Il faudrait que…

  • Je réponde à ce mail de Myrrdhin qui pourrit dans ma boîte de réception depuis début septembre.
  • Je range mon bureau, on ne retrouve plus rien.
  • On fasse un grand ménage avant notre départ au Canada (j’y crois absolument pas).
  • J’achète une carte pour le mariage. Ca va encore se faire à l’arrache.
  • On déballe les premières caisses de livres…
  • …et qu’on constate l’étendue des dégâts (il y a de l’humidité dans le garage).
  • Je refasse ma garde-robe d’hiver. Il me reste des tee-shirts de grossesse ou des tee-shirts trop petits, au choix.
  • Je profite de mon planning un peu allégé et de mes soirées en solo pour me remettre à écrire.
  • Je rédige tous ces articles en souffrance (le kabuki, le dernier salon de thé visité…).
  • On retourne chez Ikea avant la fin de l’année. Vu qu’il est hors de question d’y aller en décembre et qu’on sera absent une dizaine de jours, je pense que c’est fichu.
  • Je refasse des crinkle cookies, parce que c’est trop bon.
  • Je pense à embarquer mes jumelles de théâtre samedi, sinon je ne retrouverai jamais Clara sur la scène.
  • Je commence à songer sérieusement au contenu des valises…
  • …et que j’arrête de stresser à la perspective des 8 heures de vol avec un Paprika très remuant.

En fait, il faudrait surtout que je lâche prise. C’est pas gagné, je sens.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #22

  • L’Anglais n’est pas rentré d’Ukraine les mains vides : il a rapporté une couronne de fleurs à rubans à la Crevette (une coiffe traditionnelle, quoi). Je suis ultra jalouse.
  • Pour noyer ma jalousie, il a aussi rapporté du kvas. C’est comme de la bière, mais en plus léger (et normalement élaboré à partir de pain rassis), et donc j’en bois (j’ai horreur de la bière).
  • Ma sauce tomate déchire tout. Ou plutôt, déchirait tout : en voulant stériliser les bocaux, j’ai failli faire exploser la cocotte dont toute l’eau s’était évaporée. On a frôlé la catastrophe, et j’ignore si la sauce est aussi bonne qu’au début.
  • Oh, une nouvelle sortie au square, ça m’avait manqué. Ou pas.
  • En faisant les yeux doux au chef de train, je décroche le droit d’accompagner Monsieur jusqu’à sa voiture. Ben oui, quoi, il a qu’à se démerder tout seul avec les deux enfants, les sacs à dos, la poussette et la valise (ou réserver un porteur 48h à l’avance, la bonne blague).
  • Se réveiller en sursaut à 7h20 parce que le réveil n’a pas sonné. Constater qu’on est seule. Se rendormir deux heures.
  • Super déjeuner avec Queen Mum à la Grande Epicerie (mais le dessert n’était pas tout à fait à la hauteur du plat).
  • Ah bah on a un tel trop-perçu avec le fisc qu’on n’aura pas de troisième tiers à payer (première fois depuis dix ans).
  • J’ai la matinée pour préparer ma valise. J’ai donc oublié le chargeur du téléphone et l’étui à lentilles de contact.
  • Ca faisait bien trois semaines que je n’avais pas bu d’alcool (non, le kvas ça compte pas), mais comment résister aux cocktails de Sunalee ?
  • Gasparde et moi mettons 1h30 à nous préparer, et elle parvient même à me bidouiller une coiffure pas trop mal (et pourtant, vu ma nature de cheveux, c’est une grosse galère).
  • Et soudain, sur le parking du château de Seneffe, le drame : j’avais prévu de mettre ma robe au dernier moment pour ne pas la froisser pendant les 30 minutes de trajet en voiture. Je l’ai donc tout naturellement… oubliée dans la salle de bain de Gasparde et Bohémond. Ahahahaha. (Je vais donc me balader toute la journée en sous-vêtements histo.)
  • Mais sinon l’anniversaire était très sympa, le château magnifique, et la reine de la fête charmante dans son costume de bergère de fantaisie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #17-18

