C’est compliqué

C’est officiel, nos deux enfants sont désormais dans le système scolaire. Dire que j’attendais avec impatience l’entrée à l’école du Paprika – et un semblant d’autonomie / liberté – est un euphémisme. Ces trois dernières années, c’était une “cartouche” que je gardais dans un coin de mon esprit quand j’en avais marre. Non que je n’aime pas mes enfants, mais toujours craindre une bêtise quand je vais aux toilettes ou que je quitte la pièce, c’est un peu lassant.

Source

Et puis… la rentrée est arrivée, mais on est loin de ce que j’espérais. Déjà, le souci majeur de Junior, sans doute empiré par le confinement, et qui ne s’est pas résolu d’un coup de baguette magique : il ne parle pas. Ou plutôt, il jargonne mais on ne comprend pas grand-chose à ce qu’il raconte, il a un vocabulaire limité et ne fait pas d’association (deux mots accolés ensemble pour faire sens). On a lancé les grandes manœuvres avec suppression de la tétine au début de l’été, orthophoniste, tactiques diverses pour le forcer à s’exprimer plutôt qu’à tout faire tout seul (parce que, oui, en fait, l’autonomie est un peu trop bien gérée, paradoxalement). Ca commence à porter ses fruits, mais c’est long, et frustrant pour tout le monde.

Surtout, alors que j’ai toujours été convaincue que mon petit garçon était téméraire, et même un peu tête brûlée, je découvre un enfant (très) angoissé, qui pleure beaucoup, a du mal à trouver le sommeil, se roule par terre pour évacuer la frustration, hurle parfois. C’est compliqué à gérer émotionnellement pour lui et nous, et ça nous culpabilise sur nos capacités en tant que parents.

Bien sûr, tout n’est pas noir : il travaille bien à l’école, de nouveaux mots (ou phonèmes, hein) apparaissent presque tous les jours, les associations commencent (dont “merci papa”, “merci maman” ce week-end). Et je sais qu’on en verra le bout, vu qu’il n’y a rien de vraiment “grave”. Mais voilà, en ce moment, c’est compliqué.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments

  1. Candice says:

    C est difficile pour tout le monde une première rentrée… un petit livre nous a beaucoup aidé à l époque pour faire verbaliser Florian et passer le cap : “À ce soir!” De Jeanne Ashbé. Petit tuyau de maman…

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.