Une semaine… #30

  • J’ai rendu ma trad ! J’ai fini ! A moi la glande et le repos pour au moins une semaine ! (Deux jours plus tard, après avoir regardé mon ordinateur dans le blanc des yeux pendant 48h, je me suis remise au boulot…)
  • Sur les quatre semaines de cours jusqu’à la Toussaint, j’aurai raté la moitié des séances de natation.
  • Oh, un reportage sur les punaises de lit. C’est gentil, fallait pas.
  • En apprenant le retour catastrophe du Soyouz en mode balistique, se ruer sur Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne pour relire l’explication technique.
  • Encore une fois, je ne suis pas franchement convaincue par la robe de la mariée… et encore moins par son choix de tenue pour la soirée (mais ce diadème !).
  • Organiser, sur l’impulsion de Claire, une rencontre surprise avec une de mes lectrices qui… fait sa thèse sur mon oeuvre (si) (j’ai les chevilles qui enflent, vous n’imaginez pas) (et j’ai totalement la pression, aussi).
  • Au square, rencontrer un petit garçon répondant au doux prénom de Sun. Se retenir très fort de demander “Comme le sel régénérant?” (je suis héroïque).
  • Un délicieux curry vert de poulet, et une vraie discussion entre adultes. Le bonheur, ça tient parfois à peu de chose.
  • Mince alors, j’ai gagné le concours organisé par Le Monde pour ses abonnés : à moi les deux entrées gratuites pour l’exposition Meiji à Guimet.
  • Entendre le Paprika tousser une partie de la nuit et se mettre immédiatement à envisager une bronchiolite qui se déclencherait pendant le vol. Stressée, moi ? Allons.
  • Pester très fort contre la Poste, qui apparemment égaré la carte envoyée à Isa dans sa nouvelle maison.
  • “Alors comme ça tu likes mes photos un dimanche à 6h du matin ?” “Alors comme ça t’es déjà levé un dimanche à 6h du matin ?”
  • Quand même, ces dernières semaines, la thématique de mes lectures pourrait être “Femmes et identité juive au regard de la Shoah” (vous avez quatre heures).
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #29

  • “Si la scène est soft, tu devrais pouvoir la faire lire à ta mère” “Ah bah là y’a pénétration, ma bonne dame” “Ce sont des choses qui arrivent, j’ai envie de te dire”
  • Alors que je chantonne du Aznavour en mémoire du grand Charles, l’Anglais entonne une version “chant de supporter” de “Emmenez-moi”. Bizarrement, c’est celle qui reste.
  • Oui, j’me la pète en lisant Sylvia Plath au centre socio-culturel. (En vrai, mon roman jeunesse du roman est trop gros et trop lourd pour que je le trimbale)
  • La reprise de la natation est à la fois un plaisir (effort accompli, copines) et une corvée (j’ai avalé de l’eau par le nez, il fait nuit, je veux pas sortir…). En plus mes crampes n’apparaissent qu’au bout de 48 heures, les fourbes.
  • Oui, j’ai cassé les plaques en vitrocéramique. Oui, ça implique une courge spaghetti. Non, je n’en dirai pas plus.
  • “Je te préviens, ce soir je cuisine pas, c’est pâtes.” Et de passer l’heure suivante aux fourneaux en catastrophe parce que le congélateur a été mal refermé et qu’on risque de perdre beaucoup de trucs.
  • Vingt minutes après avoir bouclé la relecture de ma dernière trad, je m’assieds dans le canapé… et je m’endors comme une loque.
  • Tiens, la taxe d’habitation a baissé ? C’est marrant, j’ai toujours l’impression du contraire.
  • C.euh a réussi un alignement de planètes absolument invraisemblable, vu que nous sommes cinq à table, et que ça n’avait pas dû arriver depuis 2014.
  • Ca finit quand, les dents ? Parce qu’on dirait qu’il les perce depuis ses trois mois, et il en manque encore plein (je veux dormiiiir).
  • Combo grosse crève et siège auto pas homologué pour cette voiture : ma mère ne peut finalement pas prendre les enfants en mini week-end. Adieu veaux, vaches, cochons et grasse matinée.
  • En revanche, elle vient quand même les garder l’après-midi pour nous permettre une remise en jambes.
  • “Mais pourquoi tu enchaînes deux pas de polka du pied gauche ?” “Euh… parce que ça fait 18 mois que je n’ai pas pratiqué ?”
  • Pfff, Clara a mis en ligne avant moi la vidéo hommage ultime à Montserrat Caballé.
  • J’avoue, ce déjeuner d’anniversaire n’était pas extrêmement léger, mais on a été très sages sur l’alcool. Et les bougies pailletées ont toujours autant de succès.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #28

