Le Guépard

En 1860, une aristocratie décadente et appauvrie, sourde aux bouleversements du monde, règne encore sur la Sicile. Mais le débarquement des troupes de Garibaldi amorce le renversement d’un ordre social séculaire. Conscient de la menace qui pèse sur les siens, le prince de Salina se résigne à accepter l’union de son neveu Tancrède avec la belle Angélique, fille d’un parvenu. Ultime concession qui signe la défaite du Guépard, le blason des Salina…


Ce roman est extrêmement connu, pas forcément en tant que tel, mais parce qu’il a fait l’objet d’une flamboyante adaptation cinématographique quelques années après sa publication, qui lui a valu une Palme d’Or à Cannes. J’ai mis des années à voir ce film, mais j’ai enfin pu rattraper ce retard l’hiver dernier, à l’occasion d’une rediffusion sur Arte, et je suis tombée sous le charme.
Aussi, lorsque j’ai aperçu le roman chez mon libraire, je me suis jetée dessus en me disant que ce devrait être au moins aussi bien que le film. C’est encore mieux que ça.

L’écriture de Tomasi di Lampedusa est belle, poétique, fouillée. Tout au long de ma lecture, je me suis dit que l’auteur avait quand même fait de sacrées recherches sur l’aristocratie sicilienne car on s’y serait cru – et à mi-parcours, j’ai découvert qu’il était lui-même prince sicilien, ceci expliquant cela. Contrairement à ce que j’avais cru à l’origine, on ne s’attaque pas à tant à Tancredi et à son histoire avec Angelica qu’au prince de Salina, dont le guépard est l’emblème. Ce sont les réflexions et les états d’âme de ce personnage qui guident le lecteur, alors même que le récit est le fait d’un narrateur omniscient.


L’histoire nous plonge dans ce tournant de la vie italienne, lorsque Garibaldi a tenté d’imposer la démocratie (et s’est est tiré avec l’unification du pays sous la bannière d’une monarchie), et alors que la vieille aristocratie se trouve forcée de composer avec la bourgeoisie montante, sous peine de disparaître, enterrée par les bouleversements sociaux et politiques. Cela est particulièrement souligné par le personnage de Tancredi qui s’exclame : “Il faut que tout change pour que rien ne change”.

Au final, ce roman relativement court (à peine 300 pages) est une magnifique fresque évocatrice. On sent le vent qui charrie les parfums siciliens, on déambule dans les palais, on est écrasé de chaleur… Mais ce qui tire en outre le récit vers le haut est cette perpétuelle interrogation du héros sur la condition humaine et sur la transmission. Je recommande chaleureusement.

Le Guépard, Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Points, 7,70€

Challenge PAL de vacances : le titre contient un mot désignant un animal

Rendez-vous sur Hellocoton !