  • Elle a pas l’air comme ça, mais elle est froide, quand même.
  • Brocolis, chou-fleur et endives en juillet, même combat : l’asile culinaire.
  • De l’art de travailler quand le Paprika dort (ou pas…). Bon, vive les soirées de travail.
  • Mademoiselle accepte de lâcher ses brassards et la frite et, paf, je lui fais boire deux fois la tasse. Oups.
  • Composer une tenue bleu-blanc-rouge avec les moyens du bord au Paprika. Pour la Crevette, c’est mort, ou alors on fait rose-blanc pailleté-turquoise.
  • Oui, il fait 26° dehors, mais je persiste : elle est froide.
  • Tiens, la première vraie scène de cul n’apparaît qu’après la page 150. L’auteur perdrait-elle le rythme ?
  • Visiblement, mes histoires de secret ont touché une corde sensible.
  • Trois livres en deux semaines de pseudo-vacances, c’est quand même une jolie performance. En plus je raye des catégories dans le 2018 Reading Challenge.
  • Non, il n’y a pas de thermomètre, mais je parie qu’elle ne dépasse pas les 20°. A ce niveau-là, c’est plus de l’abnégation maternelle, c’est de la folie furieuse.
  • Oh, la jolie couverture brésilienne de mon deuxième roman !
  • En fait, Ouï FM est devenue une station dédiée à ma jeunesse. En deux trajets, on a entendu Texas, les Red Hot Chili Peppers, Bon Jovi, Mickey 3D, Eskobar et Indochine. Que des trucs antérieurs à 2003.
  • 1,5kg de mara des bois, on va pas manquer. En même temps, elles sont à tomber.
  • L’Escape Game de l’Opéra… comment dire ? J’ai pu voir Marion pour la troisième fois en un mois, c’est miraculeux.
  • Comment ça “Danse macabre” Ghost ne date pas de 1986 mais de 2018 ? C’est encore autorisé, les solos de guitare comme ça ?
  • Voilà deux ans qu’on n’a pas dégivré le congélateur, au boulot (il y a bien 5cm de glace sur certaines résistances).
  • Allons bon, Facebook avait basculé toutes mes publications en mode privé depuis lundi.
  • Une éternité à remplir ma demande de dédommagement de pass Navigo pour avril et mai. Tout ça parce que la SNCF estime que j’habite toujours à Paris…
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #15

  • Dernier cours de natation de l’année. Initiation au water-polo. C’est encore plus crevant en vrai que ça en a l’air à la télé, laissez-moi mourir.
  • J’ai fini ma trad ! Bon j’en ai encore deux sur le feu, mais c’est plutôt pas mal, hein ? Hein ?
  • Kermesse de fin d’année à l’école de la Crevette. Le plus beau ? Ce sont les enseignants et les animateurs qui organisent et c’est réservé aux enfants. Comprendre : pas de gâteau à faire, pas de stand à tenir, pas de spectacle à admirer par 30° à l’ombre. Ils ont tout compris, et Mademoiselle est ravie de sa journée de jeu.
  • D’ailleurs, son maquillage “de princesse” a de faux airs d’Eternelle Sailor Moon…
  • Dernier déjeuner avant les vacances en compagnie d’Emily et Angéla. Je jure solennellement avoir entendu Angéla dire : “Pas d’alcool, il fait trop chaud”.
  • “La fille mal gardée” en compagnie de Marion (jamais on ne se sera vues aussi régulièrement) : très chouette moment, beaucoup de rigolade et une ovation du public pour les interprètes.
  • Et François Alu n’est toujours pas Etoile. #scandale #remboursez #dehorsAurélieDupont
  • Une demi-heure après avoir regardé sur le site de l’ANTS pour apprendre que le passeport du Paprika était “en cours de fabrication”, je reçois un SMS m’invitant à aller le retirer en mairie.
  • Voilà 10 jours que j’ai reçu ma commande “Le mouton à soie” attendue depuis cet hiver. J’ai ouvert la robe de la Crevette, mais ne la lui ai pas encore fait essayer. J’ai laissé la mienne dans son emballage (la trouille de savoir qu’elle est certainement trop petite et va souligner tous mes bourrelets).
  • Super dîner en compagnie de Ioionette et SonMari, pour lesquels je tente la cuisine romaine antique, associée à du vin produit selon des méthodes antiques. C’est très bon et se marie très bien.
  • En revanche, dommage pour l’intoxication alimentaire qui s’abat sur moi dans la nuit et me tient éveillée presque en permanence. En plus, la fatigue et l’état de zombie verdâtre, ça fait faire des conneries.
  • La Crevette rentre de chez ma mère avec un bout de garde-robe en plus mais sans son maillot de bain. Oups.
  • Raison de me consoler d’avoir refusé l’invitation d’Elise : je n’ai pas émergé avant 15h, et j’ai mal partout. Heureusement que Monsieur est là pour gérer les enfants, sans quoi j’aurais été mal.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #11