  • Soirée karaoké entre filles : je suis la seule à chanter comme une casserole (en même temps entre une chanteuse d’opéra, une chanteuse folk et une copine qui a pris des cours, je fais tache), mais je beugle de tout mon cœur sur Bon Jovi et Sardou.
  • “Nan mais parfois t’es dans la note, et puis t’as une belle couleur.” Merci de me remonter le moral, Clara.
  • Et donc Dolly Parton n’est pas la grand-mère mais la marraine de Miley Cyrus. On en apprend tous les jours.
  • Forcément, c’est Mademoiselle qui se met à jouer avec les cadeaux d’anniversaire de son frère. Entre les livres musicaux et le circuit à billes, elle est à fond.
  • J’ai reçu la reddition des droits sur ventes pour 2017… c’est pas encore cette année que je vais devenir riche avec la traduction.
  • Je jette l’éponge, j’ai ressorti mon châle à franges pour le soir.
  • Que j’aime cette robe de Lady GaGa…
  • Ah mais quand arrive la fin du roman et qu’il n’y a plus de scène de cul, ça va tout de suite beaucoup plus vite !
  • Certes, il existe des gâteaux d’anniversaire en forme d’appareil photo plus réalistes. Mais peu doivent être aussi bons, car cet entremet chocolat noir déchire tout.
  • Ce pyjama Dark Vador rapporté de Disney est juste adorable. Il faut juste accepter l’idée que Dark Vador est blond et se marre tout le temps.
  • “Après mon anniversaire, je ne bois plus jusqu’aux vacances au Canada.” Vu le nombre de bouteilles reçues en cadeau, c’est ballot.
  • Alors que le Paprika crispe au maximum les pieds dès qu’on essaie de lui enfiler une chaussure, il se laisse sagement faire par le vendeur de la boutique, que je venais de mettre en garde. L’arnaque.
  • C’est la reprise de Danse avec les stars ! Je regarde d’un œil et surtout d’une oreille, parce que Camille Combal est insupportable.
  • Le jour où tu es heureuse d’avoir déniché des Playmobil, une tente/piscine à balles et une barrière de sécurité pour enfants au vide-grenier, tu sais que tu as basculé du côté obscur de la force.
  • Retrouver un peu par inadvertance Gni, L et P au square avec tous les enfants, ou comment embellir ma fin de week-end alors que je partais affronter le parc voisin seule.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #27

  • Prendre rendez-vous avec un médecin commence à être compliqué : première disponibilité de l’ophtalmo pour Monsieur, fin décembre, première disponibilité de la gynéco, courant janvier (mais finalement ce sera fin décembre parce que c’est pressé), premier créneau libre à l’hôpital pour la visite de contrôle de la Crevette, mi-février.
  • En arrivant au déjeuner, Angéla prononce cette phrase historique : “Pas d’alcool, je fais une détox”.
  • Et la chanteuse du métro qui après avoir chanté du Bourvil, se met à  beugler sur “Libérée, délivrée” avec un vibrato pourri. Pourquoi tant de haine ?
  • On a pris les billets et le logement pour le Canada. On est pauvres.
  • Pour notre anniversaire de rencontre, l’Anglais nous a acheté un junmai daiginjô (saké de très bonne qualité) et un shôchu (alcool distillé) au sésame grillé. A la vôtre !
  • Et puis il a aussi fait les courses au supermarché asiatique. On va pas manquer de nouilles, c’est évident.
  • Je ne sais pas si cette comparaison entre les seins de l’héroïne et des pêches mouillées par la pluie est très heureuse… En tout cas, elle n’ai rien d’érotique.
  • Vers la fin de la réunion parents-profs, la maîtresse nous informe qu’elle fera un cycle sur le moyen-âge qui se conclura à Provins. D’un côté c’est cool, de l’autre je redoute les poncifs à la noix. Suspense.
  • Alors qu’on reçoit Gni et L. (pas celle-là, l’autre) pour l’apéro, Florine puis V. arrivent avec… une semaine d’avance. On a trouvé encore plus crevés que nous, dis donc.
  • Tiens, l’administration a encore décidé de me faire ch***. Et n’a rien compris à ma situation, comme d’hab.
  • Qu’on m’explique comment je m’écroule à 22h30 alors que la journée n’a pas été particulièrement fatigante et qu’on n’a qu’un seul gamin ce week-end.
  • Je tente la recette des crinkle cookies de Caro from Woodland. C’est une tuerie (et ça cale).
  • J’appréhende un peu le séjour à Toronto, mais j’ai quand même ressorti mon Lonely Planet avec un frisson d’impatience. Comme quoi les voyages me font toujours de l’effet.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #26

