Il faudrait que…

  • Je réponde à ce mail de Myrrdhin qui pourrit dans ma boîte de réception depuis début septembre.
  • Je range mon bureau, on ne retrouve plus rien.
  • On fasse un grand ménage avant notre départ au Canada (j’y crois absolument pas).
  • J’achète une carte pour le mariage. Ca va encore se faire à l’arrache.
  • On déballe les premières caisses de livres…
  • …et qu’on constate l’étendue des dégâts (il y a de l’humidité dans le garage).
  • Je refasse ma garde-robe d’hiver. Il me reste des tee-shirts de grossesse ou des tee-shirts trop petits, au choix.
  • Je profite de mon planning un peu allégé et de mes soirées en solo pour me remettre à écrire.
  • Je rédige tous ces articles en souffrance (le kabuki, le dernier salon de thé visité…).
  • On retourne chez Ikea avant la fin de l’année. Vu qu’il est hors de question d’y aller en décembre et qu’on sera absent une dizaine de jours, je pense que c’est fichu.
  • Je refasse des crinkle cookies, parce que c’est trop bon.
  • Je pense à embarquer mes jumelles de théâtre samedi, sinon je ne retrouverai jamais Clara sur la scène.
  • Je commence à songer sérieusement au contenu des valises…
  • …et que j’arrête de stresser à la perspective des 8 heures de vol avec un Paprika très remuant.

En fait, il faudrait surtout que je lâche prise. C’est pas gagné, je sens.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #30

  • J’ai rendu ma trad ! J’ai fini ! A moi la glande et le repos pour au moins une semaine ! (Deux jours plus tard, après avoir regardé mon ordinateur dans le blanc des yeux pendant 48h, je me suis remise au boulot…)
  • Sur les quatre semaines de cours jusqu’à la Toussaint, j’aurai raté la moitié des séances de natation.
  • Oh, un reportage sur les punaises de lit. C’est gentil, fallait pas.
  • En apprenant le retour catastrophe du Soyouz en mode balistique, se ruer sur Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne pour relire l’explication technique.
  • Encore une fois, je ne suis pas franchement convaincue par la robe de la mariée… et encore moins par son choix de tenue pour la soirée (mais ce diadème !).
  • Organiser, sur l’impulsion de Claire, une rencontre surprise avec une de mes lectrices qui… fait sa thèse sur mon oeuvre (si) (j’ai les chevilles qui enflent, vous n’imaginez pas) (et j’ai totalement la pression, aussi).
  • Au square, rencontrer un petit garçon répondant au doux prénom de Sun. Se retenir très fort de demander “Comme le sel régénérant?” (je suis héroïque).
  • Un délicieux curry vert de poulet, et une vraie discussion entre adultes. Le bonheur, ça tient parfois à peu de chose.
  • Mince alors, j’ai gagné le concours organisé par Le Monde pour ses abonnés : à moi les deux entrées gratuites pour l’exposition Meiji à Guimet.
  • Entendre le Paprika tousser une partie de la nuit et se mettre immédiatement à envisager une bronchiolite qui se déclencherait pendant le vol. Stressée, moi ? Allons.
  • Pester très fort contre la Poste, qui apparemment égaré la carte envoyée à Isa dans sa nouvelle maison.
  • “Alors comme ça tu likes mes photos un dimanche à 6h du matin ?” “Alors comme ça t’es déjà levé un dimanche à 6h du matin ?”
  • Quand même, ces dernières semaines, la thématique de mes lectures pourrait être “Femmes et identité juive au regard de la Shoah” (vous avez quatre heures).
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #29

