Les menus de la semaine #3

Encore une semaine sous le signe de la flemme (ça revient souvent). Peu d’innovations, et beaucoup de recours à des trucs zéro cuisine parce que pas le temps / pas envie…
(Au fait, les choux de Bruxelles sont passés comme une lettre à la poste ! A refaire, donc.)

Source

Dimanche midi : carré de porc (du rôtisseur), carottes, châtaignes
Dimanche soir : purée de légumes (enfants) / pizza du Superbowl (adultes)

Lundi midi : sandwiches de la boulangerie
Lundi soir : brocoli (enfants) / grignotage divers (adultes)

Mardi midi : nouilles instantanées (ahem)
Mardi soir : tranches de potiron grillées au four (enfants) / pommes noisette et jambon Serrano (moi – j’ai retrouvé l’Anglais endormi dans le canapé à mon retour de la natation, pas le courage de recouper du potiron !)

Mercredi midi : œufs brouillés, brocoli, tranches de potiron
Mercredi soir : tarte à la ricotta (enfants) / apéro charcutaille et fromage, restes de tarte à la ricotta, salade (adultes)

Jeudi midi : chacun a mangé dehors de son côté
Jeudi soir : coquillettes aux légumes Picard (enfants) / restes divers (adultes)

Vendredi midi : j’ai mangé dehors, l’Anglais a mangé des huîtres
Vendredi soir : riz aux poireaux (avec poulet mariné pour les adultes)

Je n’indique pas samedi : la Crevette et moi serons absente ce midi, et je n’ai pas la moindre idée de ce que nous allons manger au dîner.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les menus de la semaine #2

Cette semaine fut marquée par différents événements : Junior se remettait difficilement d’une gastro, ma mère est venue manger en apportant de la viande pour trois jours, l’Anglais est parti 48 heures, et j’ai été prise d’une méga flemme (Picard est mon ami). Alors ça donne quoi ?

Source

Pour rappel, je fais le marché le dimanche, et je complète généralement par l’épicerie le mercredi (une sombre histoire de réduction sur les couches), même si je ne me tiens pas forcément de façon précise à ce planning.

Dimanche midi : steak, pommes de terre & carottes au four
Dimanche soir : purée de légumes (enfants) / raviolis (adultes)

Lundi midi : steak, haricots verts
Lundi soir : riz, chou romanesco sauté (potiron pour Junior)

Mardi midi : jambon de Parme, pommes noisettes
Mardi soir : quiche aux poireaux

Mercredi midi : steak (oui, il y avait un filon), soupe de légumes
Mercredi soir : patate douce & carottes au four (enfants) / soupe de patate douce au citron vert (adultes) (une tuerie)

Jeudi midi : quiche aux poireaux, restes de patate douce & carottes
Jeudi soir : coquillettes à la tomate (Mademoiselle), coquillettes à la purée de potiron (Junior), poulet rôti (l’Anglais), pommes noisettes (adultes)

Vendredi midi : flammekueche
Vendredi soir : riz, épinards (avec reste de soupe pour les adultes)

Samedi midi : saucisses, panais et navet
Samedi soir : choux de Bruxelles au sirop d’érable (recette expérimentale, potentiellement très casse-gueule, j’ai un truc de remplacement sous le coude)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les menus de la semaine #1

Source

J’inaugure cette rubrique car, comme sans doute beaucoup de parents, je suis confrontée à l’éternelle question des repas (quoi, quand, comment faire équilibré / de saison / sans être redondant avec la cantine / la nounou). Plutôt qu’un “Cuisinons nos livres” qui ne comporte que peu de nouveautés, voici donc un récapitulatif des repas de la semaine dernière (oui, je triche, cette semaine fut un peu particulière).
NB : je fais le marché le dimanche. En général, le samedi c’est jour de disette. Les midis en semaine sont des repas à deux ou en solo.

Lundi midi : pâtes du traiteur italien
Lundi soir : brocolis (enfants) / dîner médiéval : truite pochée sauce cameline, porée verte, tourte bourbonnaise à la rose (adultes)

Mardi midi : carré de porc, soupe de légumes
Mardi soir : gratin de courge (sucrine du Berry)

Mercredi midi : oeufs brouillés, brocolis
Mercredi soir : carottes, pommes de terre, céleri-rave rôtis au four / avec filet-mignon fumé pour les adultes

Jeudi midi : pommes duchesse, dinde panée (Picard est mon ami)
Jeudi soir : pâtes aux légumes (enfants) / penne aux artichauts poivrade (adultes)

Vendredi midi : foie gras, blettes à la tomate
Vendredi soir : riz aux poireaux

Samedi midi : saucisse de Morteau, carottes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cuisinons nos livres #17

Ce ne fut pas une mince affaire que de reprendre – la preuve, la semaine dernière était chiche, et celle-ci guère plus avancée. Je m’aperçois qu’avec deux enfants en bas âge, un stock de recettes issues pour certaines des précédents challenges, et des livres de cuisine encore confinés pour quelques semaines, ce n’est pas facile de se renouveler. J’ai toutefois pu tester deux recettes – dont une sur un blog.