  • Un jour, je ferai une liste des mots que je déteste croiser dans une trad. En ce moment, “awareness” (dans un contexte érotique / sensuel) tient le haut du pavé.
  • Une surprise dans ma boîte aux lettres : Sarrousse m’a envoyé une sélection de sachets de thé après le concours remporté sur sa page Instagram en août.
  • “Ca va durer encore longtemps, les travaux ? Parce que là je pense que le type s’acharne sur un mur porteur” “Oh, jusque fin septembre, si tout va bien.”
    Achevez-moi.
  • “La couv’ est quand même sacrément kitsch” “Oui, mais elle parle à l’adolescente de 14 ans que j’étais, tu peux pas comprendre.”
  • Tiens, je crois que j’ai aperçu Pénélope Bagieu à une terrasse de café en bas de chez mon psy. Elle était pas à New York ?
  • Pour la première fois depuis un bon moment, s’offrir une soirée en amoureux au Théâtre national de Chaillot. Et là, dans le hall, tomber sur H & C qui, comme nous, ont cessé de sortir ces quatre dernières années.
  • Sinon, le spectacle de kabuki était à tomber, et l’Anglais a apprécié.
  • 1h50 d’attente pour rencontrer la prof de danse 5mn et inscrire la Crevette. Je ne sais pas si je suis très conne ou très dévouée à ma progéniture. Je dirais bien que je mérite une médaille, mais j’suis trop crevée et j’ai le déjeuner à préparer.
  • Mademoiselle est ravie de la fête d’anniversaire à laquelle elle était invitée : pour le sien, elle veut un bal costumé avec des masques. C’est pas notre fille pour rien.
  • Et le Paprika ? Il a dragué : il s’est retrouvé entouré par quatre gamines de 5-6 ans qui lui faisaient des câlins en s’exclamant “Il est trop mignon” et il s’est marré tout le temps.
  • A défaut de médaille, j’ai fini le saké.
  • Après ce week-end haut en couleurs, rien de tel qu’un gâteau ET un mini-plateau de petits fours pour se remettre.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #19

  • Comment bien débuter la semaine ? En se ruant à la pharmacie un lundi matin 8h30 quand le Paprika s’ouvre la lèvre et pisse le sang (plus de peur que de mal).
  • Juste après m’avoir parlé d’un projet photographique sur lequel on plaisante depuis plusieurs années avec Monsieur, ce dernier décide de partir en cours sans son appareil. Forcément, l’occasion de lancer ledit projet s’est présentée à lui à deux reprises en une demi-heure. Je crois que l’univers se fout de sa gueule.
  • Donc pour réactiver la clé digitale, je dois désinstaller l’appli et la réinstaller ? Vraiment ? Merde, ça marche.
  • Miracle, la SNCF/Transilien m’indique que j’ai droit à 50% de remboursement de ma carte orange pour avril-mai. Maintenant, si on pouvait nous rembourser celle de juin… (Ne parlons pas de la panne électrique du week-end)
  • Aujourd’hui, on teste le tataki de chinchard. La prochaine fois, bien penser à demander au poissonnier de lever les filets, parce qu’on est nuls.
  • L’héroïne porte un haut pêche, un pantalon taupe, une veste beige et grise (ahem) et un sac à main gris. C’est moi ou l’auteure est daltonienne ? (D’après le vote du public, elle a surtout mauvais goût)
  • Je n’arrive pas à faire baisser la température sous les 30° dans la chambre des enfants. Ca promet.
  • J’ai récupéré mes nouvelles lunettes ! Et passé une demi-heure à papoter avec l’opticien qui a l’énorme avantage d’avoir un magasin climatisé, lui.
  • J’ai plus fréquenté la bibliothèque du quartier en une semaine qu’au cours des douze derniers mois. Quand on s’emmerde avec un enfant en bas âge, il faut bien s’occuper…
  • La virée chez Ikea un vendredi matin de juillet, soit c’est blindé, soit c’est vide. Non seulement c’est vide, mais en plus ils ont la clim, eux. On peut rester dormir ? Non, vous êtes sûrs ?
  • Oh, une carte postale rafraîchissante d’Elise <3
  • La Crevette est rentrée !
  • “My name is Inigo Montoya. You killed my father. Prepare to die.”
  • Je jette un œil à mes vieilles photos de reconstitution de quand l’Anglais et moi étions jeunes. La vache, on était franchement pas dégueus.
  • Après une semaine “fraises et tomates anciennes à profusion”, c’est une semaine “tomates cerises et framboises”.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #16