  • “Si la scène est soft, tu devrais pouvoir la faire lire à ta mère” “Ah bah là y’a pénétration, ma bonne dame” “Ce sont des choses qui arrivent, j’ai envie de te dire”
  • Alors que je chantonne du Aznavour en mémoire du grand Charles, l’Anglais entonne une version “chant de supporter” de “Emmenez-moi”. Bizarrement, c’est celle qui reste.
  • Oui, j’me la pète en lisant Sylvia Plath au centre socio-culturel. (En vrai, mon roman jeunesse du roman est trop gros et trop lourd pour que je le trimbale)
  • La reprise de la natation est à la fois un plaisir (effort accompli, copines) et une corvée (j’ai avalé de l’eau par le nez, il fait nuit, je veux pas sortir…). En plus mes crampes n’apparaissent qu’au bout de 48 heures, les fourbes.
  • Oui, j’ai cassé les plaques en vitrocéramique. Oui, ça implique une courge spaghetti. Non, je n’en dirai pas plus.
  • “Je te préviens, ce soir je cuisine pas, c’est pâtes.” Et de passer l’heure suivante aux fourneaux en catastrophe parce que le congélateur a été mal refermé et qu’on risque de perdre beaucoup de trucs.
  • Vingt minutes après avoir bouclé la relecture de ma dernière trad, je m’assieds dans le canapé… et je m’endors comme une loque.
  • Tiens, la taxe d’habitation a baissé ? C’est marrant, j’ai toujours l’impression du contraire.
  • C.euh a réussi un alignement de planètes absolument invraisemblable, vu que nous sommes cinq à table, et que ça n’avait pas dû arriver depuis 2014.
  • Ca finit quand, les dents ? Parce qu’on dirait qu’il les perce depuis ses trois mois, et il en manque encore plein (je veux dormiiiir).
  • Combo grosse crève et siège auto pas homologué pour cette voiture : ma mère ne peut finalement pas prendre les enfants en mini week-end. Adieu veaux, vaches, cochons et grasse matinée.
  • En revanche, elle vient quand même les garder l’après-midi pour nous permettre une remise en jambes.
  • “Mais pourquoi tu enchaînes deux pas de polka du pied gauche ?” “Euh… parce que ça fait 18 mois que je n’ai pas pratiqué ?”
  • Pfff, Clara a mis en ligne avant moi la vidéo hommage ultime à Montserrat Caballé.
  • J’avoue, ce déjeuner d’anniversaire n’était pas extrêmement léger, mais on a été très sages sur l’alcool. Et les bougies pailletées ont toujours autant de succès.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #28

  • Soirée karaoké entre filles : je suis la seule à chanter comme une casserole (en même temps entre une chanteuse d’opéra, une chanteuse folk et une copine qui a pris des cours, je fais tache), mais je beugle de tout mon cœur sur Bon Jovi et Sardou.
  • “Nan mais parfois t’es dans la note, et puis t’as une belle couleur.” Merci de me remonter le moral, Clara.
  • Et donc Dolly Parton n’est pas la grand-mère mais la marraine de Miley Cyrus. On en apprend tous les jours.
  • Forcément, c’est Mademoiselle qui se met à jouer avec les cadeaux d’anniversaire de son frère. Entre les livres musicaux et le circuit à billes, elle est à fond.
  • J’ai reçu la reddition des droits sur ventes pour 2017… c’est pas encore cette année que je vais devenir riche avec la traduction.
  • Je jette l’éponge, j’ai ressorti mon châle à franges pour le soir.
  • Que j’aime cette robe de Lady GaGa…
  • Ah mais quand arrive la fin du roman et qu’il n’y a plus de scène de cul, ça va tout de suite beaucoup plus vite !
  • Certes, il existe des gâteaux d’anniversaire en forme d’appareil photo plus réalistes. Mais peu doivent être aussi bons, car cet entremet chocolat noir déchire tout.
  • Ce pyjama Dark Vador rapporté de Disney est juste adorable. Il faut juste accepter l’idée que Dark Vador est blond et se marre tout le temps.
  • “Après mon anniversaire, je ne bois plus jusqu’aux vacances au Canada.” Vu le nombre de bouteilles reçues en cadeau, c’est ballot.
  • Alors que le Paprika crispe au maximum les pieds dès qu’on essaie de lui enfiler une chaussure, il se laisse sagement faire par le vendeur de la boutique, que je venais de mettre en garde. L’arnaque.
  • C’est la reprise de Danse avec les stars ! Je regarde d’un œil et surtout d’une oreille, parce que Camille Combal est insupportable.
  • Le jour où tu es heureuse d’avoir déniché des Playmobil, une tente/piscine à balles et une barrière de sécurité pour enfants au vide-grenier, tu sais que tu as basculé du côté obscur de la force.
  • Retrouver un peu par inadvertance Gni, L et P au square avec tous les enfants, ou comment embellir ma fin de week-end alors que je partais affronter le parc voisin seule.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #27

  • Prendre rendez-vous avec un médecin commence à être compliqué : première disponibilité de l’ophtalmo pour Monsieur, fin décembre, première disponibilité de la gynéco, courant janvier (mais finalement ce sera fin décembre parce que c’est pressé), premier créneau libre à l’hôpital pour la visite de contrôle de la Crevette, mi-février.
  • En arrivant au déjeuner, Angéla prononce cette phrase historique : “Pas d’alcool, je fais une détox”.
  • Et la chanteuse du métro qui après avoir chanté du Bourvil, se met à  beugler sur “Libérée, délivrée” avec un vibrato pourri. Pourquoi tant de haine ?
  • On a pris les billets et le logement pour le Canada. On est pauvres.
  • Pour notre anniversaire de rencontre, l’Anglais nous a acheté un junmai daiginjô (saké de très bonne qualité) et un shôchu (alcool distillé) au sésame grillé. A la vôtre !
  • Et puis il a aussi fait les courses au supermarché asiatique. On va pas manquer de nouilles, c’est évident.
  • Je ne sais pas si cette comparaison entre les seins de l’héroïne et des pêches mouillées par la pluie est très heureuse… En tout cas, elle n’ai rien d’érotique.
  • Vers la fin de la réunion parents-profs, la maîtresse nous informe qu’elle fera un cycle sur le moyen-âge qui se conclura à Provins. D’un côté c’est cool, de l’autre je redoute les poncifs à la noix. Suspense.
  • Alors qu’on reçoit Gni et L. (pas celle-là, l’autre) pour l’apéro, Florine puis V. arrivent avec… une semaine d’avance. On a trouvé encore plus crevés que nous, dis donc.
  • Tiens, l’administration a encore décidé de me faire ch***. Et n’a rien compris à ma situation, comme d’hab.
  • Qu’on m’explique comment je m’écroule à 22h30 alors que la journée n’a pas été particulièrement fatigante et qu’on n’a qu’un seul gamin ce week-end.
  • Je tente la recette des crinkle cookies de Caro from Woodland. C’est une tuerie (et ça cale).
  • J’appréhende un peu le séjour à Toronto, mais j’ai quand même ressorti mon Lonely Planet avec un frisson d’impatience. Comme quoi les voyages me font toujours de l’effet.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #26

  • Un jour, je ferai une liste des mots que je déteste croiser dans une trad. En ce moment, “awareness” (dans un contexte érotique / sensuel) tient le haut du pavé.
  • Une surprise dans ma boîte aux lettres : Sarrousse m’a envoyé une sélection de sachets de thé après le concours remporté sur sa page Instagram en août.
  • “Ca va durer encore longtemps, les travaux ? Parce que là je pense que le type s’acharne sur un mur porteur” “Oh, jusque fin septembre, si tout va bien.”
    Achevez-moi.
  • “La couv’ est quand même sacrément kitsch” “Oui, mais elle parle à l’adolescente de 14 ans que j’étais, tu peux pas comprendre.”
  • Tiens, je crois que j’ai aperçu Pénélope Bagieu à une terrasse de café en bas de chez mon psy. Elle était pas à New York ?
  • Pour la première fois depuis un bon moment, s’offrir une soirée en amoureux au Théâtre national de Chaillot. Et là, dans le hall, tomber sur H & C qui, comme nous, ont cessé de sortir ces quatre dernières années.
  • Sinon, le spectacle de kabuki était à tomber, et l’Anglais a apprécié.
  • 1h50 d’attente pour rencontrer la prof de danse 5mn et inscrire la Crevette. Je ne sais pas si je suis très conne ou très dévouée à ma progéniture. Je dirais bien que je mérite une médaille, mais j’suis trop crevée et j’ai le déjeuner à préparer.
  • Mademoiselle est ravie de la fête d’anniversaire à laquelle elle était invitée : pour le sien, elle veut un bal costumé avec des masques. C’est pas notre fille pour rien.
  • Et le Paprika ? Il a dragué : il s’est retrouvé entouré par quatre gamines de 5-6 ans qui lui faisaient des câlins en s’exclamant “Il est trop mignon” et il s’est marré tout le temps.
  • A défaut de médaille, j’ai fini le saké.
  • Après ce week-end haut en couleurs, rien de tel qu’un gâteau ET un mini-plateau de petits fours pour se remettre.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #25

