Challenge PAL de vacances

A l’initiative de Miss Sunalee, et suite à une réflexion personnelle, je me lance dans ce défi estival qui consiste à essayer d’écluser un peu sa PAL. Sunalee nous propose en outre huit catégories à cocher pour choisir ses lectures, mais aussi de publier nos lectures sur Instagram avec le hashtag #palvacances2017. J’ignore si j’y arriverai (et je pense que je cumulerai aussi avec les catégories du Reading challenge 2017), mais cela me motive !

En revanche, Sunalee recommande d’utiliser des livres qui sont dans la PAL ce jour. C’est tout à fait possible, sauf que j’en ai actuellement un en cours que je devrais finir dans la semaine et, du coup, je me demande s’il entrera dans le décompte.


Voici donc les huit catégories :

  1. le titre contient un nom de lieu géographique (pays, ville, région, fleuve…)
  2. le titre doit être un vrai jackpot au Scrabble. En reprenant l’idée de Lire sous la contrainte, il s’agit d’additionner les points de chaque lettre du titre et de l’auteur selon les règles du Scrabble: A,E,I,L,N,O,R,S,T,U : 1 point; D,G,M : 2 points; B,C,P : 3 points; F,H,V : 4 points; J,Q : 8 points; K,W,X,Y,Z : 10 points (l’exemple est ici)
  3. le titre contient soit “chant/chanson”, soit “musique” ou est le titre d’une chanson, ou s’en inspire très fort, ou contient le nom d’un musicien/chanteur
  4. le titre contient un prénom ou un nom de personne
  5. le titre est composé d’un seul mot
  6. le titre ne contient pas d’article
  7. le titre contient un mot lié à la nourriture ou à une boisson, A boire et à manger avec Sonia Ezgulian, Guillaume Long
  8. le titre contient un mot désignant un animal, Le Guépard, Giuseppe Tomasi di Lampedusa

Pour la peine, j’ai mis à jour la page consacrée à ma PAL, plus du tout d’actualité puisque la quasi-totalité des bouquins listés dessus est à la cave, en attendant des jours meilleurs.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Envies estivales

Il paraît que c’est l’été (si, si, si, y’a une bande de djeunes qui joue des trucs bizarres sous ma fenêtre, ça veut dire qu’on est le 21 juin), même si la météo persiste à nous faire croire depuis un mois que nous sommes toujours en octobre. Vu qu’on annonce une canicule pour demain, je me suis dit que je pourrais lister les choses qu’il me tarde de faire en été…

  • M’habiller en trois minutes chrono avec une jupe, un tee-shirt et une paire de sandales.
  • Préparer des litres de thé glacé maison.
  • Me vautrer mollement dans le canapé en regard d’un œil vague des cyclistes suer sang et eau sur les petites routes de France.
  • Laisser les fenêtres ouvertes très tard, attendre qu’il fasse nuit noire pour allumer.
  • Etrenner toutes les nouvelles robes de la Crevette, et la voir crâner avec ses lunettes de soleil.
  • Nager tous les jours dans la piscine de mes beaux-parents. Plusieurs fois par jour. Voire pour remédier à une insomnie (bon, c’est plus les vacances, mais pour moi ça rime avec été).
  • Me goinfrer de tomates et de fruits d’été.
  • Essayer d’apercevoir le feu d’artifice du 14 juillet depuis ma fenêtre, avant de me rabattre sur la télé, parce qu’on voit quand même beaucoup mieux.
  • Faire la sieste alors qu’il fait un temps radieux dehors. Mettre un drap, voire une couverture.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Où l’été décide jouer les prolongations

photo 2

Emballer la crème solaire de la Crevette avec son gel pour les dents et lui enfiler une robe légère à 8h du matin. Ouvrir la fenêtre de la chambre et sortir sans prendre la peine de la fermer ; l’entendre grincer régulièrement pendant la journée en se disant qu’il faudrait graisser les charnières – et puis peut-être pas, en fait : chaque fois qu’elle fait du bruit, ça me rappelle qu’il fait assez beau pour qu’elle soit ouverte.

Entendre un chat miauler dans la rue, descendre s’assurer que tout va bien, et se retrouver à faire ami-ami pendant 5 minutes. Partir à un rendez-vous en sandales et jupe légère, et surtout sans gilet (impensable pour moi). Exhumer les lunettes de soleil qu’on avait remisées un peu vite dans le tiroir de l’entrée en se disant que c’était fini pour cette année. S’attacher les cheveux en catastrophe parce qu’il risque de faire chaud dans les transports. Acheter une robe pour la Crevette – rose, certes, mais à carreaux et ornée d’un hibou. En rentrant, découvrir avec stupeur un autre chat (le nôtre) planqué dans les pulls, par 25°.

Travailler, mais pas autant qu’on l’aurait souhaité, toujours le nez un peu l’air avec ce beau temps. Discuter grossesse royale et ménage avec mon psy, indépendance de l’Ecosse, grossesse royale et vie amoureuse avec les copines, Crevette et grossesses royales avec la nounou (y aurait-il un thème aujourd’hui ?). Se dire qu’on irait bien faire une sieste ou boire un verre en terrasse pour finalement décider d’avancer le plus possible dans la trad. Récupérer la Crevette au square et passer une demi-heure à discuter à l’heure où le soleil est encore présent mais la lumière plus douce et la température plus clémente.

Recevoir une super proposition de la part d’Editeur Chéri pour octobre, mais chut. Coucher la Crevette qui s’est endormie sur son biberon, contempler le bordel de la maison en se disant que ce n’est pas si grave pour l’instant – mercredi, c’est jour de grand ménage. Mettre Les Guignols en pause pour l’Anglais et envisager de se verser un petit verre de vin pour faire couler la soirée.
Aujourd’hui, c’était presque les vacances, et malgré la montagne de boulot que j’ai l’impression d’attaquer à la petite cuillère, c’était une chouette journée.

Rendez-vous sur Hellocoton !