Photo by David Di Veroli on Unsplash

  • J’attaque ma nouvelle traduction qui va nécessiter l’aide technique de l’Anglais, fin connaisseur des sports américains. On peut dire que je l’ai bien formé : sans que je lui demande, il se met à me préparer des jeux de mots entre termes techniques de foot NFL et sexe.
  • 5 minutes avant la fin du cours de natation, un orage dantesque éclate. Est-ce que ça vaut vraiment le coup de se laver les cheveux ?
  • Une demi-heure d’angoisse pour remplir la déclaration d’impôts. Et se rendre compte en éteignant l’ordinateur qu’on a oublié un truc.
  • Comment ça “un risque de cystite” ? On avait dit “Pas de maladie avant novembre” !
  • Le marathon pédiatre-nounou-labo-square-opéra de Versailles, ou comment marcher 11 kilomètres en une journée.
  • Excellente place au balcon, programme gratuit, coupette de champagne, coucher de soleil psychédélique et français restitué : la soirée parfaite (bon, le retour, en revanche…).
  • Je veux bien modifier ma déclaration Agessa et vous la renvoyer par mail, mais dans ce cas-là, ne me l’envoyez pas en pdf…
  • Tiens, une modification à la déclaration d’impôts, ça faisait bien 48 heures.
  • Question pour un marathon : sachant qu’il s’est mis à pleuvoir, que notre train est annulé, que le Paprika pèse pas loin de 9 kilos et que la Crevette est épuisée, combien de temps allons-nous mettre pour traverser Paris ?
  • Passer la soirée à s’arranger pour que Mademoiselle ne voie pas les clichés de shibari… et la laisser boulotter des chips autant qu’elle veut (on fera des légumes ce week-end).
  • Récupérer deux enfants qui ne sont pas à toi et t’en occuper quelques heures. Même s’ils sont bien élevés, au bout d’un moment, tu te dis qu’un petit troisième n’est vraiment pas à l’ordre du jour !
  • Claireuh qui vient me soutenir moralement avec un cadeau de chez Popelini.
  • 45 minutes. C’est le temps que la Crevette aura tenu avant de réclamer un petit chou au chocolat (qui était délicieux) (et il n’y en avait que deux) (merci C.euh de ton héroïque sacrifice).
  • 100cm de tour de poitrine ? Ah non, je refuse.
  • J’avais oublié à quel point l’Atarax pouvait être efficace.
  • Attraper la plaque du four à main nue, mais quelle idée stupide.
  • Et pour conclure mon week-end de femme au foyer, un petit peu de repassage. Bree van de Kamp, sors de ce corps.
  • C’est décidé, l’an prochain, je vais à Vaux !
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #10

