KL Pâtisserie

Jeudi dernier, après un rendez-vous un peu frustrant chez le médecin, et avec une météo un peu moche, j’ai décidé de m’offrir une pause pour me remonter le moral. J’avais déjà repéré à plusieurs reprises KL Pâtisserie, sans jamais oser franchir le pas. Or l’endroit ouvre tôt le matin car il propose une formule pour le petit déjeuner. Du coup, j’avais un prétexte tout trouvé !

La pâtisserie-salon de thé est assez grande, décorée dans des teintes de bois et de gris. Le comptoir est tout petit, avec un faible nombre de gâteaux qui sont, si j’ai bien compris, confectionnés au fur et à mesure de la journée. Dans le fond, derrière une paroi à moitié vitrée, le laboratoire rutilant de propreté.
Je me suis installée sur une des banquettes, ai commandé un petit déjeuner classique composé d’un jus de pamplemousse, d’un chocolat chaud et d’un roulé à la cannelle, et j’ai sorti mon livre. Pendant près d’une heure, j’ai profité d’une quasi solitude et d’un silence à peine troublé par la musique de fond et les discrètes allées et venues de la vendeuse qui assortissait la vitrine. Le jus était bon, le chocolat à tomber (mousseux sans être trop épais) et le roulé à la cannelle délicieux. A aucun moment on n’est venu m’embêter, me suggérer de partir ni rien.

Afin de prolonger le plaisir, j’ai décidé de nous offrir quelques gâteaux que nous avons testés le soir même (ou le lendemain). Chaque gâteau était emballé dans une boîte individuelle, ce qui a considérablement aidé à leur stockage à la maison. Deux créations aux fruits, le framboise piper (framboises fraîches, biscuit moelleux amandes-framboises, crème à la pistache et au poivre, pistaches caramélisées) et la fraise indigène (tarte aux fraises, crème légère, compotée de fraises aux baies de Tasmanie). Les deux gâteaux étaient délicieux, rafraîchissants, même si j’ai trouvé la framboise plus intéressante gustativement (l’Anglais pensait l’inverse).
J’ai également goûté l’éclair au chocolat grand cru du Pérou le lendemain. Franchement, il était à tomber à la renverse, alors même que son goût a dû s’étioler un peu après 24h dans mon frigo. Un chocolat riche, puissant, une pâte à chou fondante et craquante… J’en salive encore.

La pâtisserie propose également des gâteaux de voyages – j’ai testé les madeleines, mais la fleur d’oranger était un peu trop présente à mon goût, mais j’ai sagement renoncé au marbré chocolat/vanille. Quoi qu’il en soit, il reste des choses à découvrir dans cette pâtisserie, et j’y retournerai volontiers lorsqu’il fera moins chaud ! En plus, la maison propose des thés Jugetsudô et George Cannon.

KL Pâtisserie, 78 avenue de Villiers, 75017 Paris (M° Wagram)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Carl Marletti

La semaine dernière, pour notre plus grand bonheur, France 2 a recommencé à diffuser son émission de pâtisserie, gros concours télévisuel nettement plus digeste que Top Chef ou Masterchef (un jour, je ferai un article sur la télé culinaire, c’est une de mes passions). Lors de la présentation des candidats, j’ai eu un moment d’illumination : même si les logos étaient floutés, je reconnaissais parfaitement la petite pâtisserie à côté de chez mon psy devant laquelle je passe au moins une fois par semaine depuis six ou sept ans, et d’où s’échappent de délicieux effluves.

Comme j’en faisais la remarque à monsieur, celui-ci m’a regardée d’un air de dire “Et c’est seulement maintenant que tu m’en parles ? Tu n’as jamais eu l’idée de tester ?” J’avoue que, étrangement, la minuscule devanture me faisait un peu peur – et puis je passe souvent le lundi, jour de fermeture. Du coup, jeudi, n’écoutant que ma gourmandise mon courage, j’ai poussé la porte du magasin.

Dans le sens des aiguilles d une montre : religieuse à la rose, dôme noir et sublime Ghana

Dans le sens des aiguilles d une montre : religieuse à la rose, dôme noir et sublime Ghana

J’ai jeté mon dévolu sur une religieuse à la rose, tandis que l’Anglais, que j’avais envoyé en repérage sur le site internet, m’avait commandé un dôme noir – mousse au chocolat noir, crémeux vanille et biscuit noisette. Et comme j’étais en veine de générosité, j’ai ajouté un “sublime Ghana” – pâte sablée chocolat, ganache chocolat noir et palet de crémeux à la vanille. Disons que ça portait bien son nom.

Le sublime Ghana en coupe

Le sublime Ghana en coupe

La religieuse était légèrement craquante, bien parfumée sans que ce soit écœurant ni trop sucré (le gros risque avec tout ce qui a le goût de rose). J’ai goûté un tout petit peu la mousse du dôme noir, que j’ai adorée, mais monsieur m’a affirmé que c’était un délice. Enfin, nous avions gardé le dernier pour plus tard et l’avons dégusté hier soir : le chocolat très noir se mêlait à une vanille très parfumée, nous nous sommes régalés.
Du coup, il a été décidé que nous testerions d’autres créations de temps à autre !

Carl Marletti, 51 rue Censier 75005 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !