Astérix – Le secret de la potion magique

À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village. Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…


Lorsque j’ai appris qu’un nouveau film d’animation d’Astérix, piloté par Alexandre Astier, était en préparation, j’ai sauté de joie. J’avais adoré Le domaine des dieux, qui est à mon sens un des meilleurs de ceux réalisés sur le guerrier gaulois (je ne parle bien évidemment pas des films live).

Cette fois-ci, le scénario ne s’appuie pas sur un album en particulier – même s’il reprend des éléments de différentes histoires – mais a été écrit par Alexandre Astier. Toutefois, les codes sont toujours là : les Romains sur lesquels on tape, les prénoms à jeu de mots, les engueulades, les sangliers. On s’intéresse volontiers à cette quête initiatique teintée de rivalité, qui vire à l’odyssée loufoque.

Toutefois, peut-être à cause de ce scénario “original” ou parce que les réalisateurs ont tout donné pour Le Domaine des dieux, je me suis moins amusée. C’était drôle, oui, mais pas irrésistible. Déjà Roger Carel, le doubleur historique d’Astérix, a pris sa retraite pour être remplacé par Christian Clavier. Même si le choix peut paraître logique au regard de la carrière de ce dernier, c’est quand même une perte. Ensuite, les légionnaires doublés par Astier et Elie Semoun, qui constituaient un gros ressort comique du précédent opus, sont réduits à portion congrue, sans forcément trouver d’équivalent dans les nouveaux compagnons.
J’ai eu l’impression que les réalisateurs cherchaient à faire rire à tout prix, enfilant les gags au maximum. La dernière partie du film, une fois le remplaçant recruté, est plus enlevée et renoue même avec le grain de folie de la série, mais c’est un petit peu tard.

Qu’on ne s’y trompe pas : j’ai aimé ce film, j’ai passé un bon moment, j’ai rigolé. Mais sans doute parce que Le Domaine des dieux était une réussite à tous points de vue, j’aurais aimé être aussi transportée que la première fois.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Astérix et Obélix : le domaine des dieux

Fin décembre, par un miracle comme seul Noël sait en produire, l’Anglais et moi avons pu nous rendre au cinéma, abandonnant la Crevette aux soins de ses grands-parents. Compte tenu du fait que nous étions épuisés et d’humeur folâtre, notre choix s’est porté sur le dernier “dessin animé” issu de la franchise Astérix.

asterix-et-le-domaine-des-dieux-photo-542d51e9044b3

Après plusieurs tentatives pour soumettre les Gaulois, César décide de “faire venir Rome jusqu’à eux”. Conseillé par un jeune architecte, Anglégus, il ordonne la construction du Domaine des Dieux, sorte d’immense quartier résidentiel “à la romaine”, juste à côté du petit village que nous connaissons bien. En dépit des premiers échecs, les Romains s’entêtent et parviennent à inaugurer le premier immeuble d’habitation, bientôt peuplé par de “sympathiques gagnants”. L’influence des Romains croît de jour en jour, au grand dam d’Astérix…

asterix-et-le-domaine-des-dieux-affiche-542c1eaf4117bSi vous avez lu la BD, la trame est à peu près la même, avec tout de même certains ajouts qui permettent de densifier l’histoire et d’en faire un film d’1h30. Certains personnages sont devenus un peu plus sympathiques, d’autres ont été étoffés, mais on retrouve vraiment les éléments d’origine.
Mais alors, est-ce qu’on rit ? Oui. On rit beaucoup, le comique des albums est toujours là, rafraîchi par l’humour propre à Alexandre Astier. Le film est en outre servi par un excellent casting d’acteurs chargés de doubler les personnages. Si l’on retrouve Roger Carel, éternelle voix d’Astérix (dont c’était apparemment le dernier travail, snif), on reconnaîtra également Lionel Astier (Cétautomatix), Lorant Deutsch (Anglégus) ou Alexandre Astier (le centurion romain). Certains passages sont excellents : les scènes de combat sur fond de musique classiques (qui évoquent clairement le rideau fleuri qui apparaissait parfois lors de certaines batailles “trop violentes”), la séquence rythmée par “Sara perche’ ti amo” (mais si, vous connaissez cette chanson), la course-poursuite avec le sanglier…

Franchement, c’est un bon moment, dans la lignée des Astérix qui rythmaient nos vacances de Noël tous les ans. La nostalgie fonctionne, aussi bien que le “sang neuf” apporté par Astier, et l’alchimie est réussie. Je pense que ce film sera bientôt un nouveau classique de fin d’année !





Rendez-vous sur Hellocoton !