Bilan culturel – Premier trimestre 2019

Ce ne fut pas le trimestre le plus productif de ma carrière : j’ai alterné les moments de frénésie (en particulier en matière de lecture), les moments de fatigue intense (comme en ce moment) et ceux où le boulot a tout emporté. Néanmoins, j’ai trouvé à m’occuper.

Livres

  • Le crépuscule de Shigezo, Ariyoshi Sawako
  • Les étoiles de novembre, Anne-Marie de Backer
  • Cahiers de poèmes, Emily Brontë
  • Les enfants d’Alexandrie, Françoise Chandernagor
  • Les dames de Rome, Françoise Chandernagor
  • Morte en songe, Yanette Delétang-Tardif
  • Second time around, Nancy Herkness
  • La grande traversée, Miura Shion
  • 36 Poses, Marc Moitessier
  • Cent ballades d’amant et de dame, Christine de Pizan
  • Des chaussures pleines de vodka chaude, Zakhar Prilepine
  • Pamela, Samuel Richardson
  • Quand le ciel pleut d’indifférence, Shiga Izumi
  • Aux quatre coins du monde, Anne Wiazemsky
  • Âpre cœur, Jenny Zhang

J’ai débuté l’année en force, avec un énorme coup de coeur pour Françoise Chandernagor dont je n’avais jamais rien lu. En revanche, j’ai essuyé quelques déconvenues, notamment chez Picquier – je crois qu’il faut que j’arrête de me laisser séduire par leurs grands formats hors de prix, surtout quand c’est écrit gros. Visiblement, en matière de littérature asiatique contemporaine, je trouve satisfaction chez d’autres éditeurs.
La grosse tendance de ce trimestre fut surtout la plongée dans la poésie féminine, avec pas moins de quatre recueils (et d’autres dans ma PAL).

Films / Séries

Ce n’est pas l’envie qui manque, mais nous avons été incapables de trouver un moment pour aller au cinéma ensemble, sauf pour le dernier Astérix, qui nous a laissé une impression en demi-teinte.
Pour les séries, une belle découverte, trois ans après tout le monde : The Crown de Netflix. Je vous rassure, on ne s’est toujours pas abonnés : j’ai déniché les DVD sur vente privée. Oui, on est des dinosaures, on assume.

Spectacles

L’opéra de Paris n’a franchement pas été à la hauteur ce trimestre : des mises en scène à la limite du compréhensible pour des tarifs de plus en plus élevés… la seule bonne nouvelle, c’est que la représentation des Troyens m’a permis d’aller boire un coup avec Clara après. Je dois être masochiste, car j’ai repris non pas un mais deux abonnements pour la saison prochaine.
Les autres spectacles ont en revanche été de véritables réussites, et j’ai passé à chaque fois un très bon moment (dont une fois avec la Crevette).
Le concert à la Philharmonie fut une belle découverte grâce à Cha.

Sorties

  • Musée du Louvre
  • Toulouse : ses restaurants et le salon de C.euh.

Heureusement qu’on a réussi à sortir Mademoiselle une journée et à l’emmener au Louvre, sinon cette catégorie serait bien vide. La promenade a été très agréable, et fut pour moi l’occasion de redécouvrir le département des antiquités égyptiennes, beaucoup plus fluide et aéré. Nous avions axé la visite autour des animaux à trouver dans les vitrines avec, en guise de “star”, le célèbre hippopotame bleu. C’était parfait pour une première approche.
Pour ce qui est de Toulouse, c’est plutôt l’histoire d’un ratage : nous avions programmé plein de sorties culturelles, et finalement on a mangé / bu du thé / papoté / dormi / mangé / cuisiné / vu de gens. C’était très bien comme ça.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Feminibooks Challenge 2019 – Janvier

Souvenez-vous, pour le premier mois du Feminibooks Challenge, il fallait lire une autrice pour la première fois. Pour m’a part, il s’agit de… Françoise Chandernagor.

Aussi étonnant que cela puisse paraître lorsqu’on connaît mon amour du roman historique et que l’on sait à quel point le téléfilm L’Allée du Roi a changé ma vie d’adolescente, je n’avais jamais ouvert un de ses ouvrages (je pense que l’épaisseur me rebutait un peu). Et encore plus étonnant, ce n’est pas vers ce titre que je me suis tournée, mais vers les deux premiers tomes de sa série La Reine oubliée : Les enfants d’Alexandrie et Les dames de Rome.
Ces romans suivent le personnage de Cléopâtre-Séléné, fille de Cléopâtre VII (la plus connue, celle des films) et de Marc-Antoine, sœur jumelle d’Alexandre-Hélios (si), d’abord lors de son enfance à Alexandrie, au milieu des ors des pharaons, puis à Rome quand, prisonnière de guerre après la défaite d’Actium, elle est éduquée au sein de la maisonnée d’Octavie, la sœur de l’empereur Auguste.

La romancière s’est énormément documentée, aussi bien sur la vie privée, les mœurs, que sur la politique, les croyances et l’art de la guerre. Le récit est extrêmement vivant, bien que pendant tout le premier tome j’ai eu l’impression de lire une version plus fouillée de l’épisode de Confessions d’Histoire consacré à Cléopâtre et Marc-Antoine.
En outre, son style est magnifique, et on se laisse volontiers porter par le souffle qui se dégage du texte. L’autrice excelle à narrer un événement, à transmettre un sentiment précis, qu’il soit positif ou négatif (j’avoue que l’introduction de chaque roman fut difficile à encaisser).

Ce fut une véritable découverte, qui m’a permis de débuter mon année littéraire du bon pied. J’ai très envie de lire le troisième et dernier tome de la série, mais j’ignore quand il sortira, ou même s’il sortira un jour… En attendant, il y a fort à parier que je lirai bientôt L’Allée du Roi !



Rendez-vous sur Hellocoton !

Feminibooks Challenge

Lassée des challenges lecture proposés par Popsugar – catégories redondantes au sein d’une même liste, répétitives d’une année sur l’autre, très orientés “Amérique du Nord” (et pour cause), etc. – j’ai découvert sur Instagram ce nouveau défi proposé par Opalyne. Bon, j’avoue, c’est une autre personne qui en a parlé, je ne connaissais pas du tout cette blogueuse.

Le but est simple : réussir à lire un livre par mois orienté autour d’une thématique féministe. Si on y arrive, on peut ajouter les catégories bonus.

Je suis hyper enthousiaste, et j’ai déjà coché janvier et février, ainsi que deux catégories bonus (en choisissant des autrices différentes à chaque fois). Du coup, je me proposais de faire une note sur chaque “livre du mois”, est-ce que ça vous dirait ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilan culturel – Quatrième trimestre 2018

Ce dernier trimestre en forme de longue ligne droite ne fut pas des plus calmes. Si j’ai rendu ma dernière traduction de l’année courant novembre et me suis depuis autorisée à relâcher la pression, j’ai néanmoins accusé le contrecoup de la fatigue. L’absence de l’Anglais début décembre a aussi, étrangement, coïncidé avec une panne sèche de lecture, qui a duré pas loin de quinze jours (il faut que j’arrête les récits de femmes enlevées avec leurs enfants, ça ne me réussit pas).

Livres

  • Le Crocodile, Fédor Dostoïevski
  • La librairie de tous les possibles, Yoshitake Shinsuke
  • Et tu n’es pas revenu, Marceline Loridan-Ivens
  • Ariel, Sylvia Plath
  • Ash Princess, Laura Sebastian
  • The wedding from hell, parts 1&2, J.R. Ward
  • Revenir du silence, Michèle Sarde
  • Be not afraid, Alyssa Cole
  • The cottage on Pumpkin and Vine, Kate Angell, Jennifer Dawson, Shaila Lovelace
  • Butterface, Avery Flynn
  • Muffin Top, Avery Flynn
  • Le cœur converti, Stefan Hertmans
  • Nagori, Ryoko Sekiguchi
  • Citizen of the Galaxy, Robert A. Heinlein
  • Petit pays, Gaël Faye
  • Printemps parfumé, Hong Jong-U (traduction fin 19ème d’un conte traditionnel coréen)
  • Poèmes, Nakahara Chûya
  • Hiver à Sokcho, Elisa Shua Dusapin
  • Kosaburo, 1945, Nicole Roland
  • Mary Poppins, La maison d’à côté, Pamela Travers

Il y avait à boire et à manger dans cette sélection ! J’ai finalement beaucoup lu, à la fois parce que j’avais plus de temps, mais aussi parce que la fin du Reading Challenge Goodreads m’a poussée à accélérer dans les derniers jours de décembre. A noter : pas un seul livre de Claude Pujade-Renaud ce trimestre. Non que je me lasse, mais j’avais une PAL monstrueuse, et je commence à redouter le jour où j’aurai lu toute son oeuvre.