Pour commencer, toujours poursuivie par mes envies de pâtisserie, j’ai concocté une torta caprese, d’après une recette italienne dénichée sur le génial site de Sandra K. Avital. Nous n’avons pas été déçus : c’était bon, très fort en chocolat, et nourrissant. Mais surtout bon. Agrémenté de sucre glace, et même si ça aurait mérité une boule de glace vanille, c’était encore meilleur.

Pour rester dans l’inspiration italienne, et parce que j’ai plein de coquilles saint-jacques dans mon congélateur – les poissonniers soldent après les fêtes – j’ai choisi une recette de saint-jacques gratinées au four. Comme d’habitude, j’ai raté la béchamel, mais avec l’accompagnement jambon/champignon (qui sentait bon la pizza), c’était très bon. Alors que je m’attendais à une recette un peu étouffante à la façon des années 70, j’ai eu la bonne surprise de découvrir une nouvelle façon d’accommoder les saint-jacques. La recette est tirée de ma bible, Le meilleur de la cuisine italienne, édité chez Marabout.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cuisinons nos livres #16

Grâce à Sunalee, le challenge cuisine est ressuscité ! Après une année 2017 anémique et une année blanche en 2018, j’espère pouvoir m’investir davantage. En plus, dans quelques semaines, on remonte les caisses de livres et je vais récupérer tous mes bouquins de cuisine enfermés depuis deux ans. J’ai hâte !

On a commencé tranquillement cette semaine avec un irish stew (ragoût irlandais à l’agneau et aux légumes). Ce n’est pas vraiment une nouveauté, j’en fais fréquemment. La recette est tirée du livre God save the cook, qui propose un aperçu de la cuisine d’Outre-Manche.

Dimanche, les saint-jacques étaient en promotion au marché, et lundi soir j’ai préparé une soupe de chou-fleur accompagnée de coquilles poêlées, d’après une idée trouvée dans The Scandinavian cookbook. Fait amusant : je prépare la soupe de chou-fleur depuis quelques années d’après une autre recette, mais les deux étaient quasiment identiques. L’association chou-fleur / coquille saint-jacques était bonne, sans être transcendante.


Enfin, l’Anglais, émoustillé par la reprise du challenge, a acheté deux nouveaux livres de cuisine : Gastronogeek séries culte et Geek & Pastry, deux ouvrages de Thibaud Villanova, qui n’en finit plus de décliner son concept.

Après pas mal d’hésitations, et parce que j’avais envie de faire de la pâtisserie, j’ai choisi les jammie dodgers de Doctor Who, soit des biscuits sandwich à la confiture de fraise. Je pense que la recette est erronée : tout allait très bien jusqu’à ce que j’ajoute le lait, mais la pâte est ensuite devenue impossible à travailler. Au bout d’une heure de réfrigération (on est censé pouvoir l’abaisser tout de suite), elle était encore liquide… En désespoir de cause, j’ai tout transféré dans un moule à manqué. Le résultat n’est pas désagréable : un gâteau biscuité au goût d’amande et de beurre qui évoque fortement le financier, mais sans être franchement intéressant. Il faudra réessayer sans le lait, à l’occasion.

Cette première semaine est donc en demi-teinte. Je n’ai pas encore d’idées pour la semaine à venir, tout dépendra de mon énergie et des courses du week-end !

Rendez-vous sur Hellocoton !

La soupe recyclage

En saison, je prépare presque toutes les semaines du gratin de potimarron. C’est facile, relativement rapide, la Crevette adore ça et je peux même prélever des légumes cuits (non salés) pour le dîner du Paprika. Bref, c’est le plat tout bénef’.
Mais un truc me chiffonnait : régulièrement, je jette l’eau de cuisson au motif que je n’en fais rien. Or celle-ci, même sans sel, est très colorée et chargée en goût de la courge. Cela fait un moment que j’envisageais d’en faire quelque chose et hier soir je me suis lancée. Et tant qu’à être dans la tendance “recyclage / utilisation totale du produit”, j’ai aussi utilisé les fanes de la très belle botte de carottes multicolores achetée au marché dimanche.

