J’ai testé pour vous : avoir la gale

Début juillet, je me suis mise à avoir des démangeaisons aux pieds, selon moi à cause d’une mycose persistante. Après un premier diagnostic (erroné) de mon médecin traitant qui a cru à un herpès (miam), il s’est avéré que je cumulais une mycose et un champignon. Au moment de commencer le traitement, j’ai rappelé mon dermato en lui disant que mes mains commençaient à me démanger également, à quoi elle m’a répondu que c’était très certainement une réaction au traitement (ça arrive souvent) et qu’il ne fallait pas m’inquiéter.

Idées reçues

Image tirée du site “J’ai pas la gale”, généreusement sponsorisé par les laboratoires MSD

Dix jours plus tard, ça me gratte toujours autant sur les pieds que sur les mains, au point parfois de me réveiller la nuit et me faire des marques (j’avais beau gratter au sang, ça démangeait encore). Retour chez le dermato et, cette fois, le diagnostic tombe : c’est sans doute la gale.
Sans doute ? Oui parce que comme je suis “très propre” (je cite le médecin), il n’a pas été possible d’observer de parasites sur ma peau, mais je correspondais à tous les autres symptômes.

Comment j’ai attrapé ça ? Mystère et boule de gomme. Dans mon cas, le plus probable était une contamination par l’intermédiaire de la Crevette (contact peau à peau prolongé) ou de l’Anglais, mais ni l’un ni l’autre n’avait de symptôme.

Mais c’est une maladie de gens sales ! En fait, pas tant que ça, semble-t-il. Il y a de fortes résurgences depuis quelques années, notamment, me disait la dermato, parce qu’à une époque le traitement n’était plus remboursé. Je me demande si le stigmate attaché à cette maladie n’est pas aussi le fait des campagnes hygiénistes de la première moitié du 20ème siècle.

Comment ça se traite ? Monsieur est un petit chanceux, il a eu droit aux comprimés. Mademoiselle et moi avons en revanche dû nous badigeonner intégralement de crème insecticide. Quand je dis intégralement, c’est vraiment partout, jusqu’à la racine des cheveux et entre les orteils. La crème ne sent heureusement pas trop fort, mais elle est très grasse, et il faut la porter au moins 8 heures (donc s’enduire au coucher), c’est merveilleux.
Ensuite, il faut traiter l’environnement : passer le linge des 8 derniers jours à 60°, de même que le linge de lit et de toilette, asperger les matelas et canapés de bombe insecticide, passer un grand coup d’aspirateur.
Et… rebelote dix jours plus tard.

Et au final ? Très sincèrement, si j’avais attrapé ça il y a un an ou avant, j’aurais certainement flippé / pété un plomb / fait une crise. Après l’épisode des punaises de lit, néanmoins, je me suis trouvée remarquablement zen. Ma première réaction quand le médecin m’a détaillé le traitement a été “Ah bah ça va être rapide, au moins”, et à la fin j’en ai fait des blagues.
Un seul bémol : comme beaucoup de gens, j’ai fait une réaction après la deuxième application du produit, alors même que les parasites étaient morts (je me suis gratté les bras pendant 48h). Il paraît que c’est normal et fréquent (mais pour le coup, on devient un peu parano).

Je m’en serais volontiers passée, mais puisque ce fut rapide à régler et circonscrit, je n’ai pas trop eu le temps de cogiter (et puis quel soulagement de ne plus se gratter). Tout est bien qui finit bien !

Rendez-vous sur Hellocoton !