Films / Séries

Clairement le parent pauvre de ce récapitulatif, comme tous les ans. Notre vie de famille a eu raison des sorties au cinéma. Ajoutez à cela les déplacements de Monsieur et notre séjour au Canada, et le résultat est déprimant. Après, je reconnais que nous ne sommes pas très “séries” et que nous préférons nous faire un resto quand nous avons un peu de temps à deux. En outre, nous avons laissé les enfants à leurs grands-parents pour le nouvel an, et non pour Noël.

Spectacles

Le dernier trimestre de l’année est toujours propice aux sorties “culturelles”: l’agenda des théâtres est plein et intéressant, et mon abonnement à l’Opéra prend généralement tout son sens à ce moment-là. A noter le spectacle vu à Toronto avec mon père, et le premier ballet de la Crevette. Un dernier spectacle aurait dû s’ajouter à la liste, mais les manifestations de décembre ont conduit à un report le week-end prochain. Ce sera mon premier spectacle de 2019.

Sorties

  • Chutes du Niagara
  • Hockey Hall of Fame
  • Toronto Maple Leafs / Calgary Flames
  • Espèces en voie d’illumination

Mon grand projet pour le dernier trimestre était d’aller au musée et visiter toutes les expositions en retard. Un ratage, donc. J’espère au moins pouvoir aller à Guimet en début d’année, même si j’ai comme un doute.
Le voyage au Canada aura tout de même été l’occasion de se cultiver, et de découvrir ce grand pan de culture locale qu’est le hockey sur glace. Même si le bruit dans la patinoire était à la limite du supportable, le silence religieux qui s’abat dès que le palet est en jeu rend la chose impressionnante, et c’est un sport facile à suivre même pour des néophytes comme moi. Et puis l’ambiance était chaleureuse et bon enfant, comme souvent lors de ce genre d’événements outre-Atlantique.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bilan culturel – Troisième trimestre 2018

Ce ne sera une surprise pour personne si je dis que ma vie culturelle a été réduite à portion congrue ces trois derniers mois. Entre les vacances scolaires (et celles de la nounou), l’avalanche de boulot qui m’est tombée dessus (je reprends à peine mon souffle) et la reconversion de l’Anglais, mon temps a été plus qu’occupé. Si j’ai pu lire, bien que pas assez à mon goût, les sorties diverses sont quasiment inexistantes (et ont demandé pas mal de contorsions organisationnelles – oui, je parle novlangue, c’est un dommage collatéral).

Livres

  • Juste quelqu’un de bien, Angéla Morelli
  • Le jardin forteresse, Claude Pujade-Renaud
  • Bleu de Sèvres, Jean-Paul Desprats
  • La nuit des béguines, Aline Kliner
  • Barely breathing, Pamela Clare
  • Slow burn, Pamela Clare
  • Falling hard, Pamela Clare
  • Tempting fate, Pamela Clare
  • Close to heaven, Pamela Clare
  • Holding on, Pamela Clare
  • La coiffure de la mariée, Seray Sahiner
  • Cette nuit, Joachim Schnerf
  • La danse océane, Claude Pujade-Renaud
  • Les fleurs d’Hiroshima, Edita Morris
  • Les liens du mariage, J. Courtney Sullivan
  • The sea king, C. L. Wilson
  • Un monde à portée de main, Maylis de Kerangal
  • La papeterie Tsubaki, Oagawa Ito

Beaucoup de bonnes lectures ces derniers mois. Mon score explose grâce au mois d’août et à la série Colorado high country de Pamela Clare, une très bonne romance contemporaine qui m’a occupée pendant le séjour de l’Anglais en Ukraine. Pour le reste, j’ai lu les deux ouvrages de la Glory Book Box sur le mariage, et des choses picorées çà et là. Pas de gros rejet ni de mauvaise lecture, mais quelques petites déceptions d’ouvrages dont j’attendais sans doute beaucoup et qui n’étaient “que” bons.