Ingrédients (pour deux grands bols ou quatre petits)

  • Environ 1L d’eau de cuisson de potimarron (ou toute autre courge)
  • Les fanes d’une botte de carottes
  • Des herbes aromatiques (j’ai utilisé de l’estragon mais je pense que du cerfeuil n’aurait pas été mal du tout)
  • Une tablette de bouillon de légumes
  • Crème liquide (si on veut)

Les tiges des fanes sont très fibreuses, et généralement sablonneuses, prenez donc le temps de bien les rincer et, éventuellement, de les équeuter. Dans une casserole, assemblez tous les ingrédients et laissez mijoter à petit bouillon pendant une bonne vingtaine de minutes. Passez ensuite au blender (attention, le mien a débordé) ou au mixeur plongeant. Ajoutez un peu de crème si le cœur vous en dit.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Approuvé par nos enfants #3 : kabocha soboro kake (potiron à la sauce de viande)

L’intitulé peut paraître étrange, mais c’est bel et bien une recette où le légume tient le rôle principal. Comme vous vous en êtes peut-être doutés, il s’agit d’une recette japonaise de cuisine familiale, qui a son petit succès chez nous. Le soboro est un haché (normalement de poulet) que l’on fait revenir avec une sauce sucrée et qu’on dispose généralement sur du riz.
A défaut de trouver du poulet haché ou de le faire soi-même, je recommande l’utilisation de haché de bœuf, l’effet est le même.
Le potiron utilisé est du kabocha, du potiron japonais (vert à chair orange), mais le potimarron fait très bien l’affaire.
La recette est tirée du génial livre Cuisine japonaise d’Emi Kazuko.

Mes géniales photos…

Pour 3 personnes
1/2 potiron
300g de viande hachée
10cl d’eau
2 cas de saké de cuisine (se trouve en épicerie asiatique)
4 cas de sauce soja (récupérez les bouteilles livrées avec les sushis)
4 cas de mirin (condiment sucré à base de riz – se trouve aussi en épicerie asiatique – on doit pouvoir remplacer par un soupçon de corn syrup)
4 cas de sucre

Peler et évider le potiron, le couper en morceaux de la taille d’une bouchée. Mettre les morceaux dans une casserole, ajouter de l’eau à hauteur et couvrir. Faire cuire 5 minutes à feu moyen puis 15 minutes à feu doux.
Dans une autre casserole, porter à ébullition l’eau et le saké. Ajouter la viande et la faire colorer en mélangeant, pour que celle-ci ne s’agrège pas. Ajouter le sucre, la sauce soja et le mirin.
Disposer les morceaux de potiron dans des bols profonds, arroser de sauce très chaude et servir aussitôt.

La Crevette aime beaucoup – surtout le fait que c’est une recette avec de la viande, ça aide à faire passer le légume. Le plus pénible c’est trouver les ingrédients, mais je pense que seul le mirin est un peu compliqué, et qu’on doit pouvoir faire l’impasse ou trouver un remplaçant.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Approuvé par nos enfants #2 : gratin de potimarron

Dans le genre la recette ultra-simple que je fais les yeux fermés quand je n’ai pas d’idée, je vous présente le gratin de potimarron (je pense que ça peut convenir à tous les types de courge). La Crevette adore, même quand elle m’affirme qu’elle n’aime pas le “p’tit marron”. Comme je suis sympa, je partage.

C’est moche mais c’est bon

Pour 2-3 personnes

1/2 potimarron de taille moyenne (oui, ça vous aide beaucoup)
De la crème fraîche
Du parmesan ou tout autre fromage à votre goût qui gratine
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°.
Evider et écorcer le potimarron. Cette seconde étape n’est pas forcément nécessaire, mais je préfère le faire car je sais que la Crevette n’attend qu’un prétexte pour réclamer des coquillettes. Détailler en cubes grossiers.
Faire bouillir le potimarron pendant une dizaine de minutes, jusqu’à ce qu’il soit fondant, puis égoutter.
Dans une poêle ou une sauteuse, faire chauffer un peu de matière grasse, puis faire sauter quelques instants le potimarron. Ajouter la crème, saler, poivrer.
Disposer au fond d’un plat à gratin préalablement beurré, saupoudrer de fromage et enfourner pour 30 minutes.

C’est vraiment une “base”, je pense que la recette est déclinable à l’infini, en changeant le type de courge, le fromage, en ajoutant des lardons ou des dés de jambon… En tout cas, chez nous, ça fait désormais partie des plats classiques de l’automne, que je ferai évoluer en fonction des courges disponibles après la saison du potimarron.



Rendez-vous sur Hellocoton !