  • Je suis encore bien au radar, mais j’arrive à aller déjeuner avec Leen et même à manger sans me sentir (trop) malade. En revanche, les frites, non, ça va pas être possible.
  • 5h30, c’est tôt quand même…
  • 10 jours que j’ai annoncé que je clôturais la collecte pour la maîtresse vendredi dernier et que j’achèterai le cadeau le week-end suivant. Forcément, quelqu’un me demande si on peut encore donner aujourd’hui. A ton avis ?
  • Ma missive pour la ronde des cartes d’anniversaire est partie le jour même, on s’améliore.
  • 4h ? Bon, attendons une petite heure, et au boulot. (Je veux dormiiiir)
  • J’ai le passeport du Paprika ! C’est bon, on peut partir.
  • Et si j’en profitais pour racheter une paire de Tropéziennes en soldes ? Ma première paire est réellement usée jusqu’à la corde.
  • Je suis ressortie de la librairie les mains vides. Incroyable.
  • Je suis tellement crevée que j’ai regardé le foot tous les soirs. Sauf ce soir, je regarde “Fauteuils d’orchestre” animé par Anne Sinclair avec la fine fleur des chanteurs lyriques français. En mangeant des fraises parce que, bon, merde.
  • Miracle, Hellocoton a mis à peine 7 jours à supprimer mon compte. Vu les mésaventures d’Armalite pour faire effacer ses articles, j’ai estimé que leur politique de gestion des données ne convenait plus à ce que j’attendais de ce genre de service.
  • Comment ça, Chris Froome est réintégré ?
  • Oh, une carte et un cadeau d’anniversaire en retard ! Inutile de s’excuser, je suis ravie.
  • Les droits numériques de la Sofia sont tombés. Disons que ça paiera les courses des deux prochaines semaines.
  • L’appartement n’a pas été aussi propre depuis des mois et je ne vais même pas pouvoir en profiter alors que j’ai mis la main à la pâte, pfff.
  • Et cette fois-ci, des marque-pages surprise m’attendent dans ma boîte aux lettres ! Je crois que les copines ont compris que j’étais au bout du rouleau.
  • Bagages ? OK. Ravitaillement en vol ? OK. Passeports et papiers divers ? O… comment ça ma carte d’embarquement est introuvable ?
  • Je craignais l’énervement et l’excitation, mais les enfants sont plutôt calmes, quoique claqués. Le Paprika daigne même roupiller une grosse demi-heure après le décollage (et moi avec). En revanche, à un rang de distance en diagonale, j’ai tout suivi de la conversation de Mademoiselle.
  • Scandale : je n’ai bu ni vendredi, ni samedi, et dimanche je ne finis pas mon verre.
  • Il fait beau, il y a un petit souffle de vent, ça sent les pins et le soleil, et la maison est sublime. Je sens que ça va être un calvaire, ce séjour.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #14

