Château-musée de l’Empéri

Lorsque j’ai découvert, en feuilletant mon Lonely Planet, que le musée de l’Empéri était sis à Salon-de-Provence, et non en Corse comme je l’avais toujours cru, nous avons fait une petite danse de la joie et nous sommes embarqués, Monsieur et moi, dans cette visite prometteuse.
Le musée de l’Empéri, c’est un peu le graal des reconstituteurs militaires, en particulier sur la Révolution et l’Empire. Issu d’une immense collection privée rachetée par l’Etat au milieu des années 1960, il présente toutes sortes d’armes, équipements, uniformes, documents, portraits… en lien avec l’histoire militaire de la France, du 17è siècle à la Grande Guerre. Géré directement par le musée des Invalides, l’endroit recèle des trésors, y compris l’un des deux seuls exemples de l’uniforme de capitaine du 5è Hussard que porte monsieur.

DSCN0320

Sis dans un ancien château des archevêques d’Arles (rattachés au Saint-Empire, d’où le nom d’ “Emperi”), le musée accueille les collections dans une vingtaine de salles (sachant qu’il en faudrait au moins trente pour tout montrer). Le bâtiment, une belle forteresse médiévale, est superbe, mais a sans doute pâti d’un manque d’entretien au 19è siècle, si bien que plusieurs tours et une partie des remparts se sont effondrées suite à des tremblements de terre. Ce qu’il en reste n’est pas moins impressionnant et bien entretenu ; dans la première salle, on peut même admirer quelques carreaux décoratifs retrouvés lors des travaux.

Ca, c'est de la cheminée

Ca, c’est de la cheminée

Mais le musée en lui-même, me direz-vous ? C’est un paradis pour reconstituteur, rempli du sol au plafond d’objets et de détails précieux. Toute la partie napoléonienne (au sens large) est d’ailleurs sublime et vaut le voyage si cette époque vous intéresse un tant soit peu. L’Anglais était aux anges et moi-même j’ai adoré déchiffrer les bulletins de santé militaire ou guetter les petites choses “authentiques” que l’on ne soupçonnerait pas forcément (mention spéciale à la veste d’uniforme réversible campagne / revue).

Et encore, c'est à peu près rangé

Et encore, c’est à peu près rangé

Toutefois, on sent que c’est un musée constitué dans les années 1960, et que peu de choses ont bougé depuis. Outre la muséographie particulièrement datée – cartels écrits à la main ou tapés à la machine, parfois avec des fautes, pas de grand panneau retraçant clairement les étapes et évolutions de l’armée, déroulé parfaitement linéaire année après année – tout ceci fleure bon le patriotisme à l’ancienne, voire le colonialisme… Dans les salles sur la conquête de l’Afrique du Nord, j’avoue que je me suis sentie très mal à l’aise, et que nous sommes volontairement passés très vite.
Au final, c’est une excellente visite, qui fait bien deux heures, mais il faut avoir un tant soit peu d’intérêt pour l’histoire militaire et/ou l’épopée napoléonienne pour accrocher. J’ignore quelles sont les conditions de la vente (le collectionneur a-t-il exigé que son classement et ses cartels soient conservés ?), mais je pense que le musée gagnerait à repenser la présentation et l’organisation de ses collections.

Musée de l’Empéri, Salon-de-Provence (attention, c’est fermé à l’heure du déjeuner, même l’été et ils ne prennent pas encore la carte bleue)

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.