Chroniques du confinement – Prendre l’air

Encore une nuit compliquée, et un réveil matutinal. J’ai intérêt à décrocher de ma revue de presse nocturne si je veux tenir sur la durée.

Source

Faire les courses n’a jamais été aussi attrayant qu’aujourd’hui. J’ai fini par passer près d’une heure dehors, notamment au marché quasi désert juste pour échanger – à bonne distance – avec les commerçants, rien que pour retrouver l’impression d’être “libre”.
Côté enfants, ce fut un peu brouillon, entre tentatives de tâches encadrées et laisser-aller général. Nous avons quand même pu les occuper avec de la pâte à modeler, du dessin, des histoires, et une sortie dans notre cour d’immeuble pour le défouloir quotidien.

En fait, malgré le télétravail, les journées sont au ralenti. A partir de la semaine prochaine, je serai en congé garde d’enfants puisque je suis la seule salariée du couple, mais je suis quand même censée traduire. Cela se fera sur le temps de la sieste et le soir après le coucher des enfants. Je sens déjà venir le mois de mai frénétique pour rattraper mon retard (non, je n’ai pas le moindre espoir d’un retour à la normale avant fin avril).
Au bout du compte, mon activité la plus constructive consiste à… prendre des nouvelles de mon entourage. Organiser des tours pour nettoyer les parties communes de l’immeuble, demander à chacun comment il va, envoyer un petit message de soutien à telle ou telle personne que je suis sur les réseaux sociaux… on ne s’est jamais autant parlé.

Peut-être qu’une partie de mon cerveau est en train d’intégrer qu’il s’agit d’une course de fond et qu’il va falloir s’économiser intellectuellement et se dépenser humainement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chroniques du confinement – Faire le dos rond

Source

L’épreuve du confinement a pris une dimension nouvelle aujourd’hui avec la présence perpétuelle du Paprika. Comme on s’y attendait, ce n’est pas une mince affaire. Entre ses demandes constantes d’attention, sa jalousie à l’égard de sa sœur et son manque de patience, c’est difficile de l’occuper plus d’une dizaine de minutes. Il a fallu multiplier les propositions, prendre son mal en patience (ou pas), et éviter de trop s’emporter. Ca s’annonce long. Genre marathon, mais avec un gamin programmé pour sprinter en permanence.

Je perçois tout de même quelques effets positifs : les enfants ont joué ensemble, la Crevette entraînant son frère dans le chahut, Junior a beaucoup utilisé le mot “coucou”, ce qui est nouveau, ils ont pris plaisir à faire des activités différentes…
Nous échangeons avec d’autres parents, mais force est de constater qu’ils sont bien plus organisés que nous ! Nous n’avons pas d’emploi du temps bien défini, à part l’impératif d’être habillés et prêts à travailler à 9h et l’arrêt de toute tentative d’activité autre que jouer vers 17h.

Je n’ose imaginer à quoi aurait ressemblé cette période de confinement si j’étais dans l’état qui a suivi la naissance de la Crevette ou lorsque nous luttions contre les punaises de lit. A coup sûr, je serais déjà au bord de la crise de nerfs, alors que je me contente d’apprendre le lâcher-prise. Et je pense à toutes celles et ceux qui n’ont pas la possibilité de souffler ou de prendre l’air ces jours-ci, et pour qui nos restrictions de mouvement seront très dures psychiquement.

A midi, la vie a paru s’arrêter : plus personne en train de faire la queue devant le bureau de tabac, plus de voiture dans les rues, le silence… Pour un peu, je m’attendais presque à entendre les sirènes !
Et à 20h, j’ai entendu quelques applaudissements et des bruits de ferraille dans notre quartier : les “célébrations” sonores en hommage aux soignants.

J’avoue que je suis épuisée, d’autant que je dors mal : dès que je suis réveillée la nuit, je ne peux m’empêcher de lire les journaux, alors que je devrais essayer de me reposer. Pire que tout, je suis incapable de lire. Pourtant, Le mur invisible de Marlen Haushofer, c’est ce qu’on appelle une lecture qui tombe à pic.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chroniques du confinement – Galop d’essai

Pour cette première journée “officielle” de confinement, les choses se présentaient plutôt bien : Junior chez sa nounou, Mademoiselle à la maison mais autonome.
Je reconnais que j’avais été un peu optimiste en pensant qu’on aurait globalement la paix : un enfant de 6 ans, même très dégourdi, réclame régulièrement de l’attention (toutes les 10-12 minutes en moyenne quand on a du bol), ce qui n’est pas génial pour la concentration. Néanmoins, la journée a été bien occupée.

Source

La Crevette a donc multiplié les activités manuelles (dessin, mosaïque autocollante, personnage en perles), fait des semis avec son père, fait un atelier photo pour documenter notre enfermement, joué, lu des histoires. Nous avons reçu le document de “continuité pédagogique” de la maîtresse dans la matinée, et globalement on est plutôt bien partis.

Après les annonces de ce soir, l’optimisme est un peu moins béat : dès demain, nous gardons aussi le Paprika à la maison, ce qui sera une autre paire de manches.
Plusieurs fois, on nous a posé la question d’un éventuel dépaysement – nous disposons de deux points de chute en province, avec jardin, où nous serions seuls. Mais nous avons préféré éviter cette solution pour des raisons de plus en plus évidentes.

En attendant la fin du monde, j’ai fait des cookies. Il va bien nous falloir ça pour tenir à partir de demain.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chroniques du confinement – Avant la tempête

Finalement, on a maintenu le goûter d’anniversaire de la Crevette. On a proposé aux autres parents de ne pas amener leur enfant, mais tous sont venus – je crois qu’on s’est tous dit que ça les défoulerait un bon coup. Je ne suis pas certaine que c’était la meilleure décision, malgré les trois lavages de mains imposés à chacun en 2h30 de fête, mais c’était avant la déclaration d’Edouard Philippe samedi soir.
J’ai mal dormi, comme jeudi : un réveil en pleine nuit et deux heures à cogiter sur l’organisation professionnelle et personnelle dans les semaines à venir.

Aujourd’hui, malgré le temps magnifique pour la première fois depuis longtemps, nous avons renoncé à sortir au parc – du coup, il a fallu occuper le Paprika qui commençait à grimper aux murs, pendant que sa sœur entamait la réserve d’activités de loisirs créatifs.
D’après les dernières mesures, les assistantes maternelles peuvent encore accueillir les enfants, mais j’ignore combien de temps cela va durer. Au train où vont les choses, dans trois jours nous serons tous repliés à la maison en nous demandant comment occuper tout ce petit monde. Je pense qu’on va installer un mur d’escalade dans la chambre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Chroniques du confinement – Les forces en présence

Alors que, comme de nombreuses familles, nous nous apprêtons à vivre de drôles de semaines (“drôles” façon drôle de guerre), je me suis dit que j’allais essayer de tenir une petite chronique de la vie à la maison à partir de lundi. Je ne garantis rien, ni la régularité, ni l’intérêt du contenu, ni les considérations philosophiques…
Pour débuter, je vous propose un rapide tour d’horizon (en l’état vendredi 13 mars au soir).

Source

La Crevette : 6 ans, en GS de maternelle. Elle est calme, autonome, capable de jouer / travailler seule même si nous restons bien entendu à proximité. La nouvelle de la fermeture de l’école l’a abattue – sans parler de la suppression des cours de danse et de patinage artistique, et probablement le stage de natation. Elle sera avec nous sauf le mercredi, où son assistante maternelle est prête à l’accueillir.

Le Paprika : 2 ans et demi, de l’énergie à revendre, toujours une bêtise d’avance et le sourire canaille pour faire passer la pilule. Pour le moment, l’assistante maternelle accepte de l’accueillir – ils ne sont que deux enfants gardés chez elle – mais la situation est bien entendu susceptible d’évoluer. On croise les doigts pour que ça dure le plus longtemps possible, car il est strictement impossible de travailler quand il est là.

L’Anglais : alias Monsieur, photojournaliste freelance. Les restrictions de ces derniers jours ont sacrément entamé son planning, entre événements professionnels et cours de photographie annulés. Il reste l’actualité, à couvrir avec parcimonie, et la gestion du fonds photographique – un exercice d’équilibriste qui nous demandera des ajustements mais devrait se faire.

Moi : traductrice et correctrice. Pour ce dernier poste, je suis salariée en télétravail, je doute que les nouvelles restrictions changent beaucoup de choses à ma situation. Je dois toutefois pouvoir profiter des 14 jours de congé, il faudra que j’y réfléchisse et que je me renseigne : peut-on prendre les jours en décalé, et pas dès le début des fermetures d’écoles ?
Côté traduction, j’ai des contrats signés qui me tiennent jusqu’en juin, et des projets jusqu’à la fin de l’année. On va croiser les doigts pour que tout fonctionne.

Le chat : spécialiste des siestes dans le lit des enfants, des griffures sur canapé et des miaulements intempestifs à 23h. Une bête charmante, quoi.

Rendez-vous lundi pour le début de nos folles aventures !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #82

Source
  • Bien entendu, j’ai pris mon pass pour Livre Paris une demi-heure avant l’annulation de l’événement. Moi qui n’ai pas acheté de bouquin depuis décembre pour flamber chez Actes Sud, je suis verte.
  • Après avoir aperçu par hasard une vidéo sur Instagram, je décide de nettoyer mes pinceaux de maquillage. J’ai beau ne pas les utiliser souvent, c’était vraiment pas du luxe (beuuuuh).
  • Pour la première fois depuis bientôt un an, je finis une trad avec 10 jours d’avance, alléluia. Trois heures plus tard, l’école m’appelle pour me dire que Mademoiselle est malade.
  • Et paf, otite.
  • Bah c’est pas avec les droits Sofia versés cette année que je vais m’offrir des vacances.
  • Une journée de pseudo-vacances : peinture, jeux de société, mosaïque, cuisine, Fantasia.
  • Il est tout à fait possible que j’aie subrepticement réservé un shooting pour juin.
  • Premier anniversaire d’une longue série pour la Crevette.
  • Finalement, je craque à la librairie de notre ville et j’achète trois livres (raisonnable, le craquage).
  • Super goûter et discussion entre adultes, ça fait du bien.
  • J’ai pu lire une petite demi-heure pendant que les enfants s’occupaient tous seuls à proximité. Quel est donc ce miracle ?
  • Assis dans le canapé autour d’un paquet de chips, je fais une explication très rapide et succincte sur la littérature précieuse à Monsieur.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #81

Source
  • Le trajet nounou – école – bus – tram – patinoire – retour à la maison s’est mieux déroulé que je ne le craignais, mais je ne ferais pas ça tout le temps. Comment ça, je remets ça la semaine prochaine ?
  • Si Mademoiselle n’était pas la seule petite fille déguisée en paon pour Mardi-Gras (merci Oxybul), il devait y avoir une demi-douzaine de Reines des Neiges par classe. Et la jupe courte nous a évité bien des désagréments avec le temps pourri.
  • Une proposition de boulot inattendue et hyper enthousiasmante. Me voilà en train de sautiller toute seule sur ma chaise.
  • Pas de baby-sitter pour la piscine, tant pis. Je suis lessivée – même si nager aurait sans doute fait du bien à mon dos.
  • Ce déjeuner entre copines est le prétexte parfait pour tester cette nouvelle adresse.
  • Le tri des vêtements des enfants, ou la corvée qui ne s’arrête jamais.
  • L’Anglais est rentré, alléluïa !
  • Non, j’ai pas mangé tous les cannelés. J’ai été héroïque.
  • J’ai fini ma trad et je dispose de 15 jours pour relire. J’ai bien fait de paniquer la semaine dernière et de me pousser aux fesses pour bosser.
  • OK, t’es vexée, mais ça fait quand même deux mois que j’ai pas de nouvelles, hein.
  • Entre le coronavirus et la question de la garde des enfants, partirons-nous à Venise en avril ?
  • Ou comment rattraper un ratage culinaire en réussite. Merci OwiOwi !
  • Une proposition plus qu’alléchante pour Pâques (et pour une fois, je ne parle pas de chocolat). Espérons qu’elle soit réalisable !
  • On a les invitations pour la fête d’anniversaire de Mademoiselle, on a de quoi occuper les gamins, on a casé Junior chez sa grand-mère… on n’a plus qu’à se préparer psychologiquement.
  • D’ailleurs la sortie d’anniversaire de Mademoiselle sera-t-elle compatible avec les nouvelles restrictions ? Mystère.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Les menus de la semaine #4

Après une interruption due aux vacances scolaires – quelques jours à vider le frigo et une huitaine chez mes beaux-parents – nous avons repris le rythme des repas à la maison. Avec une variante cette semaine : Monsieur est resté au Portugal jusqu’à mercredi soir pour un reportage, alors que je rentrais samedi pour ne pas rater la reprise des cours.

Source

Dimanche midi : saucisses, carottes
Dimanche soir : tarte à la ricotta (avec jambon pour moi)

Lundi midi : œufs brouillés aux oignons nouveaux, ventrèche, houmous
Lundi soir : coquillettes à la tomate (enfants) / fusili et charcuterie (adulte)

Mardi midi : gratin de ravioles Picard (on ne peut pas faire gastronomique tous les jours)
Mardi soir : gratin de courge / avec de l’houmous et de la charcuterie pour moi (il restait très peu de gratin)

Mercredi midi : déjeuner au resto avec une copine
Mercredi soir : patates douces et carottes rôties au four / avec de la viande des Grisons pour moi

Jeudi midi : soupe de patate douce au citron vert
Jeudi soir : chou romanesco (enfants) / poulet mariné et riz japonais (adultes)

Vendredi midi :houmous, chou romanesco sauté à la sauce Bulldog, soupe de patate douce, coquillettes (les restes, quoi) pour moi / l’Anglais a mangé dehors
Vendredi soir : fondue de poireaux (enfants) / avec houmous, tzatziki et blinis (adultes)

Samedi midi : poulet rôti, panais

Je n’ai encore aucune idée pour samedi soir ! Je risque d’improviser avec ce que j’ai sous la main…
Comme vous pouvez le constater, il y a pas mal de recettes qui reviennent d’une semaine (ou deux) sur l’autre… la tarte à la ricotta, le gratin de courge / potimarron, les légumes rôtis au four, etc. Comme je m’efforce de rester dans la saisonnalité et, si possible, d’acheter des produits maraîchers cultivés en France, ce n’est pas toujours très original. Vivement le printemps qu’on puisse ajouter des trucs plus rigolos.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les menus de la semaine #3

Encore une semaine sous le signe de la flemme (ça revient souvent). Peu d’innovations, et beaucoup de recours à des trucs zéro cuisine parce que pas le temps / pas envie…
(Au fait, les choux de Bruxelles sont passés comme une lettre à la poste ! A refaire, donc.)

Source

Dimanche midi : carré de porc (du rôtisseur), carottes, châtaignes
Dimanche soir : purée de légumes (enfants) / pizza du Superbowl (adultes)

Lundi midi : sandwiches de la boulangerie
Lundi soir : brocoli (enfants) / grignotage divers (adultes)

Mardi midi : nouilles instantanées (ahem)
Mardi soir : tranches de potiron grillées au four (enfants) / pommes noisette et jambon Serrano (moi – j’ai retrouvé l’Anglais endormi dans le canapé à mon retour de la natation, pas le courage de recouper du potiron !)

Mercredi midi : œufs brouillés, brocoli, tranches de potiron
Mercredi soir : tarte à la ricotta (enfants) / apéro charcutaille et fromage, restes de tarte à la ricotta, salade (adultes)

Jeudi midi : chacun a mangé dehors de son côté
Jeudi soir : coquillettes aux légumes Picard (enfants) / restes divers (adultes)

Vendredi midi : j’ai mangé dehors, l’Anglais a mangé des huîtres
Vendredi soir : riz aux poireaux (avec poulet mariné pour les adultes)

Je n’indique pas samedi : la Crevette et moi serons absente ce midi, et je n’ai pas la moindre idée de ce que nous allons manger au dîner.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les menus de la semaine #2

Cette semaine fut marquée par différents événements : Junior se remettait difficilement d’une gastro, ma mère est venue manger en apportant de la viande pour trois jours, l’Anglais est parti 48 heures, et j’ai été prise d’une méga flemme (Picard est mon ami). Alors ça donne quoi ?

Source

Pour rappel, je fais le marché le dimanche, et je complète généralement par l’épicerie le mercredi (une sombre histoire de réduction sur les couches), même si je ne me tiens pas forcément de façon précise à ce planning.

Dimanche midi : steak, pommes de terre & carottes au four
Dimanche soir : purée de légumes (enfants) / raviolis (adultes)

Lundi midi : steak, haricots verts
Lundi soir : riz, chou romanesco sauté (potiron pour Junior)

Mardi midi : jambon de Parme, pommes noisettes
Mardi soir : quiche aux poireaux

Mercredi midi : steak (oui, il y avait un filon), soupe de légumes
Mercredi soir : patate douce & carottes au four (enfants) / soupe de patate douce au citron vert (adultes) (une tuerie)

Jeudi midi : quiche aux poireaux, restes de patate douce & carottes
Jeudi soir : coquillettes à la tomate (Mademoiselle), coquillettes à la purée de potiron (Junior), poulet rôti (l’Anglais), pommes noisettes (adultes)

Vendredi midi : flammekueche
Vendredi soir : riz, épinards (avec reste de soupe pour les adultes)

Samedi midi : saucisses, panais et navet
Samedi soir : choux de Bruxelles au sirop d’érable (recette expérimentale, potentiellement très casse-gueule, j’ai un truc de remplacement sous le coude)

Rendez-vous sur Hellocoton !