  • Comment bien débuter la semaine :  avec un Paprika fiévreux, bien sûr. Rien de grave, mais je perds une journée de travail.
  • Bon, ma théière aura résisté à 10 ans de vie commune mais pas à ma séance de psy, pfff.
  • Je retiens une chose de la sublime masterclass d’Eleonora Abbagnato et Benjamin Pech : l’Art a le pouvoir d’embellir la vie.
  • Ben voilà, j’ai vu la chorégraphie de Roland Petit sur Carmen, maintenant je veux aller à Glyndebourne (si, si, il y a une logique).
  • Je tremble jusqu’à la dernière seconde que le dossier de demande de passeport du Paprika ne passe pas à cause d’une sombre histoire de signature, mais le souci est réglé tout de suite. Résultat dans 15 jours, croisez les doigts pour moi, on part dans deux semaines et demie.
  • J’veux pas alleeeeer nageeeeer, j’ai pas enviiiiie, je vais couleeeeer, je suis nuuuuulle. Résultat, c’est ma meilleure séance de l’année et, comme j’ai pensé à emporter une bouteille d’eau,  c’est la première fois depuis des semaines que je ne fais pas de crampe (de la bouteille d’eau comme talisman ?).
  • La Crevette a renversé sa tasse de lait au petit-déjeuner, je renverse le plat de petits pois au déjeuner… vivement ce soir qu’on aille dormir.
  • Le super déjeuner avec Malena chez Violetta et Alfredo (bientôt une critique, promis, promis).
  • Je crois que c’est la première fois depuis plusieurs années qu’une réunion est cadrée, constructive et tient dans la tranche horaire imposée. Oui, c’est la semaine des premières fois.
  • La Crevette qui me tend le bouquet de fleurs en papier réalisé au centre de loisirs : “C’est pour toi, maman”. Oooooh. On va dire que c’est mon cadeau de fête des mères (non je n’ai pas été frustrée DU TOUT).
  • Sérieux, la nana qui a siégé au conseil d’administration du RAAP de 2012 à 2018 elle voudrait qu’on vote pour elle ?
  • Chorale de l’école : Mademoiselle se prend un coup sur la tête du gamin derrière elle et se met à pleurer. Je me retiens très fort de ne pas aller lui coller une gifle, à ce malotru, mais je le maudis sur une bonne dizaine de générations.
  • T’as déjà essayé d’écrire un SMS en japonais alors que ça fait bien dix ans que tu n’as pas pratiqué ? Bon sang que je souffre : 5 à 10 minutes pour déchiffrer le texte, une demi-heure pour composer la réponse (et m’apercevoir juste après que j’ai fait une énorme faute de grammaire).
  • Et la fermeture de classe est officielle, putain.
  • La Crevette découvre le vélo (à petites roues), et se lâche.
  • Mon cerveau, ce gros troll qui m’empêche de dormir alors que je comptais justement profiter de ce week-end pour me reposer. Epic fail.
  • Comment rendre le Paprika hystérique ? Agitez-lui une cerise sous le nez.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #12

  • Oui, on est en juin, mais il fait gris, un peu frais et je suis crevée, alors j’ai bien mérité un chocolat chaud.
  • Débuter la semaine par un chapitre consacré à un match de foot US, c’est presque pire que de débuter par une scène de cul. Au moins, dans le deuxième cas, j’ai le vocabulaire technique !
  • On va faire l’escape game de l’Opéra ! On va faire l’escape game de l’Opéra !
  • La très, très bonne nouvelle de la semaine. Et peut-être même bien la seule.
  • Tiens c’est original, ce tableau de Van Gogh qui se balade entre le Met et le MoMA.
  • J’ai reçu une ultime carte d’anniversaire : un grand merci à toutes, il faut que je fasse un récapitulatif.
  • A force de moucher le Paprika depuis 15 jours et de partager le lit de l’Anglais, j’ai fini par récupérer les microbes divers et (a)variés. Je pense pouvoir affirmer que c’est une angine.
  • J’ai enfin amendé ma déclaration Agessa et reconduit l’abonnement de la Crevette à son magazine. On va arrêter là avec les corvées administratives pour cette semaine.
  • Effectivement, le sobacha azumino de Lupicia en thé glacé, c’était une idée géniale.
  • En allant renouveler le stock de lait maternisé (cher) du Paprika à la parapharmacie Monge (également connue comme Ze place to be pour tous les touristes coréens de la capitale), j’ai craqué pour un dentifrice de luxe. Alors que j’ai horreur de ça en temps normal, je prends plaisir à me brosser les dents. En revanche, je dois me retenir de ne pas boulotter le dentifrice au lieu de m’en servir.
  • La jolie dédicace de Fanny Ducassé. Avec un super bouquin sur les fruits et légumes qui va beaucoup nous servir, je pense.
  • J’ai trouvé un moyen détourné de faire manger des fruits à la Crevette : les pancakes à la banane ! Immense succès, Mademoiselle en a mangé à trois occasions et a demandé à en refaire. En revanche, le gâteau à la framboise est un échec, à cause des pépins.
  • Six soirées et presque l’intégralité du week-end seule avec les nains. Ah oui, je l’aurai méritée, ma place au Sénat.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilan culturel 2016