Films

Grâce à Ioionette, j’ai pu faire une sortie ciné (que j’ai failli oublier…). Pour le reste, on a acheté des DVD et tenté d’éponger notre retard de films. Pari gagné avec Le sens de la fête qui nous a beaucoup fait rire, et Kingsman qui était une suite amusante au premier volume des aventures gore et rigolotes d’Eggsy.

Spectacles

Heureusement qu’il y a l’abonnement à l’Opéra de Paris et la reprise de la saison en septembre, sans quoi on risquait le désert absolu. De façon assez rigolote, les deux magnifiques spectacles de la rentrée (je dois toujours écrire un article sur le kabuki, mais je sens que c’est mal barré) étaient donnés par des compagnies étrangères invitées, l’une à Garnier, l’autre au théâtre de Chaillot. En plus l’Anglais m’a accompagnée au kabuki et a bien accroché, c’était parfait.

Sorties

  • Château de Seneffe

Cette brève visite d’un ravissant château 18ème en Belgique, dans le cadre de l’anniversaire d’Emmanuelle Nuncq, était très agréable. Bon, le guide racontait en partie des conneries et s’est foutu de notre gueule parce qu’on était en costumes, mais le cadre en valait la peine.



Rendez-vous sur Hellocoton !

Eva Luna

Elle s’appelle Eva, qui veut dire vie, sa mère ayant voulu qu’elle y morde à belles dents ; Eva Luna, parce qu’elle fut conçue par un Indien de la tribu des Fils de la Lune piqué par un aspic, que sa mère arracha à l’agonie en lui faisant l’amour. Petite bonniche rebelle et émerveillée, écoutant aux portes et abreuvée de feuilletons radiophoniques, elle a le don d’inventer des histoires rocambolesques, improbables, renversantes, drôles et dramatiques comme la vie même, ce qui lui vaudra plus tard de sortir de la misère, de la servitude et de l’anonymat. Entre-temps, son destin aura croisé celui de dizaines de personnages plus hauts en couleur les uns que les autres – grand-mère Elvira, qui couche dans son cercueil et sera sauvée par cette arche de fortune lors d’une inondation catastrophique; la Madame, puissante maquerelle de la capitale, et Mimi, travesti promu star de la télévision nationale; Huberto Naranjo, gosse de la rue qui grandira dans les maquis de la guérilla; oncle Rupert et tante Burgel, aubergistes et fabricants de pendules à coucous dans un village danubien au cœur des montagnes tropicales;  et un dictateur, un tortionnaire au gardénia à la boutonnière, un commerçant moyen-oriental au cœur tendre et aux caresses savantes, sa femme Zulema, vaincue par la fatigue de vivre, l – sans oublier Rolf en qui Eva reconnaîtra l’homme de sa vie, puisque à en vivre une, il lui faut bien concevoir que certaines histoires finissent bien.


C’est une amie grecque qui m’a parlé de ce livre et me l’a offert peu après. D’Isabel Allende, je n’avais rien lu, même si j’avais entendu parler d’elle et que je connaissais le titre de son roman le plus célèbre, La maison aux esprits. Pour tout dire, je la croyais même apparentée à Salvador Allende (la Française qui n’y connaît rien en histoire de l’Amérique du Sud, c’est moi).

A lire le résumé, on pourrait craindre le fouillis total et l’absence de fil conducteur dans ce récit. D’ailleurs, on ne comprend pas trop de quoi ça va parler. En fait, c’est Eva Luna elle-même qui nous guide dans cette histoire, son histoire, tissée de milliers d’anecdotes, de détails, de sensations. Et on se laisse happer avec facilité, et même passion, dans ce roman aux multiples rebondissements.
Isabel Allende a un talent incroyable pour faire se rejoindre tous les détails émiettés tout au long du récit, les personnages se croisant parfois sans se (re)connaître, les souvenirs de telle anecdote trouvant un dénouement plusieurs dizaines voire centaines de pages plus loin. Le style est foisonnant sans être lourd, et entraîne dans une espèce de flot le lecteur, pour peu qu’il accepte de se laisser porter (personnellement, je n’ai eu aucun mal, je voulais à tout prix connaître la suite des aventures d’Eva Luna).
Mais surtout, j’ai adoré le personnage principal, cette petite fille qui devient femme sans jamais se renier, en apprenant de tout ce et tous ceux qui l’entourent, qui revendique sa liberté aussi bien intellectuelle que physique, qui trouve dans la magie des mots et de l’écriture de quoi se construire, s’affirmer. C’est un personnage presque épuisant par son énergie, mais formidable par le modèle qu’il offre.

2018 Reading challenge : A book you borrowed or that was given to you as a gift



Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Foyer des mères heureuses

Elles n’auraient jamais dû se rencontrer : Priya, Américano-Indienne, mariée à un brillant homme d’affaires, à l’avenir tout tracé aux Etats-Unis, et Asha, petite paysanne indienne, mariée à un brave homme couvert de dettes, deux enfants, sans argent et sans avenir. Priya sait qu’elle ne sera jamais mère. Elle sait aussi qu’en Inde on peut facilement recourir aux “services” d’une mère porteuse, il suffit de payer. Et le mari d’Asha a entendu parler de ce qu’il faut bien appeler un “commerce”. La machine ne sera pas longue à se mettre en marche.


L’autre jour chez mon libraire, ce livre m’a immédiatement fait de l’œil. On parle beaucoup de PMA et de GPA, surtout en ces temps d’assises de la bioéthique, et c’est un sujet qui m’a toujours interpellée – je me suis longtemps crue capable d’être mère porteuse si jamais la pratique était légalisée en France.

Ce roman, découpé en courts chapitres, alternant les points de vue de Priya et d’Asha, se lit facilement. On plonge dans la réalité tout de suite, aussi bien celle de la souffrance de ne pouvoir avoir d’enfant que celle de la honte de devoir “se louer” pour faire vivre sa famille. Pour des raisons différentes, chaque femme perçoit la GPA comme seule issue à un problème accablant, et chacune a ses doutes et ses espoirs. L’auteure déroule le fil des pensées de ses personnages sans les juger, montrant les constructions mentales de chacune, comment elles vivent l’expérience, ce qu’elles pensent ou devinent de l’autre, leur rapport à la maternité… Le nom de “Foyer des mères heureuses”, celui réservé aux gestatrices, est bien entendu ambivalent, car de quelles mères parle-t-on ?
J’ai été immédiatement happée par ce très beau récit, très vivant, parfois drôle, où il est certes question de maternité, mais aussi d’amour, de la place des femmes dans la société, aussi bien aux Etats-Unis qu’en Inde. Je me suis attachée et parfois identifiée aux deux héroïnes, et je n’ai bien évidemment pas manqué de verser une petite larme à la fin. Mais au-delà de l’émotion, l’auteure offre des clés de réflexion sur la GPA, sans juger ni condamner et propose, à mon sens, une lecture intéressante à celles et ceux que le sujet touche.

Le Foyer des mères heureuses, Amulya Malladi, Mercure de France

2018 Reading Challenge : a book about a problem facing society today (la GPA, donc)



Rendez-vous sur Hellocoton !

Eugenia

À la fin des années trente, parce qu’elle est tombée sous le charme d’un romancier d’origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène morale, y compris certains membres de sa propre famille. Comment résister, lutter, témoigner, quand tout le monde autour de soi semble hypnotisé par la tentation de la barbarie ?
Avec pour toile de fond l’ascension du fascisme européen, ce roman foisonnant revient sur un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l’effroyable pogrom de Jassy. Portrait d’une femme libre, animée par le besoin insatiable de comprendre l’origine du mal, ce livre est aussi une mise en garde contre le retour des heures les plus sombres de l’Histoire.


J’ai découvert l’existence de ce roman grâce à une chronique du Monde. Le sujet m’attirait à plus d’un titre, si bien que je me suis précipitée pour l’acheter. Et dès que je l’ai ouvert, je n’ai plus réussi à le lâcher.
Dans une très belle langue, l’auteur dresse un portrait de femme juste et touchant. J’ai d’abord cru qu’il serait davantage question du romancier, Mihail Sebastian, qui a réellement existé, mais en réalité celui-ci sert de contrepoint à l’histoire, sa voix résonnant par le biais de son journal ou de ses oeuvres dont des extraits sont disséminés. C’est un roman incroyablement fort qui, par la voix de son héroïne, offre un témoignage poignant et rigoureux de la montée du fascisme et de l’antisémitisme en Roumanie des années 1930 à la fin de la guerre, au prisme de sa relation amoureuse avec l’écrivain juif.

