L’Alphabet costumé – F

Pas mal de retard cette semaine, à cause d’une combo concert, fatigue et mauvais temps qui a limité les prises de vue. Ajoutez à cela que le costume du F est franchement long à enfiler (moi aussi je fais dans l’allitération), et vous comprendrez qu’un bon coup de pied aux fesses fut nécessaire.
Cette semaine je vous propose… le furisode. Késako ? Littéralement, cela veut dire “longues manches” ; il s’agit d’un kimono réservé aux jeunes filles non mariées, dont les manches arrivent aux chevilles. Au départ, je pensais garder “kimono” pour le K, mais outre que j’ai eu une autre idée, je me suis dit que cette option serait peut-être envisagée par d’autres participantes.

Petit aperçu du matériel nécessaire à l'habillage

Petit aperçu du matériel nécessaire à l’habillage

Je possède plusieurs kimonos tomesode, à manches coupées, tenue “pratique” de tous les jours ou réservés aux femmes mariés, que j’ai tous achetés d’occasion. Mais celui-ci, je me le suis offert lors de mon premier voyage dans l’archipel avec l’Anglais, il y a 5 ans. Et je ne l’ai jamais porté. Outre que l’occasion ne s’est pas vraiment présentée, il nécessite d’être fermé par un nœud plus complexe que le taiko, nœud plat assez simple à maîtriser et à réaliser quand on est seule. Pour tout vous dire, j’ai carrément retrouvé l’étiquette de prix encore accrochée !
Je me suis donc bricolé (c’est le cas de le dire) un chignon, puis je me suis armée de patience pour enfiler tabi (chaussettes à orteil séparé), jûban (kimono de dessous), furisode et, enfin, faire le nœud. Heureusement que monsieur m’a donné un coup de main sur les dernières étapes !

Pour vous donner une idée de la longueur des manches

Pour vous donner une idée de la longueur des manches

Admirez au passage le superbe papier peint de notre chambre

Admirez au passage le superbe papier peint de notre chambre

Le résultat est loin d’être parfait : outre que je n’ai vraiment plus l’âge de jouer les jeunes filles, j’ai une silhouette vraiment trop occidentale qu’il aurait fallu “combler”. Du coup, le vêtement plisse et baille à certains endroits alors que ça ne devrait pas ! Mais bon, le rendu n’est pas trop mal, si vous ne tenez pas compte de mon air crispé sur les photos.

Pour la grâce de la danseuse, on repassera

Pour la grâce de la danseuse, on repassera

Oui, ce sont bien des motifs de sakura

Oui, ce sont bien des motifs de sakura

Une petite dernière pour la route

Une petite dernière pour la route

Et pour ceux que ça pourrait intéresser, j’avais écrit un article sur le kimono aux débuts de ce blog.

L’Alphabet costumé – E

La semaine du E n’a pour l’instant inspiré que peu de monde, semble-t-il. Pourtant, nous avions plusieurs idées en tête, Monsieur et moi, et c’est finalement une de ses propositions que j’ai retenue, car elle me permettait de conserver certains costumes pour plus tard. Pour la petite anecdote, j’ai failli, moi aussi, faire dans l’ère élisabéthaine…
Mais au final, je vous présente… Erato. Muse de la poésie lyrique (et érotique aussi, en Grèce archaïque, mais je ne me sentais pas de vous montrer mes fesses), elle est représentée une lyre à la main et couronnée et roses et de myrtes. Pour la tenue, un drap retenu par deux broches et un galon de laine fait très bien l’affaire. Pour les accessoires, l’Anglais m’a prêté sa lyre saxonne (je n’invente rien) et j’avais dégoté des couronnes de fleurs en tissu à Camden il y a deux ans qui ne m’ont jamais servi – c’était l’occasion.

Est-ce le paysage urbain qui rend notre muse d'humeur si lyrique ?

Est-ce le paysage urbain qui rend notre muse d’humeur si lyrique ?

"Je crois que j'ai un faux pli à mon chiton"

“Je crois que j’ai un faux pli à mon chiton”

Comme il faut vivre avec son temps, Erato s’est recyclée dans l’enregistrement et la diffusion de musique. Elle vous présente ici un de ses CD, pas cher.

"Il est frais, il est frais mon CD !"

“Il est frais, il est frais mon CD !”

Pour le F, j’ai déjà une idée mais comme ça va prendre du temps, je ne sais pas du tout quand je vais pouvoir m’en occuper… Allez, on croise les doigts pour que j’arrive à publier le billet avant mercredi soir prochain.

L’Alphabet costumé – D

Continuons sur notre lancée et rattrapons le train en marche. Après vous avoir donné hier mon interprétation du C, je vous livre celle du D : la débutante. Oui, c’était facile, mais j’avais une jolie robe de soirée récupérée en braderie et jamais utilisée, c’était l’occasion. Je précise que les photos du C et du D ont été prises à quelques minutes d’intervalle.

D - Débutante

L’Alphabet costumé – B

Continuons donc sur notre lancée ! Après le A de lundi dernier – qui fut un mercredi pour moi – Emmanuelle nous a présenté un Beethoven de toute beauté. Pour ma part, j’avais l’idée du B depuis près d’une semaine, mais je n’ai pris le temps de poser qu’aujourd’hui. Voici donc le résultat : baseballer.

DSCN1101 DSCN1100

J’ai l’air aimable, hein ? Comme dirait monsieur, je pourrais presque faire illusion.
On remerciera d’ailleurs chaleureusement l’Anglais qui, une fois encore, a donné de sa personne (pour les photos) et de ses affaires (toute la tenue et ses accessoires lui appartiennent, à part les chaussures – en même temps, j’avais pas forcément envie de ruiner le parquet avec des spikes). Pour la petite anecdote, la balle est celle que j’ai ramassée au Kôshien, le stade des Hanshin Tigers, lors de notre dernier séjour au Japon.

A la semaine prochaine, si je trouve une idée pour le C !

L’Alphabet costumé – A

Sur une idée originale d’Emmanuelle, j’ai décidé (d’essayer) de m’habiller en fonction de l’alphabet un jour par semaine, normalement le lundi. Pour ce premier essai, je n’étais pas du tout organisée : il m’a fallu une journée pour trouver le thème, une journée pour rassembler les affaires (aller chercher l’arc de monsieur à la cave, quoi) et une journée pour me bricoler une tenue, très loin de ce que j’avais imaginé (je voulais faire un longbowman, on n’y est pas vraiment !).
Donc, sans plus vous faire languir, voici ma tenue : archère.

photo (30)

On remarquera que j’ai toujours l’air aussi détendu sur les photos… N’oubliez pas de noter l’élégant (hem) décor fin 20ème-début 21ème, et le chat qui se planque (il a bien raison, j’aurais été capable de l’embrocher).
A lundi, si le cœur vous en dit !