  • Jour de rentrée. En bonne mère indigne, j’oublie complètement de prendre une photo commémorative de la Crevette (et de sa tenue que je lui ai fait changer trois fois : la première était sale, la deuxième moche et pas repassée).
  • Donc le rectorat a fermé la neuvième classe en juin, et Mademoiselle se retrouve dans une classe 35 élèves, tout va bien. En plus les travaux de mise aux normes ne sont pas finis : il y a encore des sols en béton brut et les portemanteaux ont clairement été accrochés par quelqu’un qui ne visualise pas la taille d’un enfant de 4 ans (dans les 100-105cm pour ceux qui savent pas).
  • L’Anglais part à Visa pour l’image, me laissant avec la marmaille jusqu’à la fin de semaine. Faut qu’on m’explique pourquoi les festivals de photo trouvent toujours les pires créneaux pour leur organisation (les rencontres photographiques d’Arles, c’est la première semaine de juillet).
  • Merde alors, ma prof de natation a été nommée Ministre des sports. En revanche, ça va pas arranger l’organisation des cours (mais notre maître-nageur chouchou accepte de sacrifier son entraînement de water-polo pour nous coacher, vive lui).
  • Isa a reçu mon cadeau d’anniversaire ! Je respire, car j’avais demandé une livraison pour lundi, et visiblement ça a un peu traîné. J’imaginais déjà devoir trouver une solution alternative et m’engueuler avec la fille de la boutique (moi, stressée ? allons donc).
  • Punaise, heureusement que j’étais assise, sinon je tombais à la renverse.
  • Ils rouvrent la 9ème classe, victoire ! La Crevette sera désormais dans une classe à… 29 élèves. C’est toujours mieux que rien.
  • Pour me changer les idées entre deux lectures sérieuses, j’ai attaqué le second tome d’une série de romance med-fan dont le premier m’avait subjuguée. Même motif, même punition, je dois me forcer à lâcher le bouquin à 1 heure du matin.
  • Martha Graham Dance Company, c’était beau. En revanche, à 25€ la place et 60€ le baby-sitting, j’ai un peu l’impression de me faire avoir.
  • Le Paprika, cette catastrophe ambulante : au cours de la visite de deux heures, il a réussi à creuser trois fois la terre des plantes en pot, à passer sous la table basse, à ouvrir les tiroirs du meuble télé (et à se les refermer sur les doigts) et… à repérer les bouteilles d’alcool, qu’il a essayé quinze fois d’attraper. Fils d’alcooliques.
  • Bilan du forum des associations : mon inscription à la natation est confirmée (en même temps j’ai payé en juin), celle de la Crevette au yoga aussi, mais y’a plus de place aux bébés-nageurs et l’inscription à la danse doit se faire samedi de la semaine prochaine à l’autre bout de la ville. Genre on n’a que ça à faire.
  • En revanche, Mademoiselle fait son baptême de slackline de façon très détendue et concentrée, je suis sciée.
  • J’ai succombé. Sur les recommandations dithyrambiques de ma libraire, j’ai acheté un roman YA. Ca n’a pas dû m’arriver depuis que Rafu m’a prêté Hunger Games (dont je n’ai fini que le premier tome).
  • La pharmacie centrale de la rue du commerce (et Ju venue garder les enfants) me sauve la vie. Ca m’apprendra à ne pas avoir de tête.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #24

  • 3h de TGV avec un Paprika très réveillé et très enthousiaste, c’est long. Surtout quand c’est le trajet où tout le monde dort.
  • Déposer les enfants, filer sous la douche et ressortir aussi sec(he) pour retrouver ma soeur et aller déjeuner ensemble. En revanche, on n’aura pas le temps de prendre le dessert.
  • Un tonkatsu en compagnie de Shermane et Malena, à se raconter comment notre été s’est (difficilement) passé.
  • Un jour, le Paprika sera ado. Et ce jour-là, ma vengeance sera terrible, probablement sous forme concert de trombone à 5 heures du matin.
  • Il m’aura à peine fallu cinq jours pour poster les cartes postales de vacances et une semaine pour les cartes d’anniversaire. Un jour, je serai dans les temps.
  • Je t’en donnerais, moi, du “Big Apple” en VF et de la “danse carrée” ! Soyons au moins cohérents, quoi.
  • L’Anglais et moi à la librairie, c’est un vrai carnage.
  • C’est la fin du Vintage Summer Challenge. Je n’aurai pas réussi à faire tout ce que j’avais prévu, mais je me suis bien amusée quand même, parfois avec les moyens du bord, parfois en ressortant des souvenirs de mes dossiers.
  • Reconnaître la scène d’introduction du Donjon de Naheûlbeuk dès les premières secondes et me marrer toute seule, en essayant de rester discrète.
  • A la lecture de la première épître de Paul aux Corinthiens, échanger un regard avec l’Anglais et penser très fort à Béatrice HB, qui nous a mariés.
  • Après le mariage végétarien (et un délicieux korma de légumes), un barbecue d’anniversaire (avec saucisse, andouillette, travers de porc et entrecôte). Au moins, ça équilibre le week-end.
  • Et le gagnant du concours du prénom le plus bobo de l’école maternelle est… Zadig (même si on me souffle dans l’oreillette que c’est un prénom arménien répandu, et il y a une importante communauté arménienne dans ma ville).
  • Conclure cette semaine épique par le visionnage de Le sens de la fête : à voir !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #23

