du lave-vaisselle.
Good night, and good luck.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments

  1. Kleoinparis says:

    Un apéro Skype (enfin surtout les goûters ici), ça sauve la vie, ça permet d’avoir une conversation presque normale, et ça change les idées. Je pense pas mal à toi aussi en ce moment.

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.