La Meringaie

Au hasard de mes pérégrinations sur Instagram, j’ai découvert une pâtisserie spécialisée dans la meringue, et surtout dans la pavlova, ce dessert composé de meringue, crème fouettée et fruits frais (J’ai l’impression d’être la voix off dans “Le meilleur pâtissier”, là). Hier, profitant d’un rendez-vous à deux stations de métro de la boutique, je suis allée y faire un tour.
L’endroit n’est pas très grand, mais d’une blancheur immaculée. Les desserts, élaborés uniquement à partir de produits frais et de saison, évoluent constamment, avec un parfum différent par semaine en plus de quatre créations du moment. Ceux-ci se déclinent en plusieurs formats, de l’individuel au “gâteau” pour huit. Il est également possible de composer sa propre recette en passant commande à l’avance.

Malheureusement pour moi, je ne suis pas très fan des fruits d’automne cuisinés, je fais notamment une grosse allergie aux agrumes associés au sucre (si). Du coup, mon choix s’est restreint à deux “modèles”, Gwendoline et Pélagie.

Gwendoline

Gwendoline est composée d’une crème fouettée au caramel au beurre salé, de pommes confites, d’éclats de noisette et de framboise. La texture de la meringue est hyper légère, à la fois craquante et fondante. Le caramel apporte un côté onctueux et un peu riche à la crème, mais ça passe très bien, surtout en cette saison. Les pommes sont fondantes sans ressembler à de la bouillie. J’ai beaucoup aimé !

Pélagie

Pélagie propose une crème fouettée au citron vert, associée là encore à des framboises et à du fruit de la passion. Sur le papier, j’avais très peur de la crème au citron vert, dont le parfum était assez prégnant (pas au point de tout couvrir, loin de là, mais assez pour que je le sente bien). En bouche, ça passe bien, c’est très frais, même si je ne suis pas certaine que je pourrais en manger des tonnes (mais c’est un goût personnel). Quelque part c’est dommage car l’association avec les fruits frais est délicieuse et rafraîchissante, et donne un dessert très léger, à consommer après un repas un peu lourd.

Au final, j’ai été ravie de cette découverte, et je vais guetter les prochains parfums. Petit bémol, j’avais vu sur le site que le magasin proposait aussi des “mookies”, petites meringues customisées comme des cookies, mais… ils n’en faisaient pas mardi, car c’était le premier jour d’ouverture de la semaine ! J’ai également découvert, en partant, qu’il existe une seconde boutique, beaucoup plus près de chez moi ! Qu’à cela ne tienne, j’ai une revanche à prendre, et j’y retournerai avec plaisir.

La Meringaie, 21 rue de Lévis 75017 Paris / 41 rue du Cherche-Midi 75006 Paris

Les photos ont été généreusement réalisées par l’Anglais, merci, cœur, bisous.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Approuvé par nos enfants #1 : soupe de chou-fleur au curry

Je réponds à l’invitation d’Isa pour proposer des recettes qui ont faire leurs preuves auprès de nos enfants. Je précise tout de suite que la Crevette a des goûts un peu particuliers : elle ne mange rien de cru (parce que “ça croque”), ni fruits, ni légumes. En revanche, lorsque c’est cuit, beaucoup de choses passent, y compris des trucs qui pourraient paraître surprenants pour une enfant de 3 ans.
Je mets donc en ligne la recette de soupe (ou plutôt de crème) de chou-fleur récupérée lors d’un enterrement de vie de garçon / jeune fille l’an dernier, et qui a eu du succès tout l’hiver. J’ai recommencé à en faire ces dernières semaines, et même l’Anglais – qui déteste le chou-fleur – a daigné goûter et trouver ça bon. Je pense qu’on tient un truc.
Attention, ce n’est pas parce qu’il y a des légumes dedans que c’est bon pour la ligne 😉

Niveau coloris, c’est pas très photogénique

Pour 2-3 personnes
1/2 chou-fleur
500ml de lait
20cl de crème liquide
Une pointe de curry
Echalote ou oignon finement haché
Sel et poivre
Huile d’olive

Découper le chou-fleur en bouquets (je pense qu’on peut utiliser du chou-fleur surgelé mais je n’ai jamais essayé) et le faire bouillir 5 minutes. Bien égoutter.
Dans la même casserole, faire suer l’échalote ou l’oignon dans un peu d’huile chaude.
Remettre le chou-fleur, ajouter le lait et le curry. Faire frémir un quart d’heure.
Ajouter la crème liquide, saler et poivrer. Mixer à l’aide d’une girafe ou d’un blender

Cette soupe se conserve très bien au congélateur, mais il vaut mieux la surgeler le plus vite possible.



Rendez-vous sur Hellocoton !