Ce fut un grand moment littérature, qui m’a remué les tripes et a eu un très fort retentissement personnel : ma grand-mère est née à Jassy (ou peut-être dans la campagne alentours, on ne sait pas bien) dans une famille de propriétaires terriens orthodoxes, était adolescente pendant la guerre et… a épousé un juif. Allez comprendre (et non, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une brusque prise de conscience ou d’une révolte).
Quoi qu’il en soit, en dehors de cet aspect très particulier, je ne peux que recommander la lecture de ce roman qui met un coup de projecteur sur un pan méconnu de l’histoire de la seconde guerre mondiale.

Eugenia, Lionel Duroy, Julliard

Reading Challenge 2018 : a book tied to your ancestry



Rendez-vous sur Hellocoton !

L’autre moitié du soleil

Lagos, début des années soixante. L’avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d’Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d’Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d’Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s’étalant sur les drapeaux : c’est le symbole du pays et de l’avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d’un million de victimes.


J’ai acheté ce roman parce que ça faisait un moment que j’entendais beaucoup de bien de l’auteur, et que j’avais apprécié Chère Ijeawele, reçu à l’occasion d’une ronde des poches. Mon choix s’est porté sur ce pavé (près de 650 pages quand même) notamment parce que je n’y connais strictement rien au Biafra hormis, comme tout le monde, les atroces clichés de la famine. Pour être honnête, avant de lire ce livre, j’ignorais même que c’était avec le Nigéria que le Biafra avait fait sécession…

C’est un roman incroyable, qui m’a complètement happée. L’intrigue se déroule en deux temps, le début et la fin des années soixante, sans plus de précisions (bon, on sait que le Biafra a existé de 1967 à 1970). Outre la capacité de l’auteure à évoquer la vie des classes aisées et intellectuelles du Nigéria avant la guerre, le bouillonnement politique qui suit la décolonisation et la volonté des Noirs de se réapproprier leur histoire, elle n’hésite toutefois pas à renvoyer ses personnages à leurs contradictions, à souligner les limites et les excès de ce mouvement de fond, sans pour autant émettre de jugement.
L’immense force de C. N. Adichie demeure dans sa capacité à entremêler les thèmes graves – féminisme, racisme, décolonisation, guerre… – de façon fluide et sincère, sans jamais prêcher une morale quelconque, mais simplement en donnant à voir. J’ai adoré les recours à différentes langues, et la note de la traductrice, Mona de Pracontal, à ce propos est extrêmement intéressante. L’auteure s’est extrêmement documentée et parvient à nous faire vivre les événements, de l’émancipation du Nigéria à la chute du Biafra, sans jamais citer la moindre date.
A mon humble avis, ce livre – ou du moins des extraits, ça reste un pavé – devrait être lu par tous les lycéens travaillant sur la décolonisation.

Vous l’aurez compris, à mes yeux, Chimamanda Ngozi Adichie est un grand écrivain. Surtout quand on sait que L’autre moitié du soleil est son deuxième roman, écrit à l’âge de 27 ans. Celui-ci a d’ailleurs été adapté au cinéma, et j’aimerais bien voir le résultat, bien que je redoute que les personnages et l’intrigue perdent en épaisseur.
Etonnamment, je me suis imaginé le personnage d’Olanna sous les traits de l’actrice Lupita Nyong’o – or il se trouve que celle-ci a acheté les droits d’un autre roman de l’auteure, Americanah. Voilà un livre qui ne va pas tarder à rejoindre ma PAL.

Chimamanda Ngozi Adichie, L’autre moitié du soleil (traduction Mona de Pracontal), Folio
2018 Reading Challenge : a book with characters who are twins



Rendez-vous sur Hellocoton !

Cold winter challenge : le bilan

Début décembre, je m’étais lancée avec plaisir dans ce défi que j’avais vu passer sur les réseaux sociaux, à la fois parce que j’aimais l’idée d’assortir mes lectures à la saison, mais aussi parce que j’espérais secrètement pouvoir faire baisser ma PAL. Presque deux mois plus tard, voici mon bilan.

