En ce moment… (Février 2019)

Source

Je lis. La grande traversée, de Miura Shion. J’ai déniché ce roman un peu par hasard chez mon libraire il y a une dizaine de jours, pour découvrir peu après qu’Armalite puis Shermane avaient elles aussi cédé à ses sirènes.
J’ai abandonné le Reading Challenge de Popsugar qui devient chaque année plus répétitif, mais j’ai toujours une page Goodreads, où vous pouvez jeter un œil à mes lectures passées ou du moment.

J’écoute. Un mélange improbable de Rammstein et de génériques de dessins animés des années 80-90. Je crois que je file un coton (n)ostalgique.

Je mange. Une religieuse au chocolat à 11h, des conneries asiatiques surgelées à 15h… Si un diététicien passe par là, qu’il ne m’envoie pas de message !

Je travaille. Je lève un peu le pied après une fin janvier-début février trépidante, mais je ne vais pas me reposer longtemps sur mes lauriers.

J’espère. Que l’état de G. va s’améliorer.

Je rêve. De partir au Japon. Longtemps.

Je décide. Un ou deux abonnements à l’Opéra l’an prochain ? Ma carte bleue survivra-t-elle ?

Je me sens. Fatiguée. J’ai l’impression que dès que je commence à récupérer, l’un ou l’autre des enfants (enfin surtout l’un…) prend un malin plaisir à foutre en l’air mes cycles de sommeil. C’est normal d’être tout le temps crevée à mon âge ?

Je me demande. Ce que va donner le Brexit. C’est vraiment n’importe quoi, cette histoire.

Je me souviens. Qu’il y a un an, je rêvais du moment où le Paprika cesserait de se réveiller la nuit… Naïve j’étais.

Je pense. A marquer tous les vêtements de la Crevette pour la semaine prochaine, sans quoi on va perdre des tee-shirts.

J’ai du mal. A ne pas ruminer dès que je suis contrariée. C’est épuisant mais c’est un schéma dans lequel je retombe systématiquement.

J’essaie. De lâcher prise, encore et toujours. Mais c’est vraiment compliqué surtout dans certaines situations très anxiogènes pour moi.

Je porte. Mes nouvelles baskets Veja de bobo-écolo-bien-pensante. Je les aime d’amour, elles sont bleu ciel irisé. Ma mère a commenté d’un “C’est le retour des années 80”.

Je devrais. M’organiser différemment dans mon travail (genre, arrêter de cravacher comme une malade pour tenir les délais puis rester le nez en l’air pendant des jours pour me remettre).

J’aime. Voler du temps pour moi : un moment de lecture, préparer un repas un peu élaboré (oui, mon estomac est un grand pourvoyeur de bonheur), aller à l’opéra…

Je veux. Ranger la maison, remonter les caisses de livres (40 caisses, rappelez-vous), trier et tout ranger. Et fermer définitivement la parenthèse “punaises de lit”.

Rendez-vous sur Hellocoton !

En ce moment… (Mars 2018)

Je refais surface avec cet instantané que j’aime beaucoup. L’occasion de vous donner des nouvelles tout en essayant de gagner du temps sur le reste !

Je lis. Martha ou le mensonge du mouvement, de Claude Pujade-Renaud, acheté à Livre Paris vendredi dernier. Claude Pujade-Renaud est officiellement devenue mon auteure préférée du moment, je me régale de ses romans que je m’offre à intervalles réguliers. L’écriture est superbe, le recours au flux de conscience toujours maîtrisé, et le propos à la fois intelligent et pertinent, parfois drôle. Un vrai régal.
Pour plus de détails sur mes lectures, vous pouvez me retrouver sur Goodreads ! Et jeter un œil à la page de ce blog consacrée au Reading Challenge de cette année, car je suis à fond, et je la mets à jour très régulièrement.

J’écoute.  La BO de la comédie musicale Hairspray. J’avais adoré le film en 2007, et j’ai eu une phase de nostalgie en voyant les affiches annoncer la reprise du spectacle aux Folies Bergères.

Je mange. J’essaie de faire des trucs cuisinés mais pas trop prise de tête. Avec la naissance du deuxième enfant, et tant que celui-ci ne sera pas plus autonome, j’aurai moins de temps à consacrer aux fourneaux. Mais sinon, là, tout de suite, je boulotte les marshmallows épargnés pendant l’anniversaire de la Crevette.

Je travaille. Beaucoup, et ce n’est pas fini ! Mais nous ne plaignons pas, je pourrais être au chômage technique et me demander comment payer les factures ce mois-ci, donc j’ai de la chance. Surtout, je suis assurée d’avoir du travail jusqu’à la fin de l’année, ce qui est un vrai luxe.

J’espère. Me débarrasser rapidement de cette nouvelle crève. J’attrape beaucoup de saletés depuis janvier, c’est épuisant.

Je rêve. Certainement mais je n’en ai aucun souvenir ces temps-ci. Au grand dam de ma psy dont le mot d’ordre en ce moment est “Soyez attentives à vos rêves”.

Je décide. Justement, j’aimerais bien ne plus décider de tout, tout le temps (du moins est-ce mon impression).

Je me sens. Fatiguée, mais heureuse. Je ronchonne beaucoup et je me fais beaucoup de cheveux blancs sur l’organisation familiale, mais j’ai quand même une super famille, deux gamins adorables (forcément, c’est les miens), un job qui me plaît et un Anglais en cours de reconversion.

Je me demande. Pourquoi les retourneurs de temps n’existent pas.

Je me souviens. De plus grand-chose, en fait. J’ai le cerveau plein de trous, c’est assez impressionnant. Il y a même des jours où je dois faire un effort conscient pour me rappeler la date.

Je pense. A recontacter les gens pour le mariage (pas le mien, hein). Et à organiser des trucs.

J’ai du mal. A m’adapter aux plannings de toute la maison. Entre les sorties d’école, les horaires de la nounou, les reportages de Monsieur et les événements divers et variés, je finis par en oublier. Même avec un agenda partagé.

J’essaie. De prendre plus de temps pour moi. Pour commencer, je me suis remise à la lecture, et ça me fait beaucoup de bien. En revanche, ce serait mieux si je prenais le temps de caler les rendez-vous médicaux (dentiste, kiné…) ou pas (massage, soin…) que je reporte sans cesse.

Je porte. Une jupe “black swan” de chez Lindy Bop, que j’aime d’amour. Avec un pull rouge et des gros collants noirs parce qu’il fait -1° (c’est quand le vrai printemps ??).

Je devrais. Trier les vêtements des enfants (ça grandit trop vite !) et essayer de mettre de l’ordre dans nos caisses de bordel. Quelque chose me dit que c’est pas gagné.

J’aime. Envisager les possibles qui se profilent dans les années à venir. Ca ne va pas être simple, ni facile, mais ça pourrait bien être très enthousiasmant et formateur.

Je veux. Des vacances, des vraies ! Sans boulot, ni horaires. Et de préférence avec un peu de soleil.





Rendez-vous sur Hellocoton !