Puisque c’est encore l’heure des bilans et des cartes de voeux, et à l’imitation de Sunalee, je dresse le récapitulatif culturel de 2016. Cette année fut moins sous le signe de la lecture que les précédentes (voir mon précédent article), mais a brillé par sa richesse musicale – notamment grâce à Leen qui m’a entraînée dans un tourbillon d’événements. J’ai aussi effectué quatre voyages à l’étranger et découvert de nouveaux coins de France. Enfin, à ma grande surprise – mais sans doute grâce à la cure de salles obscures de fin décembre – le bilan cinéma n’est pas si mauvais que ça.

Lecture
Mon décompte s’est arrêté à 32 bouquins, mais je pense qu’on tourne autour d’une cinquantaine d’ouvrages, peut-être plus avec les livres électroniques (que je ne consigne pas forcément). Grande évolution de l’année : j’ai délaissé la fiction pour d’autres genres, j’ai abordé des sujets complexes et parfois durs (la Shoah, l’époque communiste…) et je me suis enfin (re)mise à la lecture psychanalytique (ce qui explique le moindre nombre d’ouvrages, car c’est une littérature longue à lire et déchiffrer).
En fiction, mes livres préférés ont été Les dames de Kimoto et La part des flammes. Point commun : des destins de femmes entrecroisés au basculement du 19ème au 20ème siècle.
En non-fiction, j’ai pris une énorme claque avec Le chant du peuple juif assassiné (poésie yiddish), adoré (dans la douleur) Svetlana Aléxiévitch, en particulier La fin de l’homme rouge et me suis délectée de Le malaise dans la civilisation de Freud, qui a répondu à beaucoup de mes angoisses du moment.

Musique
J’écoute de moins en moins de musique, hormis en voiture et en traînant sur YouTube. Il faut croire que c’est un art que j’apprécie davantage en live qu’en boîte à présent. J’ai assisté à sept opéras, une comédie musicale et trois récitals/concert classiques, ainsi qu’à deux concerts/bals des Conteuses de pas.
Enorme coup de cœur cette année pour Eliogabalo en septembre dernier l’Opéra de Paris. C’était parfait.
Une magnifique découverte aussi lors du récital de Dmitri Hvorostovsky, où Leen m’a embarquée quasiment du jour au lendemain.

Spectacle vivant
J’aurais pu mettre la comédie musicale dedans, mais c’était compliqué. J’ai assisté à trois ballets, dont La belle au bois dormant a eu ma préférence, et une pièce de théâtre, Cyrano de Bergerac à la Comédie-Française, un grand moment.

Cinéma
Dix films, soit quasiment un par mois, c’est un exploit ! J’entends par là des films à l’affiche au cinéma, pas des découvertes à la télé (je trouve que ça n’a pas le même impact). Beaucoup de blockbusters et de films de super-héros, mais deux œuvres qui se détachent nettement : Les délices de Tokyo de Naomi Kawase et Premier Contact de Denis Villeneuve.

Expositions
Un total de six expositions ou musées (hors voyages) cette année. J’ai beaucoup aimé Le roi est mort au château de Versailles en début d’année et, dans un autre registre, notre visite au Musée des arts forains avec la Crevette.

Voyages
J’ai donc visité quatre pays : la Grèce (en Crète), la Suisse (au château de Chillon) et le Canada où je m’étais déjà rendue mais pas forcément à cet endroit précis, et l’Irlande, que je découvrais. A chaque fois le dépaysement et l’émerveillement ont été au rendez-vous, j’espère que 2017 sera tout aussi riche !
J’ai également découvert brièvement Toulouse, à l’occasion du mariage de C.euh, Lyon (et l’atroce musée des confluences…) et de magnifiques coins encore inconnus des Cévennes.

Pour l’instant, 2017 s’annonce (un peu) plus calme, mais j’ai encore cinq opéras programmés d’ici au mois de mai (peut-être davantage ?), des voyages en préparation et des expositions qui me font envie. Quant aux livres, eh bien… en avant pour le Reading challenge.

Rendez-vous sur Hellocoton !