  • “Je suis tombée dans les radis !” Ah bah ça valait bien la peine de sortir un short propre ce matin.
  • Le dîner au Shang Palace pour se régaler (entre autres) d’un poulet du mendiant, précédé d’un cocktail détonnant (le Volta) au Bar Botaniste, ça c’était un sacré cadeau d’anniversaire.
  • On va au cinéma ou pas ? Ah bah non, finalement (la communication).
  • Oh merde, j’ai complètement zappé les états-généraux du livre, ça la fout vraiment mal.
  • J’ai renoncé à la piscine avec un peu de mauvaise conscience, mais vu le déluge, c’est pas plus mal.
  • On va au cinéma, alors ? Ah bah non, toujours pas (la communication, encore).
  • Premier rendez-vous disponible pour faire établir le passeport et la CNI du Paprika : 19 juin. Pour un départ prévu le 8 juillet. Croisons les doigts.
  • On va au cinéma, à la fin ? Oui ! Pour la peine, on enchaîne deux séances (j’ai mal à la tête, comme c’est étrange).
  • Prenons ce maillot de bain à grosses fleurs exotiques roses, mais sur fond bleu (plutôt que le rose fluo à volants).
  • Je n’avais pas mis les pieds dans un Exki depuis au moins dix ans. C’est bien meilleur que dans mon souvenir.
  • Va mener une discussion en anglais toute la soirée en picolant alors que la migraine persiste (oui, j’avoue).
  • On va au… non, certainement pas, j’ai encore mal aux cheveux.
  • Grande découverte : les bâtonnets de fruit glacés Picard. Le kiwi-pomme verte-concombre est très rafraîchissant (et vu l’aphte que je me tape, je confirme qu’il y a du vrai kiwi dedans).
  • Contrairement à ce que je redoutais, ma vue n’a pas bougé (même si je suis toujours myope comme une taupe).
  • Tiens, la Crevette chante “Quand Fanny…”. Je n’avais pas entendu cette ritournelle depuis le début des années 1990. Il faut croire que certaines choses sont éternelles.
  • Le beau cadeau d’anniversaire d’Isa est arrivé ! Produits de beauté à la rose et calissons au chocolat, elle me connaît très (trop) bien.
  • Après la soupe de tomates l’hiver dernier, j’ai testé avec succès deux nouvelles recettes de Funambuline : le velouté d’épluchures d’asperges et les croissants à l’ail des ours. Goûté et approuvé !
  • Un cadeau de fête des mères ? Ah non : compte tenu des multiples situations familiales (familles monoparentales et homoparentales notamment), l’école de la Crevette a décidé de ne plus faire de cadeau de fête des mères / fête des pères, mais un cadeau pour les parents en fin d’année.
  • En deux jours, j’ai acheté des fournitures pour loisirs créatifs, aidé à peindre des pommes de pin (y compris avec de la peinture à paillettes), réparé des lettres magnétiques, joué à la balle, préparé un petit pot maison, gonflé un ballon, emmené la Crevette à un spectacle puis au square. Je mérite au moins une médaille.
  • Alors que je le prépare pour le bain, le Paprika me fait pipi dessus. #joyeusefêtedesmères
Rendez-vous sur Hellocoton !

Une semaine… #9

Quelle semaine ! Entre mon anniversaire et la reprise d’un semblant de vie sociale, je suis épuisée ! Mais je pense que ça en valait la peine.