Il y avait quatre catégories : livre en lien avec Noël, livre de nature writing ou littérature de voyage, livre de fantasy et un polar/thriller se déroulant en hiver. Si j’avais de quoi remplir les trois premières, la dernière catégorie m’apparaissait dès le départ comme inabordable, vu que je ne lis quasiment pas de polars ou de thrillers.

J’avais retenu deux types de livres : ceux qui correspondaient exactement à une catégorie (6 livres), et ceux qui avaient un rapport, de près ou de loin, à l’hiver, au froid et/ou à Noël (3 livres).
Si j’ai débuté sur les chapeaux de roues, abattant trois livres en deux semaines, la suite a été plus chaotique : les vacances de Noël et leur bon vieux syndrome grippal ont mis un net coup d’arrêt à ma progression, tandis que les diverses absences pour maladie de la nounou et la reprise du travail ont sérieusement écorné le temps dont je disposais.

Au final, j’ai lu quatre livres de la première sélection, un de la seconde sélection, et une nouvelle qui pourrait rentrer dans la catégorie “Magie de Noël”. Petit résumé et impressions.

Magie de Noël – J’avais prévu de relire Christmas Eve at Friday Harbor pendant les vacances de Noël. Vacances que j’ai essentiellement passées sous la couette, à souffrir plus ou moins en silence de ma pseudo-grippe. Autant dire que c’est raté.
En revanche, j’ai lu une nouvelle, Lighting the flames, de Sarah Wendell. Il s’agit d’une romance de Hanouka, qui se déroule dans l’état de New York : il y a donc beaucoup de neige et une ambiance relativement festive. Bon, en revanche, je dois avouer que mis à part l’aspect un peu “exotique”, je me suis un peu ennuyée.

Flocons magiques – Un seul titre, mais qui cochait à la fois la case “fantasy” et celle “hiver”, The Winter King, de C. L. Wilson. C’est une romance qui se déroule dans un univers med-fan, et qui a réussi à me réconcilier avec la fantasy. L’intrigue est dense, l’univers très cohérent, les personnages attachants et profonds, et l’histoire d’amour est parfaitement crédible. Je recommande aux amatrices du genre.

Marcher dans la neige – C’est la catégorie que j’ai le plus remplie, avec trois titres.
J’ai donc lu Dans les forêts de Sibérie, de Sylvain Tesson. Si l’ambiance “solitaire dans une cabane” m’a beaucoup plu, j’ai un peu regretté le style parfois ampoulé de Tesson, qui plonge un peu trop dans l’introspection intellectualiste. Mais globalement, ce livre m’a laissé une bonne impression, et je lirai sans doute d’autres ouvrages de cet auteur.
Puis je me suis attaquée à La mer des Cosmonautes, de Cédric Gras (un copain de Tesson), qui a accompagné une expédition polaire russe. Le récit est court, intéressant, en particulier lorsqu’il retrace l’histoire de la conquête du pôle sud et celle des poliarniks. Néanmoins, la plume de Cédric Gras est moins agréable que celle de Tesson et, surtout, on sent la déception qui a résulté de ce voyage.
Enfin, j’ai lu avec beaucoup de plaisir Berezina.

Stalactites ensanglantées – Comme prévu, et sans surprise, aucune lecture dans cette catégorie. J’aurais bien fait une tentative avec un Agatha Christie, mais grippe, vacances de Noël, tout ça.

Hors catégorie – La nuit la neige, de Claude Pujade-Renaud. Je ne reviendrai pas dessus parce que je me suis largement étendue sur le sujet dans un article. En tout cas il y avait de la neige (plein), et du froid (plein aussi).

En conclusion, ce challenge a été un vrai plaisir. J’avais du mal à lire depuis cet été (étrangement…), et cela m’a remis le pied à l’étrier. Je me suis rendu compte que j’arrivais de nouveau à me perdre dans un livre, à m’absorber dans un univers, à me passionner pour un style. Et puis, lire en fonction de la saison n’est pas désagréable, si bien que je me demande si on ne pourrait pas faire de même autour du printemps (et de Pâques), de l’été et de l’automne (avec la rentrée des classes).



Rendez-vous sur Hellocoton !