  • Naturellement, avec une journée de liberté presque complète devant moi, j’ai fait le ménage.
  • Trois trains en trois jours, trois retards, de 10 à 25 minutes.
  • Ici, les moustiques attaquent en piqué et font carton plein à chaque tentative. Bienvenue dans le Sud.
  • La piscine est à 32°, mais vu la chaleur on dirait presque qu’elle est froide (je vous rassure, je me suis fait violence).
  • J’ai été interviewée par Camille du blog Lectures gourmandes pour parler de mon rapport à l’autrice Claude Pujade-Renaud, que j’aime d’amour. Si vous avez envie de vous exprimer sur le sujet, je vous recommande chaleureusement de la contacter pour participer à la rubrique “Cette autrice et moi” !
  • Hey ! Toi qui est traductrice et qui parles bien anglais, tu ne voudrais pas nous faire une traduction technique du français vers l’anglais pour ce soir ? Non.
  • J’ai gagné le concours de Sarrousse ! Mais je triche, moi aussi j’ai lu la série du Monde sur Karl Lagerfeld.
  • “Comment elle s’appelle, la tortue gonflable ?” “Tartiflette !” Certains ont le sens des priorités, dans cette famille.
  • C’est quoi, cette énorme bestiole dans la chambre ? Un criquet. Ah.
  • Je soupçonne fortement le chat de ma belle-soeur d’être bipolaire : après m’avoir mordu le mollet, elle se colle contre moi en ronronnant pour que je la caresse.
  • En une journée au parc zoologique, la Crevette a parcouru pas loin de 6 kilomètres et monté une bonne dizaine d’étages. Sans râler et en étant attentive à ce qui l’entourait. Chapeau.
  • Donc le silence de la campagne m’empêche visiblement de dormir : au moindre oiseau qui crie un peu fort ou au moindre DJ merdique, je me réveille en sursaut.
  • Le grand plaisir du Paprika ? S’échapper de sa piscine gonflable pour tenter de se noyer nous rejoindre dans la grande piscine. Pour la peine, il a fini à poil dedans.
  • Moins de 5 minutes dehors pour admirer la lune rousse, deux piqûres au poignet, une au sourcil et une au bras. Saletés de moustiques.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #22

  • L’Anglais n’est pas rentré d’Ukraine les mains vides : il a rapporté une couronne de fleurs à rubans à la Crevette (une coiffe traditionnelle, quoi). Je suis ultra jalouse.
  • Pour noyer ma jalousie, il a aussi rapporté du kvas. C’est comme de la bière, mais en plus léger (et normalement élaboré à partir de pain rassis), et donc j’en bois (j’ai horreur de la bière).
  • Ma sauce tomate déchire tout. Ou plutôt, déchirait tout : en voulant stériliser les bocaux, j’ai failli faire exploser la cocotte dont toute l’eau s’était évaporée. On a frôlé la catastrophe, et j’ignore si la sauce est aussi bonne qu’au début.
  • Oh, une nouvelle sortie au square, ça m’avait manqué. Ou pas.
  • En faisant les yeux doux au chef de train, je décroche le droit d’accompagner Monsieur jusqu’à sa voiture. Ben oui, quoi, il a qu’à se démerder tout seul avec les deux enfants, les sacs à dos, la poussette et la valise (ou réserver un porteur 48h à l’avance, la bonne blague).
  • Se réveiller en sursaut à 7h20 parce que le réveil n’a pas sonné. Constater qu’on est seule. Se rendormir deux heures.
  • Super déjeuner avec Queen Mum à la Grande Epicerie (mais le dessert n’était pas tout à fait à la hauteur du plat).
  • Ah bah on a un tel trop-perçu avec le fisc qu’on n’aura pas de troisième tiers à payer (première fois depuis dix ans).
  • J’ai la matinée pour préparer ma valise. J’ai donc oublié le chargeur du téléphone et l’étui à lentilles de contact.
  • Ca faisait bien trois semaines que je n’avais pas bu d’alcool (non, le kvas ça compte pas), mais comment résister aux cocktails de Sunalee ?
  • Gasparde et moi mettons 1h30 à nous préparer, et elle parvient même à me bidouiller une coiffure pas trop mal (et pourtant, vu ma nature de cheveux, c’est une grosse galère).
  • Et soudain, sur le parking du château de Seneffe, le drame : j’avais prévu de mettre ma robe au dernier moment pour ne pas la froisser pendant les 30 minutes de trajet en voiture. Je l’ai donc tout naturellement… oubliée dans la salle de bain de Gasparde et Bohémond. Ahahahaha. (Je vais donc me balader toute la journée en sous-vêtements histo.)
  • Mais sinon l’anniversaire était très sympa, le château magnifique, et la reine de la fête charmante dans son costume de bergère de fantaisie.
Rendez-vous sur Hellocoton !