  • Alors que je râlais plus ou moins dans ma barbe parce que l’Anglais ne m’avait pas souhaité mon anniversaire, ce dernier est rentré à l’heure du déjeuner avec un bouquet de roses blanches et rouges. Motif ? “Je voulais te le souhaiter avec des fleurs.” Et moi ? Ben j’ai eu l’air con.
  • Isa a écrit un adorable billet à mon intention pour mes 35 printemps.
  • Toujours sur le même thème la “lettre” à l’adolescente que j’étais a rencontré pas mal de retentissement, de nombreuses personnes m’en ont parlé.
  • Mon agenda pro est officiellement rempli jusqu’en décembre 2019. En ces temps de disette, c’est un véritable luxe.
  • “Tu préfères des exercices type cardio avec les autres ou de la technique avec moi ?” Oh bah entre la peste et le choléra…
  • Bon, en même temps, ça fait des semaines que je soupçonnais un truc, et trois jours que j’en étais convaincue.
  • Le Paprika est retourné chez son assistante maternelle, je suis liiiiibre.
  • Je retourne à l’Opéra royal de Versailles dans deux semaines, joie !
  • Bientôt 18 mois que cette bouteille de Deutz blanc de blancs millésimée attendait au frais. L’occasion de l’ouvrir s’est enfin présentée, et comme on ne va pas boire ça avec une pizza surgelée, je prépare une soupe à l’ail des ours et des saint-jacques poêlées.
  • Entre Emily Blaine qui m’invite à déjeuner (avec champagne) et Shermane qui m’invite à goûter, je suis gâtée. Heureusement que j’ai marché un peu pour éliminer tout ça (mais qu’est-ce que c’était bon).
  • 4h dans le canapé et deux paquets de biscuits apéritif plus tard, j’ai confirmation de tout ce que j’avais supputé.
  • Oui, on mange des wagashi au petit déjeuner, et alors ? #breakfastofchampions
  • “Pourquoi ils chantent, les gens ?” “Parce qu’ils partent en pèlerinage” “C’est quoi un pèlerinage ?” “C’est quand tu fais un voyage pour prier” “Ca veut dire quoi prier ?”
    Bon sang, où est le bouton Stop ?
  • Du coup moi aussi j’ai envie de chanter. Naaaathaliiie, mon amour des JMJ…
  • Je ne suis que moyennement convaincue par l’arc-en-ciel, mais les colombes de dimanche me détrompent heureusement.
  • C’est moi ou la Crevette vient de lécher la vitre du bus…? Oh, p**** !
  • Oh, ma première Glory Book Box ! Les goodies ne me laissent pas forcément un souvenir impérissable, sauf la papeterie, mais le thème et le choix des ouvrages me plaisent beaucoup.
  • Une pluie de cartes d’anniversaire, qui n’est a priori pas encore tarie 🙂
  • Je suis déçue par cette robe, j’attendais un truc un peu plus rock’n’roll. Mais au moins, elle n’a pas fait voeu d’obéissance.
  • Du collyre antibiotique en guise de cadeau de baptême, je crois qu’on a rarement fait plus original.
Rendez-vous sur Hellocoton !

To-do list de printemps : la suite

Les vacances sont finies, qu’en est-il de ma liste de bonnes résolutions ?

  • Faire la déclaration Agessa seule et la déclaration de revenus en couple. J’en frétille d’avance, tiens.
    J’ai réussi à faire la déclaration Agessa cinq jours avant la date butoir (un exploit), et après bien des prises de tête pour savoir où ranger quoi et comment faire la différence entre le brut et le net. Oui, comme tous les ans.
    Pour les impôts, j’aurais voulu le faire le week-end dernier, mais Monsieur n’était pas là, et ça va être ultra compliqué.
  • Trier les vêtements des enfants. Il y a tout et n’importe quoi, du 3 mois au 5 ans.
    Ratage total. En fait, j’ai besoin d’un contenant dans lequel ranger tout ce bazar, et je ne l’ai pas sous la main. J’ai plein de caisses remplies de bouquins à passer au congélateur, et ça m’embête d’en racheter une ou deux alors que dans moins d’un an j’en aurai trop.
  • Trier mes sous-vêtements. L’objectif glamour par excellence (lire : jeter les culottes trop vieilles et les soutifs troués).
    Pas eu le courage. Pourtant, il y a urgence, et d’autant plus que je vais faire une séance shopping avec ma mère la semaine prochaine.
  • Ranger mon bureau (et éliminer 6 mois de poussière).
    Fait ! Même si le bordel a recommencé à s’inviter trois jours plus tard. Il me faut un caisson à tiroirs.
  • Choisir les livres que j’ai l’intention de revendre. Si la majeure partie du stock est toujours à la cave, j’ai eu quelques achats pas très inspirés, que je vais revendre pour gagner de la place (et quelques sous).
    Les quelques livres en question sont mis de côté, il ne reste plus qu’à aller les revendre. J’ai découvert que Gibert Joseph faisait ça en ligne. Ca se tente, non ?
  • Trouver une solution pour ma soirée à l’opéra (trouver un mode de garde ou revendre ma place).
    J’ai trouvé la solution, tout était calé, depuis l’heure de récupération jusqu’au tarif et aux heures de garde. Le matin même, j’étais tellement épuisée que je me suis demandé s’il ne fallait pas tout annuler. Et dans les heures qui ont suivi, la représentation a été annulée par l’Opéra de Paris pour raisons techniques. Bon bah, au moins c’est réglé.
  • Faire des tests en vue du pique-nique de la Crevette mi-mai. Parce que n’oublions pas qu’elle ne mange ni fruit, ni légume cru. (Ca va se finir avec un sandwich jambon-beurre-pain de mie et une gourde de compote.)
    J’ai lâché l’affaire, ce sera jambon-beurre-pain de mie et gourde de compote.
  • Mettre à jour ma carte vitale et rappeler l’hôpital.
    Je n’ai toujours pas rappelé l’hôpital. Je n’en ai pourtant pas pour longtemps, mais ça fait partie des trucs que je repousse pour “quand j’aurai le temps”. Ahahaha.
  • Lancer les démarches pour les papiers d’identité du Paprika. C’est pas tout ça mais les vacances d’été approchent.
    J’ai fait faire les photos d’identité, ça compte ?

En réalité, la nounou du Paprika sera en congés pendant dix jours à partir de la semaine prochaine. Comme je n’aurai pas de trains non plus (la blague), je vais pouvoir m’occuper des corvées administratives restantes (j’ai découvert que ma carte d’identité était périmée depuis la fin avril). Enfin, j’espère.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vacances de printemps – To-do list

Si vous n’avez pas d’enfant ou que le calendrier scolaire français vous est étranger, sachez que les vacances de Pâques (hem) ont débuté hier en région parisienne. L’occasion de programmer des vacances en famille, de faire le plein de soleil, de… Sauf que non. L’Anglais est dans la dernière ligne droite de son trimestre, et je pensais être noyée de travail, donc nous n’avons rien prévu. Au lieu d’aller au centre de loisirs, Mademoiselle ira chez son assistante maternelle avec son frère.
Toutefois, j’ai un tas de corvées en souffrance, je pense que ça va être le moment d’y remédier.

  • Faire la déclaration Agessa seule et la déclaration de revenus en couple. J’en frétille d’avance, tiens.
  • Trier les vêtements des enfants. Il y a tout et n’importe quoi, du 3 mois au 5 ans.
  • Trier mes sous-vêtements. L’objectif glamour par excellence (lire : jeter les culottes trop vieilles et les soutifs troués).
  • Ranger mon bureau (et éliminer 6 mois de poussière).
  • Choisir les livres que j’ai l’intention de revendre. Si la majeure partie du stock est toujours à la cave, j’ai eu quelques achats pas très inspirés, que je vais revendre pour gagner de la place (et quelques sous).
  • Trouver une solution pour ma soirée à l’opéra (trouver un mode de garde ou revendre ma place).
  • Faire des tests en vue du pique-nique de la Crevette mi-mai. Parce que n’oublions pas qu’elle ne mange ni fruit, ni légume cru. (Ca va se finir avec un sandwich jambon-beurre-pain de mie et une gourde de compote.)
  • Mettre à jour ma carte vitale et rappeler l’hôpital.
  • Lancer les démarches pour les papiers d’identité du Paprika. C’est pas tout ça mais les vacances d’été approchent.
Rendez-vous sur Hellocoton !

En ce moment… (Mars 2018)

Je refais surface avec cet instantané que j’aime beaucoup. L’occasion de vous donner des nouvelles tout en essayant de gagner du temps sur le reste !

Je lis. Martha ou le mensonge du mouvement, de Claude Pujade-Renaud, acheté à Livre Paris vendredi dernier. Claude Pujade-Renaud est officiellement devenue mon auteure préférée du moment, je me régale de ses romans que je m’offre à intervalles réguliers. L’écriture est superbe, le recours au flux de conscience toujours maîtrisé, et le propos à la fois intelligent et pertinent, parfois drôle. Un vrai régal.
Pour plus de détails sur mes lectures, vous pouvez me retrouver sur Goodreads ! Et jeter un œil à la page de ce blog consacrée au Reading Challenge de cette année, car je suis à fond, et je la mets à jour très régulièrement.

J’écoute.  La BO de la comédie musicale Hairspray. J’avais adoré le film en 2007, et j’ai eu une phase de nostalgie en voyant les affiches annoncer la reprise du spectacle aux Folies Bergères.

Je mange. J’essaie de faire des trucs cuisinés mais pas trop prise de tête. Avec la naissance du deuxième enfant, et tant que celui-ci ne sera pas plus autonome, j’aurai moins de temps à consacrer aux fourneaux. Mais sinon, là, tout de suite, je boulotte les marshmallows épargnés pendant l’anniversaire de la Crevette.

Je travaille. Beaucoup, et ce n’est pas fini ! Mais nous ne plaignons pas, je pourrais être au chômage technique et me demander comment payer les factures ce mois-ci, donc j’ai de la chance. Surtout, je suis assurée d’avoir du travail jusqu’à la fin de l’année, ce qui est un vrai luxe.

J’espère. Me débarrasser rapidement de cette nouvelle crève. J’attrape beaucoup de saletés depuis janvier, c’est épuisant.

Je rêve. Certainement mais je n’en ai aucun souvenir ces temps-ci. Au grand dam de ma psy dont le mot d’ordre en ce moment est “Soyez attentives à vos rêves”.

Je décide. Justement, j’aimerais bien ne plus décider de tout, tout le temps (du moins est-ce mon impression).

Je me sens. Fatiguée, mais heureuse. Je ronchonne beaucoup et je me fais beaucoup de cheveux blancs sur l’organisation familiale, mais j’ai quand même une super famille, deux gamins adorables (forcément, c’est les miens), un job qui me plaît et un Anglais en cours de reconversion.

Je me demande. Pourquoi les retourneurs de temps n’existent pas.

Je me souviens. De plus grand-chose, en fait. J’ai le cerveau plein de trous, c’est assez impressionnant. Il y a même des jours où je dois faire un effort conscient pour me rappeler la date.

Je pense. A recontacter les gens pour le mariage (pas le mien, hein). Et à organiser des trucs.

J’ai du mal. A m’adapter aux plannings de toute la maison. Entre les sorties d’école, les horaires de la nounou, les reportages de Monsieur et les événements divers et variés, je finis par en oublier. Même avec un agenda partagé.

J’essaie. De prendre plus de temps pour moi. Pour commencer, je me suis remise à la lecture, et ça me fait beaucoup de bien. En revanche, ce serait mieux si je prenais le temps de caler les rendez-vous médicaux (dentiste, kiné…) ou pas (massage, soin…) que je reporte sans cesse.

Je porte. Une jupe “black swan” de chez Lindy Bop, que j’aime d’amour. Avec un pull rouge et des gros collants noirs parce qu’il fait -1° (c’est quand le vrai printemps ??).

Je devrais. Trier les vêtements des enfants (ça grandit trop vite !) et essayer de mettre de l’ordre dans nos caisses de bordel. Quelque chose me dit que c’est pas gagné.

J’aime. Envisager les possibles qui se profilent dans les années à venir. Ca ne va pas être simple, ni facile, mais ça pourrait bien être très enthousiasmant et formateur.

Je veux. Des vacances, des vraies ! Sans boulot, ni horaires. Et de préférence avec un peu de soleil.

Rendez-